Eurosport

Gain Line n’est plus

Gain Line n’est plus

Le 02/02/2020 à 13:18

Gain Line avait servi les Français Simon Delestre puis Pénélope Leprevost entre 2017 et 2018. À quatorze ans, le hongre alezan par Stolzenberg a succombé à des coliques, malgré tous les efforts des vétérinaires.

Longtemps propriété du marchand ukrainien Oleksandr Onyschenko, Gain Line s’était fait remarqué pour ses intempestifs changements de cavaliers. Débuté à l’international par l’Irlandais Cian O’Connor à sept ans, l’alezan avait ensuite rejoint les écuries d’Oleh Krasiuk, avec qui il avait fait ses gammes pendant un an. Après quoi, le généreux hannovrien a fait un passage éclair sous les selles respectives de l’Ukrainienne, d’origine allemande, Katharina Offel, et de l’Ukrainien Ferenc Szentirmai. En 2015, alors propriétaire du fils de Stolzenberg, Oleksandr Onyschenko avait repris les rênes de sa monture, pour concourir sur des épreuves à 1,40m. 

Finalement, c’est sous la selle du Lorrain Simon Delestre que Gain Line avait fait ses armes au haut niveau. Le couple avait pris la quatrième place de l’étape Coupe du Monde d’El Jadida au Maroc, avant de s’imposer dans la puissance du CSI 5* de Malines, à la fin de l’année 2017. À Bordeaux, Simon Delestre avait conduit son complice à la troisième place du Grand Prix dominical. Présent lors du Longines Global Champions Tour de Shanghai, les deux avaient acquis une belle huitième place dans le Grand Prix, un mois avant leur séparation.

En effet, Pénélope Leprevost avait repris la main, toujours pour le compte du sulfureux magnat ukrainien, en juin 2018. Malgré une première victoire en Grand Prix 5*, à Ascona, le couple n’aura évolué ensemble que quelques petits mois, Oleksandr Onyschenko en ayant repris les rênes dès le début de l’année 2019.

En juillet de cette même année, l’attachant hongre avait été acquis par le Saoudien Abdullah Al Sharbathly. Avec ce dernier, Gain Line avait rapidement trouvé un bon équilibre, en remportant plusieurs épreuves jusqu’à 1,50m. “À jamais dans mon cœur également, tant de doux moments et de souvenirs incroyables vécus avec lui en quelques mois, il aura à jamais marqué ma vie. […] Un véritable rêve de cheval, à pied, au quotidien ou en concours, une personnalité incroyable, s’est émue son ancienne groom, Héloïse Bonnidal, qui s’est faite l’écho de cette triste nouvelle. Quel privilège d’avoir eu la chance de le connaître, de m’en occuper et de le monter !”