Quatre mois et demi après, le cyclisme sur route est de retour. Et les jambes ont dû piquer, mardi, lors de la première étape du Tour de Burgos. Comme le suggérait le traditionnel parcours inaugural autour de Burgos, la course de 157 kilomètres s’est jouée dans le "repecho" final, le Mirador del Castillo que Felix Großschartner a dompté pour décrocher la victoire, mais les cinquante dernières bornes ont été animées, notamment par un coup de bordure et une attaque de Remco Evenepoel.
Le vent a donc contribué à rendre intéressante cette reprise de la saison de vélo, mise en stand-by depuis Paris-Nice en raison de la crise sanitaire. Une reprise à laquelle Itamar Einhorn (Israël Start-Up Nation), récemment en contact avec son coéquipier Omer Goldstein (positif au Covid-19 et mis lundi en quarantaine) n'a pas pris part. A 43 kilomètres de l’arrivée, la Deceuninck - Quick Step a été impliquée dans la scission du peloton, avec la Trek-Segafredo du champion du monde en titre, Mads Pedersen. Cela a eu pour effet de condamner l’échappée du jour, sans pour autant créer un mouvement décisif. Mais Evenepoel a décidé d’en remettre une couche, en deux temps, à 37 bornes du but.
Vuelta a Burgos
Evenepoel ne s'arrête plus
01/08/2020 À 14:59

Valverde, Landa et Gaudu placés

Dans son pur style de rouleur audacieux, le jeune belge (20 ans) a lâché tout le monde dans un faux plat montant, prenant un peu plus d’une quarantaine de secondes d’avance, avant de voir fondre ce matelas. Evenepoel s’est ainsi relevé puis fait reprendre à 23 kilomètres de l’arrivée. Il ne s’est plus passé grand-chose jusqu’au dénouement de cette première étape susceptible de convenir à différents types de coureurs, du sprinteur à l’aise dans une bosse au grimpeur-puncheur. Un dénouement dont Arnaud Démare, pris plus tôt dans une chute, n’a pas été acteur.
Au pied de la côte décisive, longue de 900 mètres à un peu plus de 5% de moyenne, Großschartner a porté son effort. Pris en chasse par… Evenepoel (10e) - qui roulait pour João Almeida (2e) -, l’Autrichien de la Bora-Hansgrohe n’a pas été revu. Il s’est ainsi offert un succès de prestige, devant notamment Alejandro Valverde (Movistar, 3e à 8"), Mikel Landa (Bahrain-McLaren, 5e à 10") ou encore Matteo Trentin (CCC, 9e à 10"). Le Français David Gaudu a pris la sixième place, à dix secondes, se positionnant dans la course à la victoire finale, que Großschartner, lauréat du Tour de Turquie 2019, peut viser. D'autant plus que son potentiel leader, Rafal Majka, a perdu du temps sur chute.

"L'explosion au plus haut niveau pour Gaudu et Madouas ? 2023 ou 2024"

Vuelta a Burgos
Bennett sort vainqueur de la 4e étape, Démare sur la deuxième marche du podium
31/07/2020 À 15:18
Vuelta a Burgos
Le coup double : Evenepoel vainqueur de la 3e étape et leader du général
30/07/2020 À 15:12