Ils forment un trio si indissociable, celui des puncheurs fous, que Julian Alaphilippe, Wout van Aert et Mathieu van der Poel étaient forcément les hommes les plus attendus samedi pour l'ouverture bretonne du Tour 2021. Le final était fait pour eux. Mais de ces trois hommes, un était nettement au-dessus des deux autres. Quand Julian Alaphilippe a placé sa mine peu après le terrible pied de la côte de la Fosse-aux-Loups, ses deux rivaux belge et néerlandais ont fait comme le reste du peloton : ils ont constaté les dégâts.
"Julian était le plus fort aujourd'hui", a simplement admis Van der Poel, qui aurait pourtant tellement aimé s'imposer pour ses premiers pas sur le Tour. Un maillot jaune lui aurait permis d'appuyer l'hommage à son grand-père, Raymond Poulidor, qui ne l'a jamais porté en dépit de ses huit podiums à Paris. Son équipe, Alpecin-Fenix, avait obtenu l'autorisation de l'UCI de porter un maillot violine et jaune inspiré de celui porté par "Poupou" lors de son premier Tour de France en 1962. "C'était cool de porter ce maillot en hommage à mon grand-père", a-t-il dit. Mais ça n'a pas suffi.
Tour de France
Brailsford prêt à passer la main chez Ineos : "Si j'ai encore des problèmes de santé, j'arrête"
19/07/2021 À 18:50

Van der Poel, beau perdant : "Alaphilippe était vraiment le plus fort aujourd'hui"

"Je n'avais pas les jambes que j'aurais voulu avoir, a regretté le Néerlandais. J'étais mal placé au pied de la dernière côte, j'ai essayé de me replacer. Quand Julian est parti, personne n'a essayé d'aller le chercher. Pogacar et Roglic sont sortis, j'ai pu rentrer sur eux mais j'avais les jambes qui brûlaient." Il espère avoir "de meilleures sensations" dimanche vers Mûr-de-Bretagne, où il a promis de tenter sa chance. "Je vais essayer encore demain (dimanche, NDLR)", assure VDP, qui n'a terminé qu'à la 20e place, au bout du premier peloton arrivé à huit secondes de Julian Alaphilippe.

Van der Poel : "Julian est fort et il le sera encore"

Wout van Aert, lui, a terminé encore un peu plus loin, à 13 secondes du vainqueur. Dans la bosse décisive, le champion de Belgique a joué les équipiers de luxe pour Primoz Roglic en roulant derrière Alaphilippe après l'attaque de ce dernier. Puis, une fois son leader parti à son tour, Van Aert s'est plus ou moins relevé. Mais vu la tournure des évènements, avec ces deux énormes chutes qui ont déjà amoché une partie du peloton, l'essentiel était presque ailleurs. "Ce n'était pas le meilleur jour pour nous mais ça aurait pu être bien pire aussi, relativise Van Aert. J'ai apprécié ma première journée avec le maillot de champion de Belgique jusqu'à la grosse chute."

Chaos sur le Tour : Tony Martin heurte une pancarte, des dizaines de coureurs à terre

Dimanche, ce sera donc l'heure du rappel pour les deux cadors du Bénélux. Ils se voient offrir une possibilité de revanche sur un terrain approchant. Mais compte tenu du temps concédé samedi, le maillot jaune semble, sauf aléa de course, d'ores et déjà hors de portée. A la pédale, on les imagine mal combler leur handicap sur Julian Alaphilippe. Reste une possible victoire d'étape. Ce serait bien plus qu'un lot de consolation.
Mais pour avoir une chance d'ouvrir leur compteur, Van Art et Van der Poel devront montrer autre chose. Le colosse d'Alpecin-Fenix en convient : "Il me faudra de meilleures jambes pour espérer battre Julian parce qu'il est très fort et il le sera encore dimanche." Son grand-père a souvent dû le lui répéter, mais sur le Tour, la gloire ne s'offre pas comme ça. Mathieu van der Poel est en train de toucher du doigt une évidence : le Tour, c'est autre chose.

Le résumé de la 1re étape : Du monde déjà au tapis, Alaphilippe déjà au sommet

Tour de France
"Cavendish a fait le 'come-back' le plus improbable dans le cyclisme"
19/07/2021 À 18:08
Tour de France
Van Aert devrait-il jouer le classement général du Tour ? "Ce n'est pas son kiff"
19/07/2021 À 18:07