Un rapport "maison" sans pitié et qui risque de faire du bruit. Ce lundi 5 mars, la commission culture, médias et sport (DCMS) de la Chambre des communes a publié un rapport de 54 pages sur le dopage dans le sport. Et le Team Sky y est clairement accusé de dopage déguisé.
Déjà secouée par l'affaire Chris Froome, l'équipe britannique se voit rattrapée par deux autres affaires concernant son ancien champion Bradley Wiggins : celle d'un médicament administré pour le Critérium du Dauphiné en 2011 et celle des autorisations à usage thérapeutique (AUT) pour de la triamcinolone, un corticoïde, avant le Tour de France 2012, que le Britannique a remporté.
Améliorer son rapport poids/puissance avant la course
Cyclisme
Lappartient : "Incapable de vous dire si le cas Froome sera réglé avant le Giro"
27/02/2018 À 17:42
Le rapport de la commission parlementaire accuse clairement la Sky de s'être servi de la médecine pour améliorer les performances de ses coureurs : "Nous pensons que ce puissant corticoïde a été utilisé pour préparer Bradley Wiggins, et possiblement certains de ses équipiers, pour le Tour de France. Le but n’était pas de traiter un problème médical mais d’améliorer son rapport poids/puissance avant la course", avance ainsi ce rapport, dans des propos relayées et traduits par Le Monde.
Le rapport ajoute que "contrairement au témoignage de David Brailsford [manager de l’équipe depuis sa création en 2010, NDLR] devant la commission, nous pensons que le Team Sky a utilisé des médicaments, dans les règles de l’Agence mondiale antidopage, pour améliorer les performances de ses coureurs et non pour traiter un problème médical".

"Contraire à l'éthique, mais pas contraire aux règles antidopages"

Dit autrement, la Sky n'est pas soupçonnée d'avoir violé les règlements de l'AMA, mais de les avoir contournés. "Ce que Brad faisait était contraire à l'éthique, mais pas contraire aux règles antidopages", a d'ailleurs reconnu l'ancien entraîneur de l'équipe Sky et du cyclisme britannique Shane Sutton, entendu par la commission au cours de son enquête.
Des accusations fortes qui ternissent encore un peu plus la réputation de la meilleure équipe du peloton, qui a toujours voulu se donner l'image d'une formation propre, notamment en jouant la transparence autour de la préparation de ses coureurs. Une réputation déjà ternie par l'affaire (toujours en cours) Chris Froome, quadruple vainqueur du Tour de France et qui a subi en septembre dernier un contrôle anormalement élevé - mais pas un contrôle positif - au salbutamol, un broncho-dilatateur, lors du Tour d’Espagne, qu'il a remporté.

Sky et Wiggins se défendent

Dans un communiqué, la Sky a répondu à la commission parlementaire, assurant en préambule assumer "l'entière responsabilité des erreurs commises par le passé". Mais la Sky "réfute fortement" l'accusation selon laquelle "les médicaments ont été utilisés par l'équipe pour améliorer la performance" et dément aussi "l'utilisation répandue de triamcinolone par des coureurs de l'équipe Sky avant le Tour de France 2012". "Dans l'équipe Sky, nous nous sommes engagés à créer un environnement permettant aux coureurs d'être le plus performant tout en restant propres", ajoute le communiqué de l'équipe britannique.
Sur son compte Twitter, Bradley Wiggins a aussi réagi à la polémique, se disant "très triste que des gens puissent être accusés de choses qu’ils n’ont jamais faites et qui sont présentées comme des faits". "Je réfute vivement qu’un médicament ait été pris pour autre chose qu’un besoin médical", a-t-il ajouté. Selon L'Equipe, ce rapport de la commission parlementaire ne donnera lieu à "aucune poursuite judiciaire ni disciplinaire". Met accentue encore un peu plus le soupçon et la pression sur la Sky.
Cyclisme
Un médaillé olympique en aviron débarque dans les pelotons : Wiggins interroge le phénomène Osborne
21/09/2021 À 18:32
Tour d'Allemagne
Greipel en mode tournée d'adieux, Cavendish, Froome et O'Connor aussi au départ
25/08/2021 À 09:28