Eurosport

Dortmund face au danger de l'abondance de biens

Dortmund face au danger de l'abondance de biens

Le 21/08/2019 à 12:26Mis à jour Le 21/08/2019 à 12:32

BUNDESLIGA - La large victoire des Jaune et Noir à l'occasion de la première journée de la Bundesliga (5-1 contre Augsbourg) met en évidence un nouveau dilemme, bien connu des grands clubs, que va rapidement devoir gérer l'entraîneur du BvB : son effectif pléthorique.

Mario Götze s'imaginait sans doute autre chose. Pour son 200e match de Bundesliga sous les couleurs jaune et noir, le buteur décisif de la finale du Mondial 2014 a dû se contenter de quelques minutes de jeu en fin de rencontre, samedi dernier, à l'occasion de la flamboyante victoire du Borussia Dortmund, à domicile, contre le FC Augsbourg (5-1), pour la première journée du championnat d'Allemagne. Entré à la 79e minute, le champion du monde s'est créé une occasion franche quelques instants plus tard mais n'a pas marqué.

Aucune conséquence sur le sort du match : la différence était faite depuis longtemps par ces mêmes acteurs qui étaient en évidence durant la saison précédente, Paco Alcacer, Jadon Sancho et Marco Reus. Pour le moral de "Super Mario", en revanche, c'est une autre histoire. À un an à peine de la fin de son contrat, et dans l'espoir que sa stature et sa qualité footballistique lui offrent l'opportunité de filer chez un grand d'Europe, et pas seulement à Brême où la rumeur le courtise, l'ancien Munichois a besoin de jouer.

Götze et Guerreiro, destin brumeux

Le Borussia, et en particulier son entraîneur Lucien Favre et son responsable du secteur professionnel Sebastian Kehl, vont faire face dans les prochaines semaines à cet écueil avec lequel le Bayern Munich vit en permanence : la gestion d'un effectif fourni, voire pléthorique, au cœur duquel les egos se concurrencent toujours, se jalousent à l'occasion, se parasitent parfois. En faisant entrer en cours de rencontre Julian Brandt – milieu offensif international recruté à Leverkusen –, Achraf Hakimi – toujours en prêt du Real Madrid – et donc Mario Götze respectivement à la place de Thorgan Hazard, Lukasz Piszczek et Paco Alcacer, le technicien suisse n'a pas perdu une once de qualité sur la pelouse. La longueur et la qualité du banc, c'est le grand rival bavarois qui y est habitué. À Dortmund, et surtout pour son entraîneur, qui n'a jamais eu à gérer dans sa carrière un groupe d'une qualité aussi dense, le sujet est inédit.

Mario Götze

Mario GötzeGetty Images

Si, au sein de cette brillante escouade, Götze est un cas parmi d'autres, il n'en est pas moins symbolique et épineux. Ses dirigeants, Michael Zorc et Hans-Joachim Watzke, clament vouloir le conserver. Comme celui de Raphaël Guerreiro, son contrat expire en juin 2020. Y a-t-il de la place régulièrement pour ces deux-là dans le onze de Favre ? Peut-être trouveront-ils motif d'espoir dans la trajectoire de Julian Weigl.

Le jeune milieu défensif axial de 23 ans, il y a quelques mois encore, n'entrait quasiment jamais en jeu et était sur le point de quitter la Ruhr avant de retrouver un rôle actif, d'abord en défense centrale puis, comme ce week-end, à son poste de prédilection. Euphorique après la rencontre, l'ancien joueur de Munich 1860 a loué l'apport des remplaçants. Lui-même n'est pas à l'abri : aux côtés d'un Axel Witsel impressionnant, Lucien Favre peut non seulement réintégrer le précieux international Danois Thomas Delaney, mais aussi opter pour des n°8 plus offensifs en faisant reculer Julian Brandt ou Mario Götze.

" Je prends acte des objectifs que nous nous sommes fixés"

"Évidemment que nous avions enregistré qu'à Munich, vendredi, le Bayern ne s'était pas imposé. Ça nous a d'autant plus incités à envoyer un signal en sa direction !", a lâché Weigl à l'issue du match. Un discours en complet décalage avec les couplets habituels d'un Lucien Favre maladivement raisonnable. "Je prends acte des objectifs que nous nous sommes fixés", a grommelé contre son gré le Suisse en conférence de presse, faisant ici allusion aux déclarations de ses dirigeants assurant jouer le titre cette saison. Corrigeant immédiatement cet excès de témérité : "Mon devoir, c'est de ne m'intéresser qu'au match qui vient, même si parfois ça peut paraître rabat-joie."

Un autre acteur essentiel du Borussia a joué les extincteurs en refusant de s'exprimer après le match : le vice-capitaine Mats Hummels, qui a récupéré le brassard après la sortie de ceux qui le précèdent dans la hiérarchie, Marco Reus et Lukasz Piszczek. La concurrence, les luttes de vestiaire, les états d'âme de star, l'ancien Bavarois, par ailleurs écarté de la sélection par Joachim Löw, connaît bien. S'il sait prendre la parole quand il le faut, il a préféré, ici, jouer la partition du pro : 95% de passes réussies, les ouvertures magistrales comme les occasions manquées habituelles – dont la tête non cadrée qui va finir par devenir sa signature – et le don de son maillot à un supporter après la rencontre.

" Se battre est important aussi"

Jusqu'ici, tout va bien. Après avoir inscrit 81 buts en 34 matches la saison passée, preuve de ses qualités offensives, le Borussia a nettement élevé la barre dans ce domaine avec ses recrues cet été. De quoi être performant sur les côtés (Hazard, Sancho, Schulz, Hakimi) comme dans l'axe (Reus, Alcacer, Götze, Brandt) et dangereux en permanence pour l'adversaire (10 corners à 0, par exemple, ce samedi). De quoi faire dire à Thorgan Hazard que c'était bien "la meilleure attaque au sein de laquelle il ait joué". De Bruyne, Lukaku et son frère Eden n'ont qu'à s'incliner. "À Mönchengladbach, nous étions bons aussi, mais ici la qualité est supérieure. Jouer avec de tels footballeurs, c'est plus simple."

Le plus jeune des Hazard n'en oublie pas moins l'essentiel. "Se battre est important aussi. Nous avons bien travaillé et récupéré rapidement les ballons. Nous devons continuer à faire ainsi les efforts ensemble". Tout est là : c'est son harmonie collective qui mènera Dortmund au titre après lequel il court depuis 7 ans. Un défi inédit pour l'effectif le plus flamboyant de son histoire.

Thorgan Hazard

Thorgan HazardGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0