Ce n'est pas juste un ancien joueur international

Xabi Alonso est un géant du football espagnol, européen et international, certes. Vainqueur entre autres de deux Ligues des champions, d'une Coupe du Monde et de deux Euros, l'ancien milieu de terrain a rayonné au haut niveau pendant ses dix-sept années de carrière. Mais l'ancien de Liverpool, du Real Madrid et du Bayern Munich n'est pas juste un ancien joueur de renom. L'actuel septième joueur le plus capé de l'histoire de la sélection espagnole est un passionné de football, qui aime le jeu, le comprend, et souhaite entraîner depuis de nombreuses années.
Dès sa retraite en 2017, l'ancien numéro 14 a entamé sa reconversion, prenant en charge les équipes de jeunes du Real Madrid. Aujourd'hui coach de l'équipe réserve de la Real Sociedad, le Basque n'a jamais caché son désir d'entraîner au plus haut niveau, et a souhaité faire les choses correctement en prenant du galon avec des équipes de jeunes. Si la surprise est grande de la voir débuter en Allemagne et pas en Espagne, elle n'est pas de le voir sur un banc comme entraîneur principal. Xabi Alonso était déjà une forme d'entraîneur quand il était joueur. Son dernier entraîneur en carrière Carlo Ancelotti le disait lui-même en 2017 : "Il a les qualités et l'expérience pour devenir un coach fantastique dans le futur". Et le futur, c'est maintenant.
Bundesliga
Xabi Alonso est de retour : il va entraîner... Mönchengladbach
22/03/2021 À 10:20

Pas "d'expérience" professionnelle, mais des résultats

Alors que certains anciens grands joueurs n'ont pas besoin de ça pour prendre les rênes d'équipe première, à l'instar d'Andrea Pirlo à la Juventus, Xabi Alonso peut lui se targuer d'avoir de premiers résultats comme coach qui parlent pour lui. Avec l'équipe B de la Real Sociedad, appelée "Sanse", l'entraîneur de 39 ans est en tête de son groupe de Segunda B, la troisième division espagnole, avec 37 points en 19 rencontres. Des résultats positifs qui, associés au personnage Xabi Alonso, semblent avoir été suffisants pour convaincre les dirigeants de Mönchengladbach de mettre la main sur lui.

Xabi Alonso réussit ses débuts d'entraîneur avec la Real Sociedad B

Crédit: Imago

Et s'il n'a pas d'expérience comme entraîneur d'une équipe professionnelle, Zinédine Zidane n'en avait pas non plus avant de prendre les rênes du Real Madrid de 2016, ni davantage Josep Guardiola lui-même au moment d'arriver à la tête du Barça. On ne peut que souhaiter à Xabi Alonso un destin similaire à celui de ces deux entraîneurs.

Il est passé sous l'égide des plus grands

Quand on sait que Xabi Alonso est un amoureux du football, qui souhaite avant tout apprendre de toutes ses expériences, la liste d'entraîneurs et de tacticiens qu'il a connus donne un relief encore plus intéressant à son profil. Au cours de ses aventures à travers l'Europe, l'ancien milieu de terrain a évolué sous les ordres de certains des plus grands managers du siècle, voire de l'histoire, comme Rafa Benitez, Vincente Del Bosque, José Mourinho, Carlo Ancelotti et bien sûr Pep Guardiola, qui était la raison pour laquelle Alonso a rejoint le Bayern Munich en 2014.

Pep Guardiola, mentor et entraîneur de l'expérimenté Xabi Alonso

Crédit: Getty Images

Au moment de l'annonce de la retraite sportive de l'international espagnol, l'entraîneur de Manchester City avait d'ailleurs eu le nez creux à ce sujet. "Il reviendra bientôt comme manager. Je parie que dans n'importe quel club où il désire aller, il deviendra un bon entraîneur. Il comprend le jeu et a une curiosité pour l'analyser. Il savait pendant les semaines de préparation ce qu'il fallait faire pour gagner les matches et battre les adversaires. Il avait déjà ce désir de savoir et d'apprendre". En étant adoubé de la sorte par Guardiola, on peut davantage comprendre pourquoi les dirigeants allemands souhaitent faire confiance au pari Alonso, qui n'en est finalement pas vraiment un.

Il connaît le football allemand

Et c'est une vraie différence qui fait sûrement pencher la balance en sa faveur. Même s'il est le symbole du football de possession espagnole, lui qui a joué titulaire au sein du meilleur milieu de l'histoire de la Roja aux côtés de Xavi et d'Andrés Iniesta, Xabi Alonso a terminé sa carrière en Bundesliga, au cours de trois saisons durant lesquelles l'ancien milieu de terrain a gagné autant de titres de champions d'Allemagne, et a pu se faire une idée du niveau d'intensité du football allemand, de ses difficultés et des qualités requises pour y être performant. Il est indéniable que pour ce polyglotte aguerri, la perspective d'entraîner dans le championnat allemand n'est pas un total saut dans l'inconnu, et pourrait même être un environnement favorable, où les jeunes joueurs qu'il devrait avoir à disposition avec son nouvel effectif sont valorisés, et où la part belle est faite aux "jeunes" entraîneurs. Ce n'est pas Julian Nagelsmann de Leipzig (33 ans) ou Edin Terzic à Dortmund (38 ans) qui diront le contraire.

Xabi Alonso surant son passage en Bundesliga sous les couleurs du Bayern Munich

Crédit: Imago

Son expérience parle pour lui

Car on ne peut pas lui enlever ça. En dix-sept années passés dans trois des meilleurs championnats d'Europe, avec des trophées majeurs remportés dans tous ses clubs et en sélection, Xabi Alonso a une expérience exceptionnelle du football de haut niveau. Il a également pu maîtriser le football total avec l'Espagne, l'aspect physique du football durant son passage à Liverpool, et la tactique pure et complexe au contact de Mourinho ou Guardiola. Il sait aussi ce que c'est d’être sous pression et de devoir répondre aux attentes, lui qui a évolué cinq saisons au Real Madrid et a participé en tant que leader de terrain à la conquête de la Decima, cette fameuse dixième Ligue des champions tant espérée par les fans madrilènes.
Dès lors la tentation est grande pour une direction de faire confiance à un tel homme. Quelqu'un qui connaît les exigences de plusieurs football distincts et différents, qui a appris auprès des plus grands, qui sait gagner, et qui trépigne d'entraîner, même dans un pays qui n’est pas le sien. Il y a dans ce profil une détermination et une motivation qui ne peuvent pas laisser insensible. Les dirigeants de Mönchengladbach ne l'ont visiblement pas été. Et c'est tant mieux pour les fans de football.

Espagne - Garcia : " Je savais Xabi Alonso allait devenir entraîneur"

Bundesliga
Hernandez opéré du genou et absent plusieurs semaines
04/07/2021 À 12:54
Bundesliga
Le Bayern veut faire de Haaland le successeur de Lewandowski
23/06/2021 À 11:48