Getty Images

Attention, revoilà Sagan !

Attention, revoilà Sagan !

Le 08/07/2019 à 00:29Mis à jour Le 08/07/2019 à 10:52

TOUR DE FRANCE - Deuxième à Bruxelles samedi, le Slovaque Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) ne vise que la première place lundi à Epernay. Le sextuple vainqueur du maillot vert retrouve de bonnes jambes après un début de saison compliqué. Au meilleur des moments…

En montant dans son bus samedi après-midi, Peter Sagan a poussé un cri qui a surpris les quelques spectateurs postés là. Un cri de frustration assurément. Pour 9 millièmes de seconde, soit un tout petit peu plus de 15 centimètres, le Slovaque a vu s'envoler une victoire qui lui tendait les bras à Bruxelles samedi, et de facto, le maillot jaune. Le 12e bouquet sur la Grande Boucle attendra. Peut-être pas très longtemps car la 3e étape qui se profile lundi entre Binche et Epernay devrait lui permettre de s'exprimer à nouveau.

"Parfois, les première et deuxième places ne se jouent qu'à quelques centimètres. C'est le cyclisme, avouait-il samedi, fataliste. Mais je suis satisfait de ma forme et du travail solide de l'équipe. Nous nous battrons tous les jours !" Dauphin du Néerlandais Mike Teunissen dans la capitale belge, Sagan préférait voir le verre à moitié plein : "Je suis tout de même très content de cette première journée. J'ai gagné le sprint intermédiaire et je termine deuxième. Nous sommes à 50 points tous les deux (avec Teulissen), ce fut une première journée très positive."

Trois victoires seulement en 2019

En quête d'un septième maillot vert, Sagan a évité les écueils et les chutes. Et le coureur de 29 ans, qui ne s'est pas dépensé plus que ça sur le chrono par équipes, sait surtout que d'autres opportunités se présenteront à lui jusqu'aux Champs-Elysées. Le voir jouer avec les meilleurs dès la première étape est finalement rassurant. Cette saison, tout n'a pas été rose pour le triple champion du monde. L'homme fort de la Bora-Hansgrohe n'a levé les bras qu'à trois reprises : une fois en janvier, sur le Tour Down Under (3e étape), une fois en mai, sur le Tour de Californie (1re étape) et la dernière en juin, sur le Tour de Suisse (3e étape). Ses 110e, 111e et 112e succès en carrière.

Le 113e lundi à Epernay ? Après un début d'étape tout plat, le final du 3e opus de cette 106e édition propose trois cols de 3e catégorie dans les 30 derniers kilomètres. Sans compter une ultime difficulté, la Côte du Mont Bernon (1km à 5,5%) à quatre bornes de l'arrivée, qui devrait réduire le champ des vainqueurs potentiels et qu'il ne faudra surtout pas négliger. Un profil taillé sur mesure pour les puncheurs emmenés par le plus fort d'entre eux, Julian Alaphilippe. Mais Peter Sagan ne l'entend sûrement pas ainsi.

Peter Sagan lors du Tour de France 2019
0
0