"Comme tout le monde le sait, il y a eu des choses écrites sur lui dans le Suddeutsche Zeitung", a expliqué le Danois au cours d'une conférence de presse tenue à Varèse en marge des Mondiaux. "Frank nous a dit qu'il n'avait rien fait de mal, qu'il n'avait pas usé de produits dans sa carrière, qu'il était propre et qu'il n'avait pas compromis l'équipe". "Il nous a également dit qu'il voulait, avant toute chose, être entendu par la commission antidopage du Luxembourg, a-t-il ajouté. On respecte sa décision, et notre position, c'est d'attendre, d'avoir des faits avant de prendre des décisions".
Vendredi, l'Union cycliste internationale avait indiqué qu'elle n'avait pas ouvert pour l'instant de dossier concernant le Luxembourgeois. Selon le quotidien allemand, l'aîné des frères Schleck, 28 ans, qui a porté le maillot jaune pendant le dernier Tour de France, aurait envoyé en mars 2006 une somme de près de 7.000 euros sur un compte suisse appartenant au Dr Fuentes. L'Espagnol Eufemiano Fuentes est présumé être au coeur d'un réseau de dopage sanguin (l'affaire Puerto). L'ancien leader et coéquipier de Schleck, l'Italien Ivan Basso, a été suspendu deux ans dans cette affaire.
"Rien à voir avec ce Docteur"
Mondiaux Varèse
L'enfer du dimanche?
28/09/2008 À 05:00
Dimanche matin, Schleck a normalement pris le départ de la course en ligne des championnats du monde avec l'équipe du Luxembourg. "Il (Schleck) n'est pas suspendu par l'équipe, a insisté Riis. On va voir ce qui va se passer au cours des prochains jours. On a besoin de faits ". "Je peux vous garantir à 100% que vous ne trouverez pas mon nom dans cette affaire. Je n'ai rien à voir avec ce docteur espagnol ", a par ailleurs tenu à préciser Riis, l'ancien vainqueur du Tour (1996) à la tête de l'équipe CSC depuis sa création.
Egalement interrogé sur l'Agence française de lutte contre le dopage, désormais forte d'un test sanguin de détection de l'EPO de type CERA, et qui va entamer lundi l'analyse de prélèvements sanguins du dernier Tour de France appartenant à des cyclistes suspects, Riis s'est déclaré "très tranquille ". "Je ne crois pas que des coureurs de chez nous soient dedans (les suspects, ndlr)", a-t-il ajouté, précisant que sa formation allait continuer à se soumettre au programme antidopage mis en place par le docteur Rasmus Damsgaard.
Mondiaux Varèse
Le malaise Schleck
27/09/2008 À 16:15
Mondiaux Varèse
La grande frustration
29/09/2008 À 13:00