Cyclisme
Tour de France

L'étape pour Quintana, la belle affaire pour Bernal : Les Colombiens planent sur les Alpes

Partager avec
Copier
Partager cet article

Quintana (Movistar), vainqueur à Valloire

Crédit: Getty Images

ParJulien Chesnais
25/07/2019 à 15:09 | Mis à jour 25/07/2019 à 17:07

TOUR DE FRANCE - Nairo Quintana (Movistar) a remporté en solitaire la 18e étape du Tour de France dans les rues de Valloire. Le Colombien s'est imposé devant Romain Bardet (Ag2r-La Mondiale), nouveau maillot à pois. Egal Bernal (Ineos) s'est extirpé du groupe des favoris pour prendre la deuxième place au classement général. Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) reste maillot jaune.

Julian Alaphilippe a tenu bon dans la première étape alpine pour conserver son maillot jaune. Mais il a souffert, beaucoup même, dans les derniers hectomètres du Galibier, dernière ascension mythique de cette 18e étape remportée par Nairo Quintana. Mais grâce à ses talents de descendeur, le Montluçonnais a réussi à boucher la vingtaine de secondes de qui le séparait du groupe des favoris pour arriver en son sein à Valloire. Alaphilippe n'a ainsi perdu du temps sur personne à l'exception d'Egan Bernal, intenable dans le Galibier et nouveau dauphin du Français avec 1'30'' de retard.

  • Le film de l'étape
Tour de France

Bernal sur la guerre des chefs chez Ineos : "Personne ne peut dire : 'Je suis le leader'"

06/07/2020 À 12:12

C'est à trois kilomètres du sommet, et vingt-deux de l'arrivée, que Bernal a placé son offensive. Il s'agissait de la première de la journée parmi les favoris, jusque-là restés tranquilles hormis l'accélération des Movistar dans l'Izoard, qui n’avait pas produit d'autre effet que de réduire le peloton à une vingtaine d'unités. Personne n'a alors pu suivre le maillot blanc. Même pas Pinot, qui tombe ainsi quelque peu du piédestal érigé dans les Pyrénées. L'écart a vite grimpé en faveur de Bernal. À un kilomètre du sommet, il comptait déjà 45'' de marge.

Thomas : "On n'a pas réussi à lâcher Julian Alaphilippe"

00:01:09

Alaphilippe est revenu dans la descente du Galibier

L'arc Ineos a alors décoché sa deuxième flèche. Thomas a placé à son tour un démarrage auquel personne n'a pu répondre dans un premier temps. Mais au sommet du Galibier, à l'arraché, Pinot a pu réaliser la jonction sur le Gallois, emmenant avec lui Steven Kruijswijk, Mikel Landa, Rigoberto Uran et Emmanuel Buchmann sur le porte-bagages. Dans la descente, les écarts sont restés à peu près figés. À l'arrivée, le bénéfice de Bernal s'élève à 32'' sur le groupe des favoris. Revenu dans celui-ci grâce à une descente franchement spectaculaire, Alaphilippe garde sa tunique dorée avec une marge toujours confortable à trois jours de l'arrivée. Avant les deux dernières étapes des Alpes, il compte 1'30'' d'avance sur Bernal, 1'35'' sur Thomas, 1'47'' sur Kruijswijk, 1'50'' sur Pinot et 2'14'' sur Buchmann. Une belle opération.

Quintana se replace, Bardet prend le maillot à pois

À la 7e place du général, on trouve un Movistar, mais pas celui qu'on attendait. Nairo Quintana a profité de sa présence dans l'échappée pour reprendre plus de cinq minutes et revenir à 3'54'' d'Alaphilippe. Un beau rapproché qui s'ajoute à la victoire d'étape, la troisième de sa carrière sur le Tour. "Nairoman" était le plus fort dans cette échappée de 34 coureurs qui a compté plus de huit minutes d'avance. Il s'est envolé sur les premières pentes du Galibier, à 26 kilomètres de l'arrivée, alors qu'il était encore en compagnie d'Alexey Lutsenko, Michael Woods, Damiano Caruso et Romain Bardet.

L'écart a vite passé la minute, ce qui laisse peu de regrets à Bardet tant Quintana était intouchable ce jeudi. L'Auvergnat, qui court derrière un succès d'étape pour sauver son Tour, s'est classé 2e de l'étape à 1'35'' du Colombien. Lutsenko a complété le podium, à 2'28'' tandis que Bernal, 8e de l'étape, est arrivé avec 4'46'' de retard. Bardet peut se consoler avec la prise du maillot à pois. Passé en 2e position à l'Izoard (derrière Caruso) puis au Galibier, l'Auvergnat compte 12 points d'avance sur l'ancien leader Tim Wellens. Que ce soit pour le classement de la montagne,ou pour le général, rien n'est donc encore joué avant les arrivées à Tignes et à Val Thorens. L'indécision demeure sur ce Tour. Plus que jamais.

Tour de France

Dennis donne (enfin) la vraie raison de son abandon sur le Tour 2019

01/05/2020 À 19:42
Tour de France

Pinot : "Plus le Tour sera éloigné, mieux ce sera pour nous"

20/04/2020 À 08:38
Dans le même sujet
CyclismeTour de France
Partager avec
Copier
Partager cet article