C'est sa plus belle. David Gaudu a signé samedi sa 6e victoire dans le cadre du World Tour. En termes de prestige, le succès du Breton sur les routes du Tour d'Espagne l'an dernier pèsent certes plus lourd, mais à Arrate, le grimpeur de l'équipe Groupama-FDJ a gagné en roulant devant, avec les meilleurs, puis avec le meilleur, Primoz Roglic, qu'il a accompagné jusqu'en haut de la dernière difficulté. Compte tenu du relief de cette 6e et dernière étape du Tour du Pays basque, cette victoire prend une valeur particulière.
"C'est une première en World Tour à la pédale, a-t-il pris soin de souligner. Aujourd'hui, j’étais l’un des seuls à pouvoir suivre Roglic et j’étais encore là dans le final, sur une étape comme celle-ci, c’est ce que je veux retenir de la journée." "Aujourd’hui, il n’a pas anticipé, il était avec les meilleurs, et il était le meilleur de la course, relève son directeur sportif, Franck Pineau. Il a couru comme un seigneur."

Y a de la joie : Gaudu et Roglic bras levés à l'arrivée à Arrate

Tour du Pays Basque
Sinistrose envolée et semaine parfaite : cette fois, Roglic a eu tout bon
11/04/2021 À 21:50
C'était une journée incroyable, je n’en ai jamais vécu de telles dans ma carrière
Alors, bien sûr, pour lever les bras, il a pu bénéficier de l'aval du Slovène. Assuré de cocher la case la plus importante pour lui, à savoir la victoire finale, l'homme fort de la Jumbo-Visma n'a pas disputé ce sprint à deux. "Roglic a été seigneur, a souligné Gaudu. À un kilomètre de l’arrivée, il est venu me checker, m’a félicité et j’étais très, très heureux." Pas sûr, d'ailleurs, que s'il avait fallu batailler pour la gagner, il aurait forcément dû s'incliner. "Même s'ils ne se mettent pas d’accord, je pense que David a les moyens de distancer Roglic s'il le faut", juge ainsi Pineau.
A 24 ans, le Français est peut-être en train de passer un cap. S'il ne termine "que" 5e du classement final, c'est en raison du débours important concédé le premier jour lors du contre-la-montre inaugural. Mais dès que la route s'est élevée, il a impressionné. Et ce samedi, dans l'étape reine, plus que n'importe quel autre jour. "C’était une journée incroyable, je n’en ai jamais vécu de telles dans ma carrière, savoure-t-il. J'ai toujours été serein. Dans la première montée d’Arrate, quand on se retrouve à trois avec Roglic, je me suis dit 'T'es peut-être parmi les plus forts de la journée'." Il l'était, à coup sûr.
L'ultime ascension d'Arrate l'a confirmé. Là, c'est lui qui a placé la première estocade, et si Roglic a opéré la jonction, David Gaudu a lutté pied à pied avec le maillot vert et futur maillot jaune. "Dans la dernière montée, poursuit-il, je savais que si j'emmenais Roglic, il me laisserait la victoire d’étape. J’ai attaqué et Carthy n’a pas pu suivre, ensuite j’ai tout donné, j’étais à fond." Là, il dit avoir vécu des moments magiques : "Franck me criait à l'oreillette. Les Basques, au bord de la route, criaient également, je n’avais mêmes plus mal aux jambes. J'avais des frissons. C’était un truc de fou !"

Roglic en patron, Pogacar pris au piège, Gaudu épatant : Le résumé de la dernière étape

J'étais revanchard après Paris-Nice, j’avais la hargne
Sur le fond comme sur la forme, ce succès tombe à pic pour Gaudu, un peu frustré par son début de saison et notamment Paris-Nice, son premier grand objectif en 2021, où il n'avait pas pu tirer son épingle du jeu comme il l'aurait souhaité. Mais ce relatif échec lui a servi de moteur cette semaine au Pays basque.
"J'ai pas mal d’orgueil, je n'aime pas rester sur des échecs, dit-il. J'étais revanchard après Paris-Nice, j’avais la hargne. En franchissant la ligne, j’ai pensé à tous les sacrifices que j’avais faits, à toutes les personnes qui me soutiennent au quotidien, à toute l’équipe qui était là auprès de moi cette semaine, grâce à qui j’ai pu économiser mes coups de pédale et les avoir dans la dernière montée. Toute la semaine, tout le monde a été irréprochable. Ils m'ont fait confiance et je ne peux que les remercier."
David Gaudu va maintenant pouvoir se tourner vers les classiques ardennaises, où il aimerait jouer à nouveau un rôle majeur. Il s'y présentera en tout cas l'esprit tranquille, avec le sentiment du devoir accompli, et la conviction d'avoir grandi.

Gaudu : "Roglic a été seigneur"

Tour du Pays Basque
Roglic en patron, Pogacar pris au piège, Gaudu épatant : Le résumé de la dernière étape
10/04/2021 À 17:36
Tour du Pays Basque
Gaudu : "Roglic a été seigneur"
10/04/2021 À 16:33