Getty Images

Cima résiste aux sprinteurs, Démare paye l'erreur de son équipe

Cima résiste aux sprinteurs, Démare paye l'erreur de son équipe

Le 30/05/2019 à 17:11Mis à jour Le 30/05/2019 à 17:56

TOUR D'ITALIE - Présent dans l'échappée du jour, Damiano Cima (Nippo-Vini Fantini) a résisté au retour du peloton pour s'imposer de justesse lors de la 18e étape, à Santa Maria di Dala, jeudi. L'Italien a devancé Pascal Ackermann (Bora-Hansgrohe) qui récupère le maillot cyclamen au détriment d'Arnaud Démare, seulement 8e.

Décidément, il vaut mieux partir dans l’échappée pour espérer jouer les victoires d’étape sur ce 102e Giro. Pour la huitième fois, le peloton a été surpris et c’est Damiano Cima (Nippo Vini Fantini Faizané) qui a résisté au retour des sprinteurs dans le dernier kilomètre. Deuxième de l’étape, Pascal Ackermann (Bora-Hansgrohe) profite du sprint raté d’Arnaud Démare (Groupama-FDJ) pour retrouver un maillot cyclamen qu’il ramènera à Vérone, sauf abandon. Pas de changement au classement général.

Groupama-FDJ n’avait pas roulé de la journée…

Si les coureurs espéraient vivre une journée tranquille, ils ont longtemps été déçus. La faute à une première heure de course complètement folle, parcourue à 48km/h de moyenne. Habitués des raids à l’avant, Mirco Maestri (Bardiani-CSF), Damiano Cima (Nippo Vini Fantini Faizané) et Nico Denz (AG2R La Mondiale) ont finalement réussi à sortir. Mais Bora-Hansgrohe a maintenu l’écart dans des dimensions raisonnables avant de revenir à deux minutes au moment du sprint intermédiaire. Un sprint semblait alors évident. Mais le peloton s’est relâché, laissant l’échappée reprendre jsuqu’à 4’30’’ d’avance. Une grosse erreur.

Les équipes de sprinteurs ont alors mis en route, à l’image de la Bora-Hansgrohe qui se devait de favoriser un sprint massif. Elle a pu compter sur le soutien d’Israel Cycling Academy et Dimension Data, mais pas de Groupama-FDJ, bien décidé à pas ne favoriser une arrivée massive et risquer le maillot cyclamen d’Arnaud Démare, conforté après le sprint intermédiaire où le Français a facilement devancé Ackermann.

… mais l’a fait au pire moment

Mais le retour du peloton à moins de 20 secondes des hommes de tête dans les deux derniers kilomètres a poussé la formation française à la faute. Les équipiers d’Arnaud Démare ont roulé pour faire fondre un écart que personne ne semblait en mesure de combler et a tout perdu. La victoire d’étape, revenue à un Damiano Cima suffisamment frais et véloce pour résister au sprint du peloton. Le maillot cyclamen surtout.

Gêné dans son sprint mais clairement incapable de suivre Pascal Ackermann (2e), Arnaud Démare a dû se contenter de la 8e place. Insuffisant pour garder son maillot, désormais sur les épaules de l’Allemand pour 13 points. Et on ne voit pas trop comment il pourrait le perdre, s’il parvient à rallier Vérone. Parfaite tactiquement pendant 220 kilomètres, la Groupama-FDJ aura vraiment tout gâché en 2 kilomètres. Pascal Ackermann n’en demandait pas tant.

0
0