Manon Brunet ne voulait surtout pas revivre ça deux fois. Il y a cinq ans, à Rio de Janeiro, la Française avait atteint les demi-finales du tournoi de sabre. A 20 ans, pour ses premiers Jeux, la performance était remarquable. Mais après avoir entrevu le podium, elle avait terminé au pied de celui-ci. Sa quatrième place, synonyme de médaille en chocolat, était à la fois porteuse de frustration sur le moment et d'espoir pour l'avenir. L'avenir, c'était ce lundi, à Tokyo, cinq ans plus tard, et il a eu la couleur du bronze.
A Chiba, la tireuse du CE Orléans a retrouvé le dernier carré après un parcours époustouflant, notamment en quarts de finale, où elle a étrillé la Russe Olga Nikitina, 15 touches à 5. Mais le spectre carioca a resurgi avec sa défaite en demie, contre une autre Russe, Sofia Pozdniakova, championne du monde en 2018. Le match pour la troisième place valait donc très cher pour Manon Brunet, car finir deux fois de suite au pied de la boite aurait relevé du cauchemar.
Tokyo 2020
Lefort : "on était en mission"
03/08/2021 À 16:48

Manon Brunet lors de l'épreuve de sabre des JO de Tokyo, le 26 juillet 2021

Crédit: Getty Images

Or et bronze pour les Bleus à mi-parcours de ces Jeux

"J'ai foiré la demie, j'étais tellement déçue (après sa défaite en demi-finale), j'ai dit à tout le monde que je ne pouvais pas aller chercher la médaille de bronze et tout le monde m'a remotivée", a-t-elle confié. Et cette fois, elle n'aura jamais eu le temps de trembler. Face à la Hongroise Anna Marton, elle a rapidement pris les devants, pour mener 5-0, puis 11-2. Brunet n'a connu qu'une petite alerte. En mettant un peu moins d'intensité, elle a laissé son adversaire revenir à six longueurs (11-5). Mais pas de quoi céder à la panique. Manon Brunet a vite repris sa marche en avant pour s'imposer largement, 15 touches à 6.
Heureuse, émue, et sans doute soulagée aussi par ce dénouement heureux, Manon Brunet a fondu en larmes sitôt ce dernier assaut achevé avant de tomber dans les bras de ses coéquipières, Charlotte Lembach, Cécilia Berder et Sara Balzer, ainsi que des fleurettistes français restés l'encourager. C'est la deuxième médaille pour l'escrime tricolore, après l'or de Romain Cannone. Un bilan provisoire très satisfaisant alors que les épreuves individuelles sont terminées. Par équipes, les tireurs français ont largement les moyens de gonfler ce pécule.

Brunet en bronze : les deux dernières touches victorieuses avant la délivrance

Tokyo 2020
Lefort : "La force de cette équipe, c'est que chacun connaît son rôle"
03/08/2021 À 06:48
Tokyo 2020
Berder au JO Club : "On aurait pu aligner deux ou trois équipes de France de sabre"
02/08/2021 À 14:36