Getty Images

Pinot perd très gros, Van Aert vainqueur en costaud

Pinot perd très gros, Van Aert vainqueur en costaud

Le 15/07/2019 à 17:22Mis à jour Le 15/07/2019 à 19:13

TOUR DE FRANCE - Thibaut Pinot (Groupama - FDJ) a été l'un des grands perdant du jour sur la 10e étape, lundi, en concédant 1'40" sur un coup de bordure. A Saint-Flour, Wout van Aert (Jumbo - Visma) a gagné au sprint devant Elia Viviani (Elia Viviani) et Caleb Ewan (Lotto - Soudal). Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick-Step) conserve son maillot jaune.

Une étape tranquille, qu'ils disaient. Veille de journée de repos, profil taillé pour une arrivée au sprint. Sur la route d'Albi, la journée s'annonçait anodine pour les favoris. Sauf que. Sauf qu'il y avait ce vent de trois-quarts dos, propice à d'éventuelles bordures. Tout le monde était prévenu. Et ça n'a pas manqué. A moins de 40 kilomètres de l'arrivée, sous l'impulsion des Education First d'abord puis, surtout des équipiers du maillot jaune Julian Alaphilippe, la grande manœuvre a commencé.

A l'arrivée, c'est un peloton de moins de trente coureurs qui a disputé la victoire dans la cité tarnaise. Le jeune prodige belge Wout Van Aert (Team Jumbo-Visma) a décroché son premier succès sur le Tour, en coiffant Elia Viviani (Deceuninck - Quick Step). Derrière, certains leaders ont été piégés.

Vidéo - Parmi les rescapés, c'était Van Aert le plus fort : l'arrivée au sprint de la 10e étape

02:14

Parmi eux, Thibaut Pinot, qui n'a pu prendre le bon wagon sur la bordure. Sale journée pour le Franc-Comtois. Sur la ligne, il a concédé 1'40". Même débours pour Richie Porte, Rigoberto Uran ou Jakob Fuglsang. Mikel Landa, lui, a lâché trente secondes de plus. Si ces ténors-là n'ont pas perdu le Tour à Albi, ils se sont sérieusement compliqués la vie...

Tout ça pour ça

Jusqu'à cet énorme coup de Trafalgar, ce 10e acte s'était pourtant déroulé calmement. Une échappée de six hommes s'était formée après une quinzaine de kilomètres. Michael Matthews avait tenté d'y prendre part avant de se relever quand Peter Sagan l'a marqué à la culotte. Les baroudeurs du jour étaient dès lors partis pour passer une bonne partie de la journée devant.

On retrouvait là notamment les Français Tony Gallopin (AG2R) et Anthony Turgis (Total Direct Energie). Ce groupe a pris rapidement trois minutes d'avance, avant de voir cet avantage plafonner. A 40 kilomètres de l'arrivée, ces six échappés comptaient encore près de deux minutes de marge sur le peloton. Quelques minutes plus tard, le déclenchement des hostilités à l'arrière venait de les condamner.

C'est donc là, juste à la limite des routes de l'Aveyron et du Tarn, que le Tour a connu ce qui restera sans doute comme un de ses grands tournants. La cassure a donc été fatale à Thibaut Pinot. On avait souligné à quel point le leader de l'équipe Groupama-FDJ avait eu tout bon depuis le départ de Bruxelles. Pas une faute, pas un coup de pédale de travers, rien. Samedi, il avait fourni un effort colossal avec Julian Alaphilippe pour gratter moins de trente secondes sur ses rivaux. Deux jours plus tard, il a concédé plus du triple. Tout ça pour ça. "Une journée de merde", a-t-il laconiquement lâché à l'arrivée avant de tourner les talons.

Vidéo - Le moment où Pinot s'est fait piéger et a perdu gros

01:41
Julian Alaphilippe (Deceuninck - Quick-Step) lors de la 10e étape du Tour de France 2019

L'orgie Jumbo-Visma

Pinot, Porte, Fuglsang, Uran et les autres ont pourtant tout tenté pour opérer la jonction et éviter la catastrophe. Le coup n'est pas passé loin : à moins de vingt kilomètres de l'arrivée, ils sont brièvement revenus à 13 secondes du groupe maillot jaune. Mais le groupe Pinot ne comptait plus alors qu'une quinzaine d'unités et, faute de pouvoir recoller pour de bon, a fini par s'épuiser. L'écart n'a alors cessé de croitre pour atteindre les 100 secondes sur la ligne. Dur à avaler. Le vainqueur du Tour de Lombardi sort du Top 10 au général, où Julian Alaphilippe devance désormais de plus d'une minute les deux hommes forts d'Ineos, Geraint Thomas, son nouveau dauphin, et Egan Bernal.

Parmi la petite trentaine de coureurs qui ont eu la bonne idée de monter dans le bon train, les sprinters ne manquaient pas. Matthews, Sagan, Viviani, Ewan. Et Wout Van Aert. Le jeune Belge, plein champ, a résisté jusqu'au bout à l'Italien de Deceuninck. Viviani manque de peu son deuxième bouquet sur ce Tour. Pour la Jumbo-Visma, la fête continue : après Mike Teunissen, le chrono par équipes et Dylan Groenewegen, Van Aert offre à sa formation un quatrième succès en dix jours. Chez eux, la journée de repos s'annonce douce et savoureuse. Ce ne sera pas le cas de tout le monde...

0
0