Passé sur le Tour: Vincenzo Nibali a goûté aux podiums de tous les grands tours sauf celui de la Grande Boucle. Vainqueur de la Vuelta 2010, deuxième du Giro 2011 et troisième en 2010, le Squale n'a pris le départ du Tour qu'en 2008 (20e avec un Tour d'Italie dans les jambes) et 2009 (7e). Le Sicilien n'était pas encore le Nibali capable de jouer la gagne sur une course de trois semaines.
L'enjeu : Nibali, qui a fait l'impasse sur le Tour d'Italie, a tout misé sur le mois de juillet. C'est la première fois qu'il se présente au départ avec l'ambition de ramener le maillot jaune, qu'il n'a jamais enfilé, à Paris. Liquigas lui a donné les clés du camion en le flanquant d’un lieutenant de choix (Basso). Depuis 1966, un seul Italien s'est imposé sur le Tour de France (Marco Pantani, 1998). Depuis la victoire d'Il Pirata, seul un Transalpin s'est installé sur le podium, Ivan Basso (2005). De quoi rentrer dans l'histoire.
Forces : Nibali aime les cols du Tour de France où les côtes sont plus longues et moins raides que celles du Giro : "Le Tour est le tracé qui se rapproche le plus de mes caractéristiques", nous a-t-il avoué. Coureur plutôt complet, il a un goût prononcé pour l'offensive. Son gros point fort reste ses qualités de descendeur. Avec seulement trois arrivées au sommet et des finaux à Foix, Bagnères-de-Luchon, Bellegarde-sur-Valserine ou à Porrentruy au terme de descentes sans doute décisives, Nibali aura l'occasion de creuser des écarts sur son point fort. Il pourra également compter sur un lieutenant de choix en haute montagne. Ivan Basso (5e du dernier Giro) est prêt à se sacrifier pour lui, un argument de poids. Cette année, il a déjà dominé une très grosse concurrence sur une course à étapes (Tirreno Adriatico). Contrairement à Wiggins, Nibali a déjà montré qu'on pouvait compter sur lui durant trois semaines en remportant un grand tour (Vuelta 2010).
Tour de France
"Le Team Sky a utilisé des médicaments pour améliorer les performances de ses coureurs"
05/03/2018 À 08:49

2011 Nibali

Crédit: AFP

Faiblesses : Au Tour de Californie, comme au Dauphiné, il a subi la course terminant très loin au général. En juin, sur le chrono de Bourg-en-Bresse, il a lâché énormément de temps à Wiggins (3'30") et Evans (1'42") sur 53 kilomètres. Le Tour de France offrira 100 kilomètres de contre-la-montre sur lesquels il pourrait perdre gros. La Liquigas saura-t-elle par ailleurs gérer Peter Sagan ? Le différend de l’étape de Chieti sur Tirreno-Adriatico (Sagan s'était certes imposé, mais il était revenu sur Nibali qui avait attaqué dans le dernier kilomètre) a été réglé, selon la formation italienne. Les ambitions du Squale et du jeune loup ne devront pas s'entrechoquer et Liquigas ne pourra pas se permettre de courir plusieurs lièvres à la fois.
La question : Nibali parviendra-t-il à surprendre Evans et Wiggins en descente alors que tout le peloton l'attend dans cet exercice ? 
La stat : 0. Le nombre d'étape remportée par Nibali sur le Tour de France et le Tour d'Espagne. 
L'oeil de Jacky Durand : "Il ne faut pas oublier que quand il était jeune, c'était un spécialiste du contre-la-montre. Ce parcours ne lui est donc pas si défavorable. Il a fait l'impasse sur le Giro, ce qui n'est pas rien pour un Italien. Je le vois sur le podium du Tour. L'équipe Liquigas va lui faire entièrement confiance, elle va le protéger. Il va jouer à quitte ou double, il est prêt à ça. Il n'a pas peur de prendre des risques et il a des équipiers capables de servir de relais en montagne."
https://i.eurosport.com/2012/06/29/857748.png
Tour de France
Gadret: le Tour plutôt que le Giro
10/01/2013 À 15:23