Les favoris ont répondu présents. Très attendus sur ce Tour des Flandres 2020, Wout Van Aert (Jumbo-Visma) et Mathieu Van der Poel (Alpecin-Fenix) nous ont régalés sur les monts pavés en sortant à 38km de l’arrivée, dans le Taaienberg, en compagnie du Français Julian Alaphilippe, très remuant. Mais le champion du monde est tombé en heurtant une moto et a dû laisser les deux hommes se jouer le Ronde. Sans jamais s’attaquer, le Belge et le Néerlandais ont attendu le sprint et c’est le petit-fils de Raymond Poulidor, 4e en 2019, qui s’est montré le plus rapide pour s’offrir à 25 ans son premier Monument. Comme l’an passé, Alexander Kristoff (UAE Team Emirates) complète le podium.

Tour des Flandres
Trois semaines de plâtre pour Alaphilippe, opéré de la main droite avec succès
19/10/2020 À 17:59

Merci messieurs. Juste merci. Une semaine après leur guerre médiatique à la sortie de Gend-Wevelgem, Van der Poel et Van Aert nous ont offert le meilleur côté de leur rivalité avec un mano-à-mano magnifique sur les routes du Tour des Flandres. Les deux hommes ont livré une prestation impressionnante dimanche. Impossible pourtant de ne pas penser au final de cette course, si Julian Alaphilippe n’avait pas chuté.

Sprint royal et photo finish : entre van der Poel et Van Aert, c'était chaud

Alaphilippe actif puis à terre

Plus entreprenant que les autres favoris, le Français a d’abord tenté sa chance à 49 kilomètres de l’arrivée pour anticiper, notamment en compagnie d’un bluffant Romain Bardet (AG2R La Mondiale). Le champion du monde a ensuite durci en personne dans le Koppenberg, quatre kilomètres plus loin, mais il n’a pas réussi à faire la différence. Au contraire de sa troisième tentative.

Dans le Taaienberg, le mont "Tom Boonen" où le champion Belge aimait tant attaquer, le Tricolore a porté une nouvelle accélération, plus poussée cette fois, que seuls Wout Van Aert et Mathieu van der Poel ont pu suivre. Un trio magique que personne ne reverra, la faute à une mésentente totale dans le groupe de chasse, malgré une composition fournie. La faute aussi à la force des trois hommes de tête, partis alors pour se livrer une lutte magnifique à trois.

Mais la chute de Julian Alaphilippe a tout remis en question. En train de parler avec son directeur sportif, le Français ne s’est pas montré très attentif et n’a pas vu la moto du jury de course, presque garée sur le bord de la route, qu’il a tapée du coude. Une chute spectaculaire qui a mis un terme à ses espoirs et à sa course.

La catastrophe : Alaphilippe chute en percutant une moto et abandonne

Van Aert a joué mais a perdu

Alors qu’elle avait tout misé sur le Tricolore, l’Elegant Quick-Step (son nom juste pour le Ronde) s’est retrouvée totalement piégée, malgré la présence en second plan de Florian Sénéchal, Yves Lampaert, Zdenek Stybar et Kasper Asgreen. Pire, elle n’a même pas réussi à placer un de ses coureurs sur le podium, la troisième place revenant au sprint, et donc sans surprise, à Alexander Kristoff, spécialiste du Ronde toujours au rendez-vous. Mais ces hommes n’ont pas été en mesure de revenir sur les deux cyclocrossman. Se relayant parfaitement, une semaine après leur mésentente de Gend-Wevelgem, Van der Poel et Van Aert ne se sont jamais posés de questions et ont attendu la flamme rouge pour se regarder et se jouer la gagne.

Visuellement le plus à l’aise, le Belge de la Jumbo-Visma a vite semblé se satisfaire de jouer sa carte au sprint, comptant sur sa pointe de vitesse entrevue notamment sur le Tour de France (deux succès). Jamais il n’a tenté sa chance, pas plus d’ailleurs que Van der Poel, les deux coureurs misant tout sur un sprint toujours aléatoire au terme d’une classique aussi dure. Laissant le Néerlandais mener le dernier kilomètre, Van Aert a tardé avant de tenter de surprendre son rival à 200m de la ligne.

C'était un sprint bien trop court pour faire face à la vélocité de son adversaire, lui aussi très rapide. Époustouflant quatrième l’an dernier, malgré des soucis mécaniques, Mathieu van der Poel est cette fois allé au bout, pour succéder à son père, Adrie, vainqueur en 1986. Van Aert rappelait cette semaine qu’il “avait quelques victoires lui aussi”. Mais le Tour des Flandres, c’est bien son rival néerlandais qui l’a conquis. A son nez et à sa barbe.

Tour des Flandres
Sivakov : "J'étais dégoûté pour Alaphilippe, mais c'est dur aussi pour le motard"
19/10/2020 À 16:02
Tour des Flandres
Le motard percuté par Alaphilippe : "Je me sens coupable mais je ne pouvais rien faire d’autre"
19/10/2020 À 14:00