Primoz Roglic était vraiment trop fort. En tête du général depuis jeudi et le chrono de Lodosa, le Slovène de la Lotto NL-Jumbo a été attaqué ce vendredi, notamment par la Movistar. Mais il a tenu bon pour conforter son maillot de leader avec plus de deux minutes d'avance sur tous ses adversaires. Son ancien dauphin, Julien Alaphilippe, a craqué très tôt (+ 2'13''). Présent dans l'échappée reprise par les favoris, Omar Fraile a résisté pour s'offrir son premier succès de la saison.

Tour du Pays Basque
Mas : "L'équipe est impressionnante depuis le début de saison"
07/04/2018 À 15:55

Le rêve de voir un Français enfin remporter une course par étapes World Tour est sans doute passé. Vainqueur des deux premières étapes de ce Tour du Pays Basque et très bon dans le chrono jeudi, Julian Alaphilippe a perdu toute chance de victoire au général sur les routes d'Eibar. En difficulté dans chacune des ascensions du jour, le Français a fini par céder dans l'Endola, à 31km de l'arrivée. Malmené par le tempo des Movistar, le coureur de Montluçon a fini par céder sur la troisième attaque de Mikel Landa, qu'il n'a pu suivre au contraire de Primoz Roglic et Ion Izagirre. Malgré le soutien d'Enric Mac, Julian Alaphilippe a même fini par être distancé du groupe Quintana - Mollema, pour finir à plus de deux minutes. Le voilà 4e du général à la veille de l'arrivée.

La Movistar a tout tenté

Le Français aura finalement été la principale victime de la course de mouvement mise en place par les Movistar. On a très vite senti la volonté de l'équipe de Navarre de mettre le feu à la course et cela s'est prouvé dès la première ascension du jour, l'Elosua (2e cat) à 60km de l'arrivée, lorsqu'il ne restait plus qu'une dizaine de coureurs dans le groupe Roglic. L'estocade s'est poursuit au pied de l'Endola (2e cat) pour mettre Mikel Landa sur orbite, qui a fini par démarrer, condamnant au passage son équipier colombien Nairo Quintana, incapable de suivre, à l'image de Bauke Mollema (Trek-Segafredo), Patrick Konrad (Bora-Hansgrohe) ou encore David De la Cruz (Sky).

Landa et I.Izagirre ont alors assuré la grande majorité des relais en tête, bien aidés par leurs équipiers – José Joaquin Rojas et Mark Padun – présents dans l'échappée matinale. L'écart avec la concurrence n'a cessé de se creuser et les deux Espagnols en ont profité pour se replacer sur le podium du général, bien loin de Primoz Roglic. Fatigués par leurs efforts, les deux hommes n'ont pu jouer la victoire d'étape et c'est finalement Omar Fraile (Astana), rattrapé au sommet de la dernière ascension du jour, l'Azurki, qui s'est montré le plus rapide au sprint, devançant facilement le leader. Décidément, on voit mal ce qui pourrait priver le Slovène d'un premier succès sur une course par étapes World Tour. Même la difficile montée d'Arrate...

En local de l'étape, Fraile a fait honneur au Pays basque

Tour du Pays Basque
En vrai guerrier, Mas est allé au bout de son idée
07/04/2018 À 15:54