La croisade de Lionel Messi contre les instances du foot américain n’a pas trouvé que des alliés. Forcément. Alors que le quintuple Ballon d’Or n’avait pas hésité à parler de "corruption" après son expulsion sévère contre le Chili en petite finale, du haut de leur sacre dimanche, certains Brésiliens n’ont pas hésité à critiquer la sortie de la Pulga. Tite en tête évidemment.

Mais c’est une histoire bien plus personnelle que Thiago Silva et Marquinhos sont venues rappeler devant les micros. Celle d’un soir de mars 2017 qui restera dans l’histoire. Avec cette “remontada” survenue en 8e de finale de Ligue des champions qui avait fait coulé tant d’encre (6-1).

Copa América
Messi ne veut pas "faire partie de cette corruption"
06/07/2019 À 22:43
C’est frustrant qu’un joueur de sa qualité dise ça

"C’est difficile de commenter, parce que parfois, après une défaite, on essaie de rejeter la faute sur les autres, a avancé Thiago Silva. Il ne pensait pas mal mais il l’a fait. Nous sommes tristes parce que, lors du 6-1, l’arbitre avait fait une performance ridicule mais nous n’avions rien dit. Nous devons respecter l’histoire. Nous avons cinq étoiles (de champions du monde, ndlr) et aucune n’a été volée."

Même son de cloche chez Marquinhos, estimant que Messi n’a pas réellement de quoi se plaindre niveau arbitrage. "C’est frustrant qu’un joueur de sa qualité, un crack admiré de tout le monde, dise ça, a-t-il estimé. Les arbitres ont aussi accordé beaucoup de choses en sa faveur au FC Barcelone ou avec sa sélection et je n’ai jamais parlé de corruption de l’arbitrage. Il a perdu et doit l’accepter. Nous avons aussi perdu des choses". Ce lundi, les Brésiliens sont des vainqueurs. Preuve que l’histoire n’est pas qu’un éternel recommencement.

https://imgresizer.eurosport.com/unsafe/0x0/filters:format(jpeg):focal(1329x257:1331x255)/origin-imgresizer.eurosport.com/2019/07/08/2634300.jpg
Copa América
L'Australie dans le groupe de l'Argentine, le Qatar avec le Brésil
04/12/2019 À 06:01
Copa América
Copa America 2020 : tirage mardi à Carthagène d'une édition relookée
02/12/2019 À 22:34