Getty Images

Alaphilippe "prêt à repousser" ses limites dans le chrono

Alaphilippe "prêt à repousser" ses limites dans le chrono

Le 19/07/2019 à 13:25Mis à jour Le 19/07/2019 à 13:26

TOUR DE FRANCE – Julian Alaphilippe sera en jaune pour la journée du centenaire de la célèbre tunique, vendredi. Le Français a passé une journée sans encombre et sans être attaqué une seule fois, jeudi. Mais vendredi, dans le chrono, ce ne sera pas la même histoire. Il devra sortir le très grand jeu pour rester au pouvoir. Il le sait. Il y est prêt.

"C'est juste incroyable, je suis encore en jaune !" Julian Alaphilippe a gagné une journée, et il savoure. A nouveau leader du Tour 2019 depuis samedi dernier et son coup de force à Saint-Etienne, le Français n'a absolument pas été mis en difficulté lors de la première étape pyrénéenne.

Malgré la présence de deux cols classés en 1re catégorie, Peyresourde et la Hourquette d'Ancizan, les favoris sont restés sages. "J'attendais des attaques de certains, mais finalement ça n'est pas arrivé, ce n'est pas plus mal", a souri le puncheur de l'équipe Deceuninck – Quick Step. Ça n'a pas été une journée tranquille, mais disons que ça s'est bien passé".

A la veille du chrono, ce premier opus montagnard a été gentiment escamoté par les principales têtes d'affiche, qui avaient décidé de ne surtout pas en découdre. Tant mieux pour le maillot jaune, assuré de le porter à nouveau vendredi, pour le centenaire officiel de la mythique tenue, née le samedi 19 juillet 1919.

Julian Alaphilippe en jaune sur le Tour de France 2019.

Julian Alaphilippe en jaune sur le Tour de France 2019.Getty Images

" On va bouffer de l'acide lactique"

Pour l'occasion, il arborera un maillot spécial à l'effigie d'Eugène Christophe qui, cent ans avant lui, fut justement le tout premier maillot jaune de l'histoire. Pour lui, ce n'est pas anodin : "C'est difficile de l'expliquer mais ça représente beaucoup de choses ce Maillot Jaune et cet anniversaire... C'est beaucoup de fierté."

L'aventure s'arrêtera-t-elle là pour Alaphilippe ? Il abordera les 27 kilomètres du contre-la-montre béarnais avec une marge de 72 secondes sur Geraint Thomas, son dauphin au classement et principale menace. Il y a pour l'heure plus d'écart entre lui et le tenant du titre qu'entre Thomas et Dan Martin, 9e du général. Pourtant, sur un chrono, tout peut aller très vite. "C'est toujours mieux d'avoir une minute d'avance, mais Geraint Thomas est un spécialiste, donc ce sera très dur", rappelle-t-il, prudent.

La bonne nouvelle, c'est qu'Alaphilippe, sans être un spécialiste, n'est pas manchot non plus dans l'exercice. Lors du dernier Dauphiné, sur une distance comparable (26 kilomètres), il avait pris une belle 7e place, à 59 secondes du vainqueur, Wout van Aert, mais à une poignée de secondes seulement de garçons comme Tom Dumoulin ou Adam Yates. Qui plus est, le tracé béarnais pourrait servir ses intérêts. "Il me convient plutôt bien, juge le Français. Je l'ai reconnu et c'est un beau parcours. Ça monte, ça descend, c'est un chrono pas facile, à la fois exigeant et technique, avec huit kilomètres de plat à la fin avant un bon raidard pour finir. On va bouffer de l'acide lactique."

Vidéo - Alaphilippe sur le contre-la-montre : "C'est un moment qui va être spécial"

01:29

Tranquille comme Alaf'

Le numéro un mondial s'apprête en tout cas à vivre un moment très particulier. "Je réalise que je vais faire un chrono du Tour en jaune et en partant en dernière position, savoure-t-il. Quoi qu'il arrive, ça va être un moment très spécial pour moi. J'ai envie de me faire plaisir. Et de me faire mal, aussi."

Ce n'est qu'à ce prix qu'il aura une chance de conserver éventuellement son maillot. "Il va falloir repousser ses limites. Je pense que je sais faire ça. J'ai l'habitude et je suis encore plus motivé avec ce maillot sur les épaules. Donc j'ai vraiment une bonne raison de me faire encore plus mal que d'habitude. Physiquement, j'ai mal aux jambes comme tout le monde, mais je n'ai sans doute jamais été aussi bien."

Ce sera sa huitième journée en jaune. Plus d'un tiers de Tour d'ores et déjà totalement réussi, surtout en ajoutant son succès d'étape il y a dix jours. Alaphilippe saura, et nous avec lui, s'il est capable de rester plus longtemps à la table des favoris. Personne n'a cette réponse aujourd'hui.

Mais une chose est sûre, alors que le maillot jaune constitue parfois un poids, lui se sent plus léger que jamais. Il dégage tranquillité et sérénité. "Si on perd le maillot, on le perd, mais connaissant Julian, croyez-moi, il va tout faire pour le garder le plus longtemps possible", affirme Patrick Lefevere, le manager de Deceuninck. "Je sens les attentes mais pas de pression, confirme son leader. Et je suis juste heureux d'être maillot jaune du Tour." S'il l'est encore vendredi soir, le plaisir deviendra gêne. Pour la concurrence.

Julian Alaphilippe avec le maillot jaune à Saint-Etienne / Tour de France 2019

Julian Alaphilippe avec le maillot jaune à Saint-Etienne / Tour de France 2019Getty Images

0
0