Getty Images

Yates plus fort que les costauds, De Gendt poursuit l'aventure

Yates plus fort que les costauds, De Gendt poursuit l'aventure

Le 27/03/2019 à 17:07Mis à jour Le 27/03/2019 à 18:12

TOUR DE CATALOGNE - Adam Yates (Mitchelton-Scott) a remporté la 3e étape au sommet de Vallter 2000. Le Britannique a réglé au sprint un groupe dans lequel on retrouvait Egan Bernal, Dan Martin, Miguel Angel Lopez et Nairo Quintana. Thomas De Gendt (Lotto-Soudal) conserve son maillot de leader.

On attendait la grande bagarre, on a eu un énorme écrémage. Et, au terme de celui-ci, c'est Adam Yates (Michelton-Scott) qui s'est imposé sur la 3e étape du Tour de Catalogne. A Vallter 2000, le Britannique a devancé au sprint Egan Bernal (Sky) et Dan Martin (UAE Team Emirates) pour s'offrir son 2e succès de la saison, après celui sur le Tour de Valence. Malgré l'allure folle des favoris dans la montée finale, Thomas De Gendt (Lotto-Soudal) s'est arraché pour conserver son maillot de leader. Mais il ne compte plus que 27'' sur Yates, 30'' sur Bernal, 33'' sur Martin et 35'' sur Quintana.

Vidéo - Au sommet, Yates a fait parler son punch

02:51

Bernal-Quintana, un air de Paris-Nice

Avec la première étape de montagne, deux cols de première catégorie et une montée finale "Especial" au programme, on savait qu'on allait avoir plus d'indications sur la forme de chacun. Mais on ne s'attendait pas à une telle lessiveuse. En ayant longtemps contrôlé l'échappée matinale, la Movistar semblait avoir de vraies ambitions pour l'étape. On pensait alors à Valverde, excellent depuis le départ. Mais le champion du monde, visiblement touché à la main depuis mardi, a vite lâché prise pour concéder plus de deux minutes. Et lorsque la Sky a mis en route, on a vite compris qu'il s'agirait surtout de suivre Bernal.

Vidéo - Asphyxié par le rythme de la SKY, Valverde a craqué à plus de six bornes du sommet

03:10

Le Colombien a d'ailleurs été le premier à mettre le feu aux poudres, à 5,3km de l'arrivée. Comme à Paris-Nice il y a dix jours, seul Nairo Quintana a pu accrocher sa roue. Mais le leader de la Movistar a refusé de rouler avec son compatriote, la faute à un vent de face dans la dernière ascension qui a pénalisé les envies d'offensives des leaders. Et, à force de se regarder, les deux hommes ont vu revenir Adam Yates (Michelton-Scott), Miguel Angel Lopez (Astana) et Dan Martin (UAE Team Emirates). Et c'est tout. Romain Bardet (AG2R La Mondiale), Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) et Steven Kruijswijk (Jumbo-Visma), entre autres, n'ont eux jamais pu revenir, concédant 53'' pour les Français et 30'' pour le Néerlandais.

Une course aux bonifications ?

Un débours qui aurait pu être largement plus conséquent si les cinq hommes s'étaient entendus pour creuser l'écart sur leurs adversaires. Mais ils se sont regardés en chiens de faïence sur la fin d'ascension, malgré les timides tentatives tour à tour de Yates, de Lopez et Bernal de nouveau. Et tout s'est joué au sprint. Dan Martin a été le premier à lancer les hostilités mais l'Irlandais, le plus en difficulté dans l'ascension parmi les cinq hommes, n'a rien pu faire face au punch d'Adam Yates, intouchable. Plus frais, plus fort, le Britannique s'offre son deuxième succès de la saison, le 9e de sa carrière et profite des dix secondes de bonifications glanées à l'arrivée pour passer devant ses adversaires au général. Mais pas pour prendre le maillot de leader.

Lâché à huit kilomètres de l'arrivée, Thomas de Gendt se sera très bien battu, longtemps aidé par son jeune équipier Lambrecht, et aura su limiter la casse dans la montée de Vallter 2000. Sur ses 2'58'' d'avance sur Yates au général ce matin, il ne possède plus que 27'' de marge sur Britannique et entre 30'' et 39'' sur Bernal, Martin, Quintana et Lopez. Un matelas infime sur les meilleurs grimpeurs avant l'étape-reine de jeudi entre Llanars et La Molina (150km), marquée par trois ascensions de première catégorie et une montée Especial. Mais, vu les écarts créés au général sur cette étape classique du Tour de Catalogne, la victoire finale pourrait bien se jouer aux bonifications. Et ce, jusqu'à dimanche à Barcelone.