AFP

Tour d'Italie 2013 : Vincenzo Nibali n'a plus de rivaux sur le Giro

Nibali sans rival
Par Eurosport

Le 23/05/2013 à 17:15Mis à jour Le 23/05/2013 à 18:39

Coup de massue sur le Giro : Vincenzo Nibali a écrasé le chrono en col pour repousser toute concurrence à plus de 4 minutes au général. Humilié, Cadel Evans semble avoir abandonné toute option sur le maillot rose.

Le plan se déroule selon une partition parfaitement orchestrée. Après avoir maîtrisé ses adversaires sur quelques étapes piégeuses, Vincenzo Nibali (Astana) a décroché jeudi sa première victoire sur le Giro 2013. Intouchable dans l'exercice solitaire entre Mori et Polsa, l’Italien a affermi son emprise sur le maillot rose en repoussant la concurrence à plus de 4 minutes au général. Son premier succès sur le Tour d'Italie se précise malgré deux dernières étapes très difficiles dans le Dolomites avant l’arrivée à Brescia. Nibali prive par la même Samuel Sanchez (Euskaltel) d’un joli succès pour sauver son Giro.

Longtemps en tête, le Basque a vu la victoire lui échapper lorsque le Requin de Messine a fondu sur la ligne d’arrivée avec 58 secondes d’avance. S’il a vu ses adversaires échouer un par un sur son temps de référence (45’27"), Sanchez ne se faisait que peu d'illusions à l'approche de Nibali. Parfaitement calé dans le sillage d'une moto qui lui ouvrait le chemin, la maillot rose a écrasé le chrono et la concurrence. Il s'est imposé sous la pluie qui empoisonne ce Giro, alors que les premiers coureurs s'étaient élancés sous le soleil.

Duel Majka-Betancur pour le maillot blanc

Il s'en est fallu de peu pour que Nibali rattrape Cadel Evans, finalement repoussé à 2'36" sur le seul col de la journée. L'Australien (25e de l'étape) a évité une scène humiliante que lui avait déjà infligée son équipier Tejay van Garderen sur le dernier Tour de France. Il conserve sa deuxième place (à 4'02") au général mais voit se préciser la menace Rigoberto Uran, lui aussi mal parti avant d'échouer à la sixième place (+1'26").

Le Colombien n'a échoué qu'à une seconde de Rafal Majka (Saxo-Tinkoff). Si Nibali a éteint les espoirs adverses, le jeune grimpeur polonais reste engagé dans une intense lutte pour le maillot blanc de meilleur jeune. Il le reprend des épaules de Carlos Betancur pour deux secondes. Ce classement est l'un des derniers enjeux avant l'arrivée à Brescia. Pas encore la fin du Giro, mais presque. En témoigne le temps perdu par Stefano Pirazzi, largement en tête du classement de la montagne et arrivé au départ avec cinq minutes de retard.

0
0