Getty Images

Le jour J de Pinot

Le jour J de Pinot

Le 10/07/2019 à 22:27Mis à jour Le 11/07/2019 à 10:59

TOUR DE FRANCE - C’est sa journée. Sa montée. Thibaut Pinot sera chez lui à La Planche des Belles Filles ce jeudi, lors de la 6e étape. L’arrivée vosgienne constitue le premier rendez-vous au sommet du Tour et le Franc-Comtois espère bien y frapper un grand coup. Peut-il faire le doublé victoire-maillot jaune comme Alaphilippe lundi dernier ? Le rêve n’est pas inaccessible.

La montagne arrive. Et s’il y a bien un coureur qui n’en pouvait plus d’attendre, c’est Thibaut Pinot. Car cette montagne, c’est La Planche des Belles Filles, une montée que personne dans le peloton du Tour ne connaît mieux que le Franc-Comtois. L’enfant de Mélisey est ici chez lui (il n’habite qu’à 20 kilomètres du pied de la montée), et les innombrables inscriptions à sa gloire disent bien à quel point Pinot est attendu ce jeudi. C’est son jardin. Et il espère bien, cette fois-ci, y être sacré roi.

Vidéo - Pour Jacky Durand, pas besoin de regarder l'étape : "Pinot va gagner à la Planche des Belles Filles"

02:43

Pinot était de la partie les trois fois où le Tour est monté sur le toit des Vosges méridionales. Trois expériences jamais assorties de victoire, qui lui ont laissé un goût bien différent. En 2012, pour son baptême du feu sur la Grande Boucle, il s’était classé 15e, un résultat qui malgré sa précocité l’avait un peu laissé sur sa faim (ndlr : il s’était bien rattrapé le lendemain en s’imposant à Porrentruy). Deux ans plus tard, il n’était pas passé loin du Graal. Sans un Vincenzo Nibali intouchable, il aurait levé les bras (2e à 15’’ du Squale). En 2017, pas de frustration cette fois. Sorti d’un Giro réussi mais éreintant, il n’était plus que l’ombre de lui-même et sa piètre montée de la Planche (52e à plus de quatre minutes du vainqueur) n’était qu’un calvaire annonciateur du chemin de croix qui le mènera à l’abandon en fin de Tour.

"Je suis vraiment pressé d'y être"

Pour son 4e essai, Pinot a cette fois toute la fraîcheur du monde (grâce à l’impasse sur son cher Giro). Et de la confiance à revendre. Sa fin de saison 2018 d’exception, marquée par deux succès d’étape sur la Vuelta et son monumental triomphe en Lombardie, l’a fait changer de dimension. On sent le leader de la Groupama-FDJ habité d’une sérénité nouvelle. Et il a su éviter les pièges traditionnels du début de Tour. Ainsi, tous les signaux au vert avant cette 6e étape qui constituera le premier grand test pour les favoris. Un contre-la-montre par équipes réussi et cinq secondes de reprises à tout le monde à Epernay (sauf Bernal) lui permettent d’aborder son jour J avec un état d’esprit conquérant. "Je suis vraiment pressé d’y être…(J’ai) vraiment, vraiment envie de bien faire", insistait-il encore au micro d’Eurosport mardi matin.

Vidéo - Pinot : "Pressé d'être à la Planche des Belles Filles"

01:06

Sur le papier, l’arrivée à La Planche des Belles Filles lui conviendra plus que les années précédentes. Un kilomètre de grimpette a été ajouté (on arrive au sommet même de la station, à 1140m) ce qui favorise le pur montagnard qu’il est. Cette portion de rab, dont les travaux ont débuté l’automne dernier, s’annonce particulièrement difficile (passage à 24%). En bon voisin, il a eu le temps de se l’approprier. Depuis le début de l’année, il confie ainsi l’avoir grimpé "entre cinq et dix fois". "J'y suis encore retourné avant de partir sur le Tour, explique-t-il sur le site du Parisien. Je voulais aller voir une dernière fois le dernier kilomètre. Mais demain (jeudi), ce sont les jambes qui décideront. Je peux la faire mille fois, mais si je n'ai pas les jambes, ce sera compliqué."

Alaphilippe lui a montré la voie

Les masques vont tomber sur cette montée de 7km à 8,7%. Et il ne lui a pas échappé que les trois fois où le Tour est venu sur la Planche, le maillot jaune au sommet l’a été sur les Champs-Élysées : "Cela montre qu'il faut répondre présent. On en saura beaucoup plus et on saura qui sont vraiment les favoris."

Vidéo - En jaune à la Planche des Belles Filles, en jaune à Paris

02:23

Julian Alaphilippe avait coché la 3e étape avec la réussite qu’on lui connait. Thibaut Pinot peut-il faire pareil coup double sur l’étape de son cœur ? Sur le papier, le rêve est permis. 13e du général, il n’a "que" 52’’ de retard sur l’Auvergnat, qui espère de son côté mettre fin à la loi disant que le porteur du maillot jaune en bas de la Planche ne le conserve jamais au sommet. Il compte 27’’ de retard sur Steven Kruijswijk, 12’’ sur Egan Bernal et 7’’ sur Geraint Thomas. Autant dire qu’une victoire assortie d’une petite avance peut le propulser en tête du général. S’imposer sur sa montagne fétiche, avec le maillot jaune à la clé, voilà le rêve de Thibaut Pinot. Un rêve pas forcément inaccessible, qu’il tentera de réaliser jeudi. Avec toute la Haute-Saône, et bien plus encore, avec lui.

Thibaut Pinot - Tour de France - Third Stage

Thibaut Pinot - Tour de France - Third StageGetty Images

0
0