Des supporteurs de Kansas City, présents dans l'Arrowhead Stadium pour l'ouverture de la saison NFL, ont hué leurs joueurs favoris des Chiefs et ceux des Houston Texans, qui ont observé un moment d'unité contre le racisme avant le match, jeudi.

NFL
Covid-19, Brady, Chiefs, Black lives matter : La saison NFL en 10 questions
09/09/2020 À 21:12

Ces "booos" et des sifflets les accompagnant étaient épars, mais ils se sont faits entendre durant ce moment solennel souhaité par les deux équipes - les joueurs étaient tous alignés au centre du terrain, bras dessus bras dessous -, dans un stade très partiellement rempli (15.985 personnes sur 76.000 possible) pour limiter les risques liés au coronavirus.

Il n'y avait rien d'autre que deux équipes se réunissant pour montrer leur unité

Ces huées ont soulevé la consternation des intéressés, après la victoire des Chiefs (34-20). "J'ai trouvé que cet instant d'unité était une bonne chose", a déclaré le joueur des Texans J.J. Watt. "Mais les huées, à ce moment-là, c'est vraiment malheureux. Je ne comprends pas. Il n'y avait pas de drapeau impliqué. Il n'y avait rien d'autre que deux équipes se réunissant pour montrer leur unité."

Le maire de Kansas City, Quinton Lucas, homme de couleur, a lui déclaré que les sifflets ne reflétaient pas sa ville du Missouri. "Nous sommes une bonne ville avec des gens bien. J'ai aussi entendu des huées. Mais nous en avons aussi des centaines de milliers d'autres ici qui respectent le message que les joueurs ont voulu faire partager", a-t-il tweeté.

Auparavant, Chiefs et Texans avaient affiché différemment leur soutien à la lutte contre l'injustice raciale, pendant l'interprétation de "Lift Every Voice and Sing", une chanson considérée comme l'hymne national noir, puis durant le traditionnel Star Spangled Banner. Pour ces deux thèmes, les joueurs de Houston ont choisi de rester dans leur vestiaire, au contraire de ceux de Kansas City bien présents sur le terrain et tous debout, à l'exception du défenseur Alex Okafor qui s'est agenouillé.

La NFL suit enfin les joueurs

Un geste adopté par l'ancien quarterback de San Francisco Colin Kaepernick en 2016, qui lui valut quelques mois plus tard les insultes de Donald Trump et lui a coûté in fine la fin de sa carrière. Mais quatre ans plus tard, le genou à terre est devenu l'acte symbolique de protestation contre les violences policières faites aux Noirs dans le sillage de la mort par asphyxie de George Floyd lors de son interpellation fin mai.

Colin Kaepernick, à l'entraînement

Crédit: Getty Images

Et après l'avoir souvent critiqué, le patron de la NFL Roger Goodell a reconnu cet été qu'il aurait dû soutenir Kaepernick, estimant que son geste avait été qualifié à tort d'antipatriotique et promettant de le faire auprès de tous les joueurs de la ligue qui souhaiteraient manifester pacifiquement.

Ce revirement de Goodell a aussi été la conséquence d'une pression imposée par les nombreuses stars de la ligue, dont le quarterback des Chiefs Patrick Mahomes. Tant et si bien que la NFL a lancé un certain nombre d'initiatives pour mener campagne contre l'injustice raciale. Les zones d'en-but afficheront les mots "End Racism" (Fin au racisme) et "It Takes All of Us" ("C'est à nous tous"), tandis que les joueurs pourront mettre des autocollants sur leur casque avec les noms de victimes.

NFL
Présidentielle américaine oblige, la NFL se mettra en pause le 3 novembre
03/09/2020 À 19:46
NFL
New England-Denver reporté à cause du coronavirus
11/10/2020 À 20:25