La journée a été bonne samedi pour Chris Froome. A l'issue de la 14e étape, son avance sur son premier poursuivant au classement général est passée de 2'52" à 3'10". Il a pris du temps à tous ses rivaux, absolument tous. Une petite seconde à Nairo Quintana, quatre à Alejandro Valverde, 19 à Alberto Contador et 40 à Tejay Van Garderen. Du tout bon, pour le maillot jaune. Pourtant, il était en colère samedi soir. Une colère froide, comme toujours avec lui. Mais "Froomey" a vécu une mésaventure qui ne lui a pas plu, mais alors pas du tout. Et pour tout dire, on le comprend.
La scène, survenue avant la prise d'antenne télé, est passée inaperçue et c'est le leader du Tour lui-même qui l'a racontée à l'arrivée à Mende. "C'était 50 ou 60 kilomètres après le départ, a expliqué le vainqueur du Tour de France 2013, un type m'a précisément visé et m'a jeté un verre d'urine au visage en me traitant de dopé. Je suis extrêmement déçu par ce comportement. Très déçu par la tournure des événements. On travaille dur pour arriver à ce niveau, tout ça ne fait pas du bien à notre sport."
Tour de France
Les écarts "fous" creusés par Froome, à la fois faux débat et mauvais argument
17/07/2015 À 16:41

Chris Froome au sein du peloton lors de la 14e étape du Tour 2015

Crédit: AFP

C'est dû à des reportages irresponsables qui ont été faits ces derniers jours
Et le maillot jaune de pointer du doigt un responsable : les médias, coupables selon lui d'alimenter la suspicion, les rumeurs, et d'attiser une forme de  haine à son égard et à l'égard de l'équipe Sky. "C'est dû à des reportages irresponsables qui ont été faits ces derniers jours. Ceux qui ont jeté la suspicion se reconnaîtront", a ajouté Froome sans citer de noms. Il y a 48 heures, il s'en était notamment pris à Cédric Vasseur et Laurent Jalabert, estimant leurs commentaires "culottés".
Vendredi soir, dans les colonnes du Telegraph, Richie Porte avait déjà expliqué avoir reçu un coup de poing dans les côtes de la part d'un spectateur dans l'étape de la Pierre-Saint-Martin, le 14 juillet. Incident qui n'avait été relaté ni par les Sky ni par l'organisation ces trois derniers jours. Mais le climat devient incontestablement lourd au bord des routes autour de la formation britannique et de son leader si dominateur.
A plusieurs reprises ces derniers jours, Froome a assuré comprendre les interrogations autour de sa personne compte tenu des multiples affaires qui ont touché le cyclisme au fil des années, mais il a aussi réclamé "un minimum de respect". Le message n'a semble-t-il pas été entendu et le geste particulièrement stupide et inadmissible de samedi est là pour en témoigner. Pourtant, le leader de la Sky a voulu relativiser, estimant qu'il s'agissait là d'actions isolées. "Je n'accuse pas le public, dont la majorité nous soutient. Là, c'est une minorité qui s'exprime", a-t-il conclu.

Chris Froome

Crédit: AFP

Tour de France
Un "passeport de puissance" ? Chez Sky, on n'est pas contre
15/07/2015 À 19:08
Tour de France
Froome a refusé une AUT sur le Tour en 2015 pour une question de "morale"
06/01/2017 À 21:41