Getty Images

Carapaz : "Nibali est le principal rival"

Carapaz : "Nibali est le principal rival"
Par AFP

Le 28/05/2019 à 19:24Mis à jour Le 28/05/2019 à 20:14

TOUR D'ITALIE - L'Equatorien Richard Carapaz a désigné l'Italien Vincenzo Nibali, son dauphin au classement général du Giro, comme son "principal rival" après la 16e étape, mardi, à Ponte di Legno (nord).

Richard Carapaz contre Vincenzo Nibali. Le leader du Giro considère son dauphin au classement général, comme son "principal rival" après la 16e étape, mardi, à Ponte di Legno (nord). "Le Mortirolo, qui est une montée très dure, a éclairci la situation. Maintenant, on le sait, Nibali est le premier adversaire", a déclaré Carapaz. L'Equatorien a refusé de s'engager d'ores et déjà dans les hypothèses sur l'avance qui lui semble préférable en vue du contre-la-montre dimanche prochain à Vérone (17 km).

"On a su le désarmer"

"On a encore beaucoup de kilomètres à faire mais, à ce moment de la course, on peut être content de notre avantage", a rappelé le porteur du maillot rose, qui compte 1''47 d'avance sur Nibali et désormais 2''09 sur le Slovène Primoz Roglic, le meilleur rouleur du trio mais le grand perdant de la 16e étape. "C'était une étape très compliquée. Le dénivelé du parcours et les conditions météo défavorables dans la dernière partie de la course se sont conjugués. Mais ça s'est finalement bien passé", a estimé l'Equatorien.

Vincenzo Nibali - Giro d'Italia 2019

Vincenzo Nibali - Giro d'Italia 2019Getty Images

Interrogé sur Roglic, il a répondu : "Je pensais un peu à gagner du temps avant le contre-la-montre final. Le Mortirolo est dur pour tout le monde. Il a passé un moment difficile et, dans le final, j'ai vu qu'on pouvait gagner du temps. On a roulé avec Nibali." Carapaz a souligné le travail de son équipe Movistar, avec deux coureurs autour de lui (Pedrero puis Amador, Landa) dans le Mortirolo. Il a ajouté qu'il ne s'était pas affolé sur l'attaque de Nibali portée à 8 kilomètres du sommet : "On a joué la prudence, c'est ce que je voulais, on a su le désarmer." Carapaz, qui aura 26 ans mercredi, porte le maillot rose depuis samedi (14e étape). Il s'est classé 4e du Giro l'an passé.

0
0