Getty Images

Lopez est allé au bout de sa mission

Lopez est allé au bout de sa mission

Le 31/03/2019 à 14:20Mis à jour Le 31/03/2019 à 15:14

TOUR DE CATALOGNE - Miguel Angel Lopez (Astana) a résisté jusqu'au bout. Le Colombien imposé au classement général devant Adam Yates (Mitchelton-Scott) et Egan Bernal (Sky) au terme de la 7e et dernière étape, enlevée dimanche Davide Formolo (Bora-Hansgrohe).

Il aura été attaqué, il aura souffert mais il a triomphé. Miguel Angel Lopez a résisté aux offensives de ses trois principaux adversaires pour s'offrir ce dimanche le Tour de Catalogne 2019 au terme d'une 7e et dernière étape remportée en solitaire par Davide Formolo (Bora-Hansgrohe). Un temps leader virtuel avant d'être repris dans le dernier tour., Adam Yates (Michelton-Scott) termine 2e (+ 14'') alors qu'Egan Bernal (+ 17'') complète le podium final. Tombés sur circuit de Montjuic, Romain Bardet (AG2R La Mondiale) et Warren Barguil (Arkéa-Samsic) ont eux abandonné.

Décidément, ce 99e Tour de Catalogne nous aura offert une superbe semaine. Et la 7e et dernière étape n'aura pas échappé la règle. Traditionnelle, avec huit tours du circuit de Montjuic dans Barcelone, elle aura vu une magnifique passe d'armes entres les favoris. Mais le premier tournant est intervenu avant même la première attaque. A 41km, dans la descente de Montjuic, le peloton a été secoué par une énorme chute impliquant quasi une trentaine de coureurs. Et il y a eu beaucoup de casse parmi les leaders, à commencer par les Français.

Bardet, Barguil et D. Martin tombés

Touché à priori à la clavicule, Romain Bardet (AG2R La Mondiale) a été contraint à l'abandon, comme Warren Barguil (Arkéa-Samsic). Deux autres membres du top 10 ont été impliqués dans cette chute avec l'abandon de Marc Soler (Movistar, 10e) mais surtout Dan Martin, 5e du général. L'Irlandais de la UAE Team Emirates est lui reparti, aidé de deux équipiers, mais il n'est jamais rentré, pour finalement concéder plus de douze minutes. La faute en partie à la bagarre pour la victoire finale.

Vidéo - Une chute massive a laissé Bardet et Barguil à terre

01:35

Comme sur Paris-Nice, Nairo Quintana (Movistar) aura tenté de loin sur cette 7e étape en passant à l'offensive à 36km de l'arrivée. Mais, malgré le soutien de son équipier Carlos Verona, présent dans l'échappée, le Colombien n'a jamais creusé l'écart et a fini par être repris onze kilomètres plus loin. C'est alors qu'Adam Yates (Michelton-Scott) est sorti du peloton, en compagnie de son frère Simon. Une attaque puissante et franche qui a vite permis au Britannique, 2e du général à 14'' de Lopez, de prendre le maillot de leader virtuel. Il a même compté 43'' d'avance à 11km de l'arrivée. Mais le 2e de Tirreno-Adriatico a fini par craquer dans le dernier tour et a même été repris sur le sommet de la dernière ascension de Montjuic. Lopez (Astana) pensait alors avoir fait le plus dur.

Guillaume Martin, top 10 et premier Français

Mais c'était sans compter sur Egan Bernal, 3e du général à 17''. Le jeune Colombien de la Sky, discret jusqu'ici, est alors sorti du groupe des favoris en force. Tactiquement très juste toute la journée, se réfugiant longtemps derrière ses équipiers avant de forcer ses adversaires, la Movistar et la Sky en tête, à travailler derrière Yates, le Colombien d'Astana a cette fois immédiatement sauté dans la roue de Bernal avant de suivre l'attaque de Bernal, à 2km de l'arrivée. Inquiété mais impérial, Miguel Angel Lopez a tenu bon pour remporter cette 99e édition, sa deuxième course par étapes de la saison. Sa première victoire au général d'une épreuve World Tour depuis le Tour de Suisse 2016.

Gagner est aussi très rare pour Davide Formolo. Professionnel depuis 2014, le grimpeur de la Bora-Hansgrohe ne comptait jusqu'ici qu'une seule victoire, avec une étape sur le Tour d'Italie 2015. Mais, comme l'ensemble de la formation allemande, l'Italien était en jambes cette semaine. Présent dans l'échappée matinale, il a imité son équipier Schachmann, vainqueur de la même manière de la 5e étape vendredi; en s'isolant en tête de la course à 44km de l'arrivée. Et il s'est lancé dans un sacré numéro. Alors qu'il comptait 1'15'' d'avance au moment de son offensive, le natif de Negrar n'a jamais craqué pour finalement conserver plus de cinquante secondes sur le groupe des favoris. Et s'offrir un succès de prestige.

Vidéo - Formolo, quel numéro !

01:51
0
0