AFP

Alaphilippe impressionnant mais frustré, Bardet déjà lessivé

Alaphilippe impressionnant mais frustré, Bardet déjà lessivé

Le 11/07/2019 à 18:02Mis à jour Le 11/07/2019 à 18:59

TOUR DE FRANCE - Magnifique dénouement au sommet de la Planche des Belles Filles. Rescapé de l'échappée, Dylan Teuns (Bahrain-Merida) s'est imposé devant Giulio Ciccone (Trek-Segafredo) mais l'Italien se console en prenant le maillot jaune. Au général, il devance Julian Alaphilippe de six petites secondes. Le grand perdant du jour se nomme Romain Bardet.

On savait que la première étape de montagne, ce jeudi, allait mettre à mal la domination de Julian Alaphilippe au sommet du général. C'était dit. Il restait à l'écrire sur la route. Pour six petites secondes, le Français n'est plus maillot jaune de ce Tour 2019. Vendredi matin, la tunique dorée sera portée par l'Italien Giulio Ciccone (Trek Segafredo), deuxième de cette 6e étape derrière le Belge Dylan Teuns (Bahrain-Merida), vainqueur à la Planche des Belles Filles. Plus loin, Romain Bardet a sombré et s'avère le grand perdant du jour chez les favoris…

Vidéo - L'arrivée des deux "vainqueurs" du jour : A Teuns l'étape, à Ciccone le maillot jaune

04:35

Partie à 155km de l'arrivée, l'échappée, d’abord composée de quatorze éléments dont trois Français (Benoît Cosnefroy, Fabien Grellier et Julien Bernard), a obtenu une avance maximale de 8'30" sur le peloton. Puis s'est réduite au fil de l'étape pour se conclure par une explication entre deux rookies sur la Grande Boucle. Lâché par Teuns dans les derniers hectomètres, les plus difficiles (jusqu'à 24%) de la désormais mythique montée de la Planche des Belles Filles, Ciccone s'est consolé en endossant le maillot jaune. Et c'est grâce aux bonifications glanées dans la journée que le meilleur grimpeur du dernier Giro l'a dérobé au Français, arrivé 1'35" derrière lui. Passé en tête au sommet des Chevrères, l'Italien, qui accusait 1'43" de retard sur le Français jeudi matin, a empoché huit secondes de bonus puis six sur la ligne d'arrivée. Suffisant pour le combler de bonheur.

Bardet en perdition totale

A l'aube de ce sixième opus, on se posait des questions sur l'envie et les velléités des favoris à la victoire finale. A la veille de l'étape la plus longue du Tour (230km entre Belfort et Chalon-sur-Saône), ceux-là ont longtemps attendu avant de bouger l'oreille. Et il a fallu attendre le 156e des 160 kilomètres au menu pour les voir commencer à s'écharper. Après le travail de la Movistar, à partir du Ballon d'Alsace, et de son champion du monde Alejandro Valverde en particulier, Mikel Landa a durci la course à quatre kilomètres de la ligne avant de voir revenir le groupe des favoris. Toujours là et visiblement en jambes, Julian Alaphippe a tenté sa chance à son tour. Trop tardivement finalement.

Sixième de l'étape, le Français a été devancé par Geraint Thomas de deux secondes et est arrivé dans la roue d'un Thibaut Pinot (Groupama FDJ), rassurant sur son état de forme. Tout le contraire de son compatriote Romain Bardet. Souvent en queue de peloton dans l'ascension finale, le leader d'AG2R La Mondiale a calé pour accuser 1'09" de retard sur le Gallois d'Ineos au bout de son effort. Le voilà à plus de deux minutes de Thomas au général. Autre leader en difficulté, l'Italien Vincenzo Nibali, lauréat en 2014 ici-même, a concédé 51 secondes au tenant du titre. Depuis 2012, le porteur du maillot jaune à la Planche des Belles Filles s'est toujours imposé sur les Champs-Elysées. On doute que la statistique tienne toujours à l'issue de cette 106e édition.

Le classement général du Tour de France 2019 après la 6e étape
0
0