Van Aert en forme olympique à Lausanne. Le maillot vert (Jumbo-Visma) a creusé l'écart dans un classement où la concurrence se réduit comme peau de chagrin. Un temps enfermé, le Belge a réglé au sprint un peloton de 26 coureurs samedi à Lausanne (Suisse), lors de la 8e étape. Michael Matthews (BikeExchange - Jayco) a lancé son sprint tôt et doit se contenter, une nouvelle fois, de la place de dauphin, après Longwy.
Encore dans le coup pour la gagne, Tadej Pogacar (UAE Emirates) a cette fois trouvé plus fort que lui, mais peut toutefois se satisfaire d’un pécule de quatre secondes de bonifications, récompense de sa troisième place dans le canton de Vaud. Il n’y pas de petits profits pour le maillot jaune.
Mondiaux sur route
Fritsch : "Il y a une semaine, mon favori était Pogacar…"
22/09/2022 À 22:54

Cette fois, Pogacar n'a pas eu le dernier mot : le sprint victorieux de Van Aert en images

Wout Van Aert a répondu à des questions et soulevé son lot de frustrations. Certes, le Flamand a senti la ferveur du peuple du Tour avant-hier, souvent obnubilé par le porteur de la tunique dorée, mais comment ne pas penser au final du côté de Longwy (6e étape) à la vue de la démonstration du maillot vert dans la côte du Stade olympique de Lausanne (3e catégorie, 4,8 km à 4,6%) ?
WVA a préféré recueillir les dernières bénédictions indues à son statut de leader de la Grande Boucle, au point de tirer un trait sur une possible victoire d'étape qui lui tendait les bras. Le Belge a corrigé le tir, englouti un huitième succès sur le Tour (le second sur cette édition), et assommé la lutte du classement par points.

10 kilomètres et déjà une chute collective : Bardet, Gaudu, Quintana et O'Connor au sol

Bardet à terre, Pinot sonné : peur sur les Bleus

Un succès qui a récompensé le travail de la Jumbo-Visma, occupée toute la journée durant à parasiter les velléités offensives, et contrôler un trio pas si inoffensif, isolé à la faveur d’une grosse chute intervenue au kilomètre 9. L’impact est à l’avant du peloton. Résultat : un abandon (Vermaerke), des éclopés (Uran, O’Connor), et une belle frayeur pour Romain Bardet (DSM). Touché au genou gauche, l’Auvergnat a tout de même fini l’étape dans le bon groupe (20e). Un moindre mal.
L’autre coqueluche du public tricolore a aussi eu son lot de déboires. Le tout en l’espace de deux minutes. D’abord à terre, Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) s’est empressé de réintégrer le peloton mais, dans son élan, le Franc-Comtois a essuyé un coup d’un assistant de la Trek-Segafredo, chargé de ravitailler un de ses coureurs. Sonné, le Vosgien s’est engagé dans une course-poursuite de 15 kilomètres avant de retrouver sa place, mais avec les jambes déjà lourdes.

Une chute puis une musette en pleine tête : Thibaut Pinot a vécu 2 minutes difficiles

Pogacar pas loin de tripler la mise

La chasse de Pinot lui a coûté sa fin d’étape. La cause, un coup tactique plein de malice signé Mattia Cattaneo. L’Italien de la Quick-Step Alpha Vinyl a attendu une pause générale du peloton, arrêté pour un besoin naturel, pour encourager ses compagnons d’échappée à enclencher à 69 kilomètres du but. Il faut dire que les deux premiers tiers de l’étape n’ont pas offert la grande explication annoncée.
Les BikeExchange de Matthews et les Jumbo de Van Aert (qui a tenté sa chance à l’avant) ont cadenassé les débats, repoussés sur les coups de 17h30, sur les hauteurs de Lausanne. Entre-temps, Fred Wright (Bahrain - Victorious), Cattaneo et Frederik Frison (Lotto-Soudal) ont lâché les chevaux. Le peloton s’y attendait, et s’est attelé à réduire progressivement l’écart, jusqu’à avaler l’ultime rescapé (Wright) sur l’asphalte mansardé du final.

Un geste de Cattaneo et l'échappée a mis le turbo

Immédiatement, Tadej Pogacar a pointé le bout de son casque jaune poussin en tête de ce qui restait du peloton principal. Le relais de Patrick Konrad (BORA - hansgrohe) a laissé poindre une offensive du revanchard Aleksandr Vlasov, mais c’est bien l’omniprésente UAE Emirates qui s’est chargée de défricher la terre helvétique. Au bout d’un ultime effort signé Brandon McNulty, Michael Matthews a glissé un œil vers Van Aert, empêtré dans la foule, et décidé d’ouvrir le bal.
L’Australien a ouvert la porte malgré lui au Belge, facile vainqueur à Lausanne. Troisième, Pogacar a conforté donc son maillot jaune, et envoyé un énième signal à la concurrence, à la veille de la première étape alpestre. "Pogi" va bien, et son équipe aussi.

Van Aert : "Je suis resté dans la roue de Pogacar et j'ai attendu que ça s'ouvre..."

Mondiaux sur route
Alors, c’est qui le plus fort ?
22/09/2022 À 22:05
Mondiaux sur route
Le boss, c'est Foss !
18/09/2022 À 07:14