Getty Images

Schachmann en sniper, López en contrôle

Schachmann en sniper, López en contrôle

Le 29/03/2019 à 17:09Mis à jour Le 29/03/2019 à 19:12

TOUR DE CATALOGNE - Maximilian Schachmann a tiré son épingle du jeu. Le coureur allemand de la formation BORA-Ansgrohe a remporté, vendredi, la 5e étape de la course en solitaire à Sant Cugat del Vallès et signé son deuxième succès de la saison. Miguel Ángel López (Astana) a conservé la tête de l'épreuve à l'issue de cette étape accidentée.

Enorme exploit de Maximilian Schachmann ! Parti dans l’échappée du jour, l’Allemand de la BORA-Hansgrohe s’est isolé à onze kilomètres de l’arrivée pour résister en solitaire au peloton et remporter la 5e étape du Tour de Catalogne, à Sant Cugat del Vallès, vendredi. Au terme d’une étape disputée à une allure folle, il a devancé Michael Matthews (Sunweb) et Ryan Gibbons (Dimension Data), qui ont réglé le sprint du peloton à secondes, pour s’offrir sa 2e victoire de la saison. Pas de changement au général, Miguel Angel Lopez (Astana) reste leader.

Décidément, Schachmann aime les échappées victorieuses de justesse sur le Tour de Catalogne. Vainqueur l’an dernier de la 6e étape au sprint face à Diego Rubio (Burgos-BH) après avoir résisté au retour du peloton (18’’), l’Allemand a remis ça ce vendredi. Pourtant, on ne pourra pas dire que le peloton lui ait fait le moindre cadeau. Malgré la présence d’un col de 1re catégorie dès les premiers kilomètres, l’étape semblait idéale pour les sprinteurs et les équipes de Matthews, Greipel ou encore Bauhaus ont ainsi travaillé toute la journée. Pour filtrer l’échappée dans un premier temps et ne laisser sortir que Lindeman (Jumbo-Visma), Amador (Movistar), Van Garderen (EF Education-First) et donc Schachmann.

Vidéo - Du flair et surtout beaucoup de courage : c'était le jour de Schachmann

02:00

Et de dix pour Bora-Hansgrohe

Mais surtout pour ne jamais laisser les quatre hommes prendre plus de 3’45’’d’avance, à 68km de l’arrivée. Les équipes de sprinteurs étaient conscientes des talents de rouleurs des échappés et aura tout fait pour éviter de se faire piéger. Le peloton a ainsi passé les 70 derniers kilomètres de l’étape à bloc, emmené tour à tour par Arkèa-Samsic, Bahrain-Merida, Sunweb, Dimension Data puis, dans le final, la Michelton-Scott. Mais il n’a jamais réussi à opérer la jonction avec la tête de course. Pour ça, il aurait fallu que Maximilian Schachmann se s’isole pas en tête de course à 11km de l’arrivée, au moment où ses trois compagnons n’en pouvaient clairement plus. Tout seul dans le final, l’Allemand a montré ses talents de rouleur (3e des championnats d’Europe 2018 de chrono) et résister de manière incroyable à un peloton pourtant lancé à plus de 46km/h sur la dernière heure.

Mais, à rouler à bloc, le peloton en a perdu de la lucidité. Et c’est Wilco Keldermann (Sunweb), 11e du général mais venu rouler pour son sprinteur Michael Matthews, qui en a subi les conséquences en chutant dans un virage à 6km de l’arrivée. Une faute qui a désorganisé le peloton le peloton quelques instants. Schachmann n’en demandait pas tant. Lui qui avait essayé de s’échapper lors de la 1re (2e loin derrière De Gendt) et de la 2e étape (repris dans le final) a cette fois tenu bon. A bout de force dans le dernier kilomètre, l’Allemand de la Bora-Hansgrohe a même pu prendre le temps de savourer son exploit. Avec ce deuxième succès de l’année, il offre à son équipe sa 10e victoire de la saison, son 5e déjà en World Tour.

Pas de changement au classement général. Inquiété un temps par l’avance prise par l’échappée et Schachmann (qui était à 3’52’’ au départ), Miguel Angel Lopez (Astana) reste leader au terme d’une 5e étape qui n’aura pas fait bouger le top 10. Il devance toujours Adam Yates (Michelton-Scott, + 14’’) et Egan Bernal (+ 17’’). Le Colombien de la Sky s’est fait une petite frayeur dans le final avec une crevaison. Mais celle-ci est intervenue à moins de 3km de l’arrivée et sera reclassé dans le temps des favoris. Samedi devrait encore réserver une lutte entre échappée et peloton. Pas sûr cette fois que les sprinteurs se fassent surprendre à Vila-seca. Mais, vu ce que l’on a vu ce vendredi et le profil compliqué à la mi-étape, on ne jurerait de rien.

Vidéo - Et Bernal termina l'étape... à pied

01:19
0
0