La formation Bahraïn-Victorious nie tout en bloc. Des chercheurs de Strasbourg ont publié ce jeudi les résultats de prélèvements qui leur avaient été demandés d’analyser à la suite d’une perquisition de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement à la santé publique (Oclaesp) en marge de la 18e étape du Tour de France, à Pau. Et ceux-ci étaient formels : les échantillons capillaires de trois coureurs contenaient des traces d’une substance appelée Tizanidine, un puissant relaxant musculaire qui n'est cependant pas interdit par l’agence mondiale antidopage (AMA).
Au lendemain de cette publication dans la revue scientifique Wiley Anatycal Science Journal, le manager de l’équipe cycliste bahreïnie, Milan Erzan, a nié les faits dans un communiqué. Ce dernier s’est étonné de voir le nom de cette substance apparaître dans le rapport et d’y être associé. "Qu’est-ce que c’est ? Nous n’utilisons pas cela", a-t-il déclaré. Avant de continuer : "Je n’ai jamais entendu parler de ça. Notre équipe et nos coureurs n’ont jamais été avertis de cette découverte, par conséquent, nous n’avons aucun commentaire à faire à ce sujet".
Tour de France
Froome rêve encore d'un 5e Tour : "Je n'arrêterai que quand ça ne sera plus possible"
27/10/2021 À 15:53

"Un impact sur notre réputation"

Suite aux déclarations de son manager, l’équipe cycliste a publié un communiqué ce vendredi, dans lequel elle dénonce une atteinte à sa réputation. Précisant qu’elle "tenait à indiquer que les auteurs de l’article scientifique auquel se réfèrent toutes les allégations ont souligné sans ambiguïté que la Tizanidine n’est pas une substance interdite dans le sport. L’équipe consulte des conseils juridiques sur la nature dans laquelle ces informations ont été publiées sans que nous n’en soyons informés, ce qui a eu un impact sur notre réputation".

Sonny Colbrelli

Crédit: Getty Images

La Tizanidine, plus connue sous les marques Sidarlud et Zanaflex, n’est en effet pas interdite par l’AMA. La publication des scientifiques français l'a d’ailleurs précisé : "En dépit de ses propriétés myorelaxantes et de son intérêt dans le traitement des blessures sportives, comme les entorses, la tizanidine n’est pas un médicament interdit dans le sport”.
Contacté par la Tribune de Genève, un expert en dopage souhaitant garder l’anonymat a tenu à rappeler que ce produit pouvait également être utilisé pour soulager les douleurs musculaires. "Sur une course de trois semaines, la récupération joue un rôle clé. Au bout de quelques jours, les coureurs ont du mal à s’endormir car leurs muscles sont trop tendus. Cela pourrait être une explication à la présence de Taziedine dans la pharmacie de l’équipe”. Pour rappel, l'équipe Bahraïn Sonny Colbrelli et Matej Mohoric avaient brillés lors de la dernière édition du Tour de France, remportant deux victoires d'étape. L’enquête suit son cours.
Tour de France
Cordon-Ragot, sur un Tour au féminin : "Après Roubaix, c’est un nouveau chapitre d’histoire"
20/10/2021 À 08:49
Tour de France
Un pont de 18 km décisif ? Pogacar, Asgreen et Fuglsang évoquent le parcours du Tour 2022
20/10/2021 À 08:29