AFP

Pinot, classe biberon

Pinot, classe biberon
Par Eurosport

Le 08/07/2012 à 17:15Mis à jour Le 08/07/2012 à 17:40

Plus jeune coureur du Tour, Thibaut Pinot a fait parler tout son talent pour remporter au solitaire la 8e étape, à Porrentruy, dimanche. En Suisse, le coureur de la FDJ-BigMat a offert à la France un premier succès sur cette Grande Boucle 2012. Bradley Wiggins reste en jaune.

Décidément, cette cuvée 1990 a de l'avenir. Elle a aussi, déjà, du présent. Peter Sagan, déjà triple vainqueur d'étape sur ce Tour de France, est de la trempe des grands, on le savait. Mais Thibaut Pinot, de cinq mois le cadet du Slovaque, a montré qu'il n'était pas mal non plus. Au terme d'une cavalcade dans le Jura suisse alliant audace, classe et courage, le benjamin de cette 99e édition a offert au cyclisme français sa première victoire d'étape à Porrentruy. Seul devant le groupe des favoris où Bradley Wiggins a résisté aux quelques escarmouches signées Van den Broeck, Nibali ou Evans, Pinot s'est fait un nom dimanche.

C'était la Saint-Thibaut, dimanche. Le moins que l'on puisse dire, c'est que Thibaut Pinot a été à la fête, comme toute l'équipe FDJ, dont le directeur sportif, Marc Madiot, en transe, a réinventé le concept de l'oreillette dans le final. Déchainé, on a vu l'ancien vainqueur de Paris-Roubaix hurler ses encouragements à son protégé depuis sa voiture. L'image du jour, une des images du Tour, assurément. On attendait déjà Pinot la veille, du côté de la Planche des Belles Filles, chez lui. Mais le tracé dominical, avec son toboggan et son arrivée dans la vallée, lui convenait peut-être davantage encore. C'était le bon jour pour attaquer. Comme beaucoup d'autres, Pinot le savait. Il a donc attaqué, mais il n'a pas été le seul.

Wiggins en gestionnaire

C'est dans la dernière des sept ascensions du jour, la plus difficile (le col de la Croix, classé en première catégorie), que Pinot a fait la différence. Il a fondu sur Fredrik Kessiakoff. Le Suédois d'Astana s'était isolé dans la côte de Saulcy, à 60 kilomètres de l'arrivée. Il a longtemps cru à la victoire, jusqu'à ce que Pinot ne l'avale puis le dépose dans l'ultime kilomètre du col de la Croix. Il restait encore 15 kilomètres à tenir pour le coureur FDJ. Il fallait résister à Kessiakoff, dans un premier temps, mais surtout au groupe maillot jaune, qui allait revenir tout près de lui dans les cinq derniers kilomètres. Mais Pinot a tenu bon. Premier Tour et première victoire donc pour la petite perle de Melisey.

Derrière le héros du jour, l'autre grand bénéficiaire est sans doute Bradley Wiggins. Le Britannique avait de bonnes raisons de redouter cette étape, difficile à contrôler de par sa nature et sa brièveté. Mais il n'a finalement quasiment pas été attaqué. Jurgen Van den Broeck a bien tenté d'accélérer dans le col de la croix. Mais Wiggo n'a pas bronché. Dans la descente, Nibali à son tour a testé les nerfs du maillot jaune. Cadel Evans, sous la flamme rouge, a même essayé de grignoter quelques unes des dix secondes qu'il compte de retard sur le leader de Sky. Peut-être un aveu de faiblesse, paradoxalement. Comme la veille, Evans a pris la deuxième place, devant un autre épatant petit coureur français, Tony Gallopin.

Le groupe maillot jaune, sur la ligne d'arrivée, était réduit à sa plus simple expression. Outre Wiggins, Evans et Nibali, on y a retrouvé Menchov, Froome, Schleck, Horner et Van den Broeck. Les hommes forts de cette première moitié de Tour sont là. Le vainqueur final aussi, probablement. Les autres sont déjà loin. Les Rolland, Brajkovic, Leipheimer et Monfort ont abandonné une minute aux ténors en Suisse. Samuel Sanchez, lui, n'est plus là. L'Espagnol a été contraint à l'abandon sur chute (voir par ailleurs). Après ce premier week-end important en moyenne montagne, Bradley Wiggins a incontestablement marqué des points. Lundi, dans le contre-la-montre, il entend bien accentuer cet avantage. Qui pourra l'en empêcher?

SUIVEZ LE TOUR DE FRANCE SUR EUROSPORT ET SUR LE PLAYER EUROSPORT

0
0