Pas de ça chez Quick-Step. Au départ du Tour de France, il est de bon ton d’aligner ses têtes d’affiche, standing de l’épreuve et pression du sponsor obligent. Mais cette année, la formation de Patrick Lefevere n’a pas présenté son visage le plus clinquant, pour la Grande Boucle. Cela ne l’a pas empêchée d’y briller, entame tonitruante à la clef. Quelques mauvaises langues coupées plus tard, elle s’apprête à s’appuyer sur ses stars, Julian Alaphilippe et Remco Evenepoel, lors du Tour d’Espagne (19 août-11 septembre).
Les deux coureurs sont dans des optiques très différentes. Alaphilippe a manqué son tour national à cause d’une grave chute lors de Liège-Bastogne-Liège, qui a drastiquement perturbé sa préparation. Evenepoel (22 ans), quant à lui, n’était pas envisagé pour la grand-messe de juillet. La capacité du prodige belge à capitaliser sur son talent trois semaines durant suscite beaucoup de fantasmes, et commencer à les matérialiser en Espagne plutôt qu’en France semble très logique. Voire prudent.
Tour de France
Pogacar se pourlèche les babines : "Ça va être fun"
27/10/2022 À 16:33

Un temps à l’avant, Alaphilippe a été distancé : le moment où il a craqué

"Je ne le paie pas pour ça"

Pour le double champion du monde en titre, dont le retour à la compétition a été contrarié (décidément) par le Covid-19, la Vuelta pourrait ressembler à un tremplin vers un triplé arc-en-ciel. Façon Tour de France 2021. Dans le quotidien belge De Morgen, Lefevere a prévenu ce week-end : "J’espère qu’il [Alaphilippe] ne répétera pas son Tour de l’an dernier. Il avait couru en fonction des Mondiaux. Vous pouvez faire ça une fois… mais je ne le paie pas pour ça." A chacun ses desseins.
"OK, il a eu beaucoup de problèmes, ce n’est pas une saison facile pour lui, mais pour moi non plus", poursuit le manager général de l’une des armadas du peloton. Un petit coup de pression dont il est coutumier et qui est à relativiser. Même quand "Alaph" multiplie les efforts, parfois vains - à l’image de ceux produits la semaine dernière lors du Tour de l’Ain -, il est a minima un vecteur de spectacle, et il parvient aussi à gagner. La première étape du Tour, l’an passé, l’a magnifiquement illustré.

Le "Alaf' show" : Dans les pourcentages les plus forts, Alaphilippe a mis tout le monde d'accord

Evenepoel vainqueur de la Vuelta ? "Il peut le faire"

On peut ainsi imaginer qu’Alaphilippe embrassera ce rôle de feu follet, qui lui va si bien, sur les routes ibériques, où son célèbre punch est susceptible de faire des ravages. En 2017, lors de son unique participation à l’épreuve, il avait décroché un bouquet. Lorgner une nouvelle victoire est un objectif légitime, pour lui, qui garde à l’esprit les ambitions au classement général d’Evenepoel. "J’espère qu’il gagnera, il peut le faire", assure le Français, comme rapporté par Le Soir.
Le duo a pris ses marques en début d'année, lors du Tour du Pays basque, où Evenepoel avait fini par flancher. Depuis, le broyeur de pédales belge a triomphé de la Doyenne à Liège, avec la manière, et a écrabouillé la Clasica San Sebastian, dont il est déjà un double lauréat. Mais sur les courses par étapes, il a aussi montré quelques limites (11e du Tour de Suisse). Son deuxième Grand Tour promet d’être passionnant. D’autant plus que le premier n’avait pas grand-chose de révélateur.

Evenepoel en démonstration : revivez son arrivée en solitaire

Un premier (vrai) test en Grand Tour

En 2021, Remco Evenepoel avait repris la compétition par le Giro. Neuf mois après une terrible chute lors du Tour de Lombardie. Ainsi, le voir abandonner au matin de la 18e étape n’avait rien de surprenant. Cette fois, il aborde le Tour d’Espagne fort d’une montée en puissance cohérente. Prêt à répondre aux questions que l’on se pose à son sujet, en très haute montagne, ou encore quant à son aptitude à récupérer, au fil de vingt et une joutes. Rien que ce feuilleton est alléchant.
Ajoutez à cela le tempérament offensif que Julian Alaphilippe et Remco Evenepoel ont en commun, et vous obtenez un tandem des plus attractifs. Dès vendredi à Utrecht, la formation Quick-Step Alpha Vinyl sera attendue en haut de l’affiche, lors du chrono par équipes qui lancera les hostilités, sur 23,3 kilomètres. Lors du Tour, elle avait déjoué les pronostics en prenant un départ de feu. Après le temps des bouches à clore, voici celui des promesses à tenir.

Une puissance rare : L'attaque décisive du vainqueur Evenepoel

Tour de France
Qui en jaune à Bilbao ? Sprinters lésés ? Overdose de montagne ? Le parcours en 7 questions
27/10/2022 À 14:06
Cyclisme
Evenepoel-Pogacar, pied de nez aux "années dopage", sécurité… Fritsch dresse le bilan de 2022
13/10/2022 À 22:11