Eurosport

Simon Delestre remporte le Grand Prix du Saut Hermès

Simon Delestre remporte le Grand Prix du Saut Hermès

Le 21/03/2018 à 10:14

La maison Hermès ne pouvait rêver mieux que de voir l’un de ses représentants gagner son concours. Au Grand Palais, Simon Delestre et Hermès Ryan des Hayettes ont remporté dimanche la neuvième édition du Grand Prix, signant la première victoire tricolore de l'histoire du concours. Niels Bruynseels en selle sur Gancia de Muze, ainsi que Marcus Ehning juché sur Cornado NRW ont complété le podium.

Gagnants du Grand Prix Coupe du monde de Lyon en novembre dernier, deuxième à Paris un mois plus tard et désormais vainqueurs du Saut Hermès, Simon Delestre et son époustouflant Hermès Ryan des Hayettes semblent inarrêtable. Dimanche, sous la sublime nef du Grand Palais, la paire lorraine a une nouvelle fois fait montre de sa forme détonante. Si les parcours concoctés par l’Espagnol Santiago Varela et le Français Grégory Bodo, ont mis les concurrents de l’épreuve majeure à rude épreuve, Simon Delestre et Hermès Ryan des Hayettes s’en sont sortis haut la main et ont en prime décoiffé le public parisien avec une démonstration à la vitesse vertigineuse.

Si la première manche, savamment étudiée par les deux chefs de pistes, a poussé plusieurs candidats à la faute – notamment à cause d’une ligne finale longue et complexe ainsi qu’un triple piégeur -, quatorze couples sur les quarante-neuf engagés ont finalement réussi à se qualifier pour le barrage. Et ce n’est autre que le champion allemand Marcus Ehning et son puissant Cornado NRW qui ont montré la voie en réalisant le premier parcours sans faute. Ils ont bien vite été rejoints par le Jordanien Ibrahim Hani Bisharat en selle sur Chactino, suivi des deux récents médaillés Européens, Peder Fredricson et Harrie Smolders respectivement aux commandes de Hansson WL et Cas 2. Quand est venu leur tour, Simon Delestre et le fantastique Hermès Ryan des Hayettes se sont, au même titre que la Suissesse et son extraterrestre Bacardi VDL, insolemment joués des difficultés du parcours. Les derniers vainqueurs du Grand Prix CSI 5* de Bois-le-Duc, Niels Bruynseels et Gancia de Muze, ont aussi emboîtés le pas de leurs prédécesseurs, direction le barrage. Le public parisien a enfin eu le plaisir de voir se qualifier deux autres couples tricolores, Patrice Delaveau aux rênes du talentueux Aquila*HDC ainsi que Olivier Robert, avec Tempo de Paban.

Malheureusement les autres couples français se sont heurtés à la technicité du parcours, à l’image de Julien Gonin, Aldrick Cheronnet ou encore Margaux Bost qui ont préféré déclarer forfait après avoir commis plusieurs fautes. Kevin Staut pilotant son étalon alezan Silver Deux de Virton*HDC, a été sanctionné de seize points de pénalités pour quatre barres à terre. Auteurs de quatre points chacun, Roger-Yves Bost associé à Sangria du Coty a laissé tomber la barre de l’oxer numéro deux, tandis que Philippe Rozier s’est fait piéger par la fragilité du mur avec Cristallo A*LM, pourtant très à son aise sur ce parcours.

Premier à s’élancer dans le barrage Marcus Ehning et son grand gris, fils de Cornet Obolensky, ont d’emblée annoncé la couleur en s’adjugeant un sans-faute parfaitement maitrisé et déjà très rapide en 35“92. Tactique payante, puisque l’Allemand poussera ainsi plusieurs de ses poursuivants à la faute, à l’instar d’Ibrahim Hani Bisharat, dont la monture s’est défilée face au mur, de Lorenzo de Luca et Ensor de Litrange LXII qui ont commis une faute sur la sortie du double, tout comme Harrie Smolders et son hongre par Indoctro. Serrant magnifiquement ses courbes, Peder Fredricson a été le second à s’offrir le double zéro, signant un chronomètre de 36“46, synonyme d’une jolie quatrième place. Janika Sprunger, consciente de l’exiguïté de la piste pour la grande amplitude de son imposant bai, a quant à elle décidé d’assurer le sans-faute. La paire suisse a de ce fait terminé sixième, juste derrière Olivier Robert et Tempo de Paban, décidément très en forme dans la carrière du Grand Palais.

Simon Delestre et Hermès Ryan des Hayettes se sont ensuite élancés. À une vitesse hallucinante et grâce au talent naturel de sa meilleure monture, le Lorrain et l’alezan ont avalé les obstacles, clouant sur place tous leurs prédécesseurs avec un temps de 34’’54. Le Tricolore a sans doute tremblé lors du passage de l’avant dernier concurrent, Niels Bruynseels et la vive Gancia de Muze qui ont conclu un excellent barrage avec seulement cinquante-deux centièmes de retard sur le Français. De quoi retenir son souffle jusqu’à l’affichage du chronomètre, 34’’94. Vainqueur à Bois-le-Duc (Pays-Bas) la semaine précédente, il s’est donc cette fois-ci contenté de la deuxième place, devançant Marcus Ehning rétrogradé à la troisième marche du podium. Dernier à entrer en piste, Patrice Delaveau a vu ses rêves de victoire s’envoler après une grosse faute sur le mur.

0
0