L’attente était trop longue. Depuis treize ans et l’édition 2009 remportée alors la Britannique Emma Pooley, le Tour de France femmes – alors nommé Grande Boucle féminine internationale – n’avait plus été organisé. Une hérésie autant qu’une incompréhension pour les filles du peloton. "On l’attendait vraiment depuis un moment, avoue la Français Evita Muzic. On se demandait pourquoi on n’avait pas notre Tour nous aussi, si on allait l’avoir un jour. Et, ça y est, ce jour est enfin arrivé". Une véritable délivrance pour le peloton féminin. "C’est fantastique qu’après de longues années, on ait de nouveau un Tour de France féminin, témoigne la championne du monde, l’Italienne Elisa Balsamo. J’ai beaucoup d’émotions, positives, à cette idée. Il y a eu Paris-Roubaix, il y a maintenant le Tour de France".

De Paris à la Super Planche : découvrez la carte du Tour de France femmes

Il nous manquait une course par étapes de référence ? On l'a
Cyclisme
Froome, l'aiguillon qui a fait passer un cap à Israel Start Up et révélé Einhorn
25/11/2021 À 15:41
Surtout, cette épreuve est l’espoir d’une plus grande renommée pour le cyclisme féminin. "Que tu sois un garçon ou une fille, la première chose que les gens vont de poser comme question c’est ‘T’es cycliste ? T’as fait le Tour de France ?’, explique la directrice de l’épreuve, Marion Rousse. Et si tu réponds non, pour eux, tu n’es pas un vrai cycliste. Les hommes avaient cette question et, désormais, les femmes l’auront aussi. Il nous manquait une course par étapes de référence ? On l’a ici entre nos mains. C’est une fierté et maintenant c’est à nous de jouer". Dans des conditions certes différentes des messieurs. Au programme de cette première édition, un parcours allant de Paris aux Vosges, avec un grand final à la Super Planche des Belles Filles. Un tracé assez éloigné de ce que propose la Grande Boucle habituellement mais qui témoigne finalement bien de la différence encore entre le cyclisme masculin et féminin.

Cordon-Ragot : "Pourquoi pas une Française en jaune à l'arrivée !"

"Huit étapes, ça fait huit possibilités de gagner, je trouve que c’est pas mal, plaisante Audrey Cordon-Ragot avant d’approfondir plus sérieusement. Il y en a beaucoup qui me demandent pourquoi est-ce que l’on n’a pas trois semaines de course, comme les garçons, mais je le répète : avec des effectifs de 10 à 13 filles, comment vous voulez faire trois semaines de courses ? Il y aussi des courses à côté donc, huit jours de course, c’est tout à fait logique et ça va dans le sens de ce qu’est le cyclisme féminin aujourd’hui". Avec le manque de rotation possible au sein des équipes, le calendrier féminin apparait aussi comme un frein conséquent à un Tour de France femmes plus long. "On n’a pas l’occasion comme les garçons de véritablement se préparer pour le Tour, poursuit la Tricolore de la Trek-Segafredo. Il faut vraiment voir les différences avec ce que font les garçons et il sera important de ne pas se brûler les ailes avec le départ, de le préparer du mieux qu’on peut".
Le plus important, c’est de créer une épreuve pérenne
Histoire de ne pas passer à côté d’une course attendue depuis si longtemps et vouée à occuper pendant longtemps la scène du cyclisme féminin. C’est en tout cas la priorité des organisateurs. "Notre priorité, c’est que cette course soit encore là dans 100 ans, explique Marion Rousse. On ne se met aucune barrière, on va voir comment ça va se passer, les nouveaux partenaires que l’on pourra peut-être avoir avec nous, donc de plus gros budgets, et évidemment qu’on a envie de grandir". Créer une course si importante est une chose, faire en sorte qu’elle parvienne à prendre une place majeure dans le calendrier et dans l’esprit des gens en est une autre. Et ça passera avant tout par une médiatisation du Tour de France femmes avec Zwift plus importante que les autres épreuves du cyclisme féminin ne bénéficient jusqu’ici.

Le directeur du Tour Christian Prudhomme et la nouvelle directrice du Tour de France femmes avec Zwift Marion Rousse pose devant la carte de l'édition 2022 de l'épreuve féminine

Crédit: Getty Images

"C’est très important cette première édition du TDF femmes mais le plus important, c’est de créer une épreuve pérenne, explique Christian Prudhomme. Ce que nous ont demandé les championnes, ce n’est pas tant de créer une course – même si on l’a fait, bien sûr – mais c’est qu’elle soit médiatisée. Et c’est pour cela que votre présence à vous les médias me donne le sourire. Pour densifier ça encore, on a fait en sorte qu’il y ait un lien dans le parcours entre le Tour de France femmes avec Zwift et le Tour. Ce qui veut dire qu’au bout de huit jours, arrivée à la Super Planche des Belles Filles. Quand les champions vont monter sur le podium, tout le monde se dira ‘Dans 3 semaines, les filles seront là et ça sera l’arrivée finale’. Tout le monde en parlera parce que ça sera réellement trois semaines après !"
Le pas en avant qui nous manquait
Un enchainement qui se fera sans attente puisque le Tour de France femmes avec Zwift débutera le jour même où les messieurs termineront la Grande Boucle, avec deux étapes sur les Champs-Elysées à quelques heures d’intervalle. Idéal pour garder éveillé l’intérêt du public. "Je trouve que c’est une belle passation de pouvoir, explique Evita Muzic. Les gens auront pris l’habitude de regarder le Tour à la TV dans leur canapé l’après-midi et instinctivement, ils vont mettre le 2 ou la 3 et se dire ‘Je croyais que c’était fini et en fait ça continue. Ah, les filles aussi font le Tour de France…’ Ça va faire une belle publicité pour le cyclisme féminin et c’est encore un pas en avant. Celui qui nous manquait". Un pas qui devrait fortement permettre au cyclisme féminin d’avancer dans sa quête de reconnaissance et de médiatisation. Après tout, les deux sont liés entre eux mais, peut-être encore plus, au Tour de France. Demandez donc aux messieurs.

Rousse : "Cette course par étapes est un joyau à chérir et je suis là pour ça"

Cyclisme
"Il a été tué" : La police italienne rouvre l'enquête sur la mort de Pantani
24/11/2021 À 08:22
Cyclisme
Martin : "J'étais vraiment conscient qu'il y avait une vraie chance de tomber"
23/11/2021 À 22:54