On voulait voir le ballon rouler sur le terrain. Finalement, on voit deux présidents se renvoyer la balle. Comme trop souvent cette saison. Jean-Michel Aulas et Pierre Ferracci, présidents respectivement de Lyon et du Paris FC, se sont exprimés après les incidents survenus au Stade Charléty qui ont entraîné l'arrêt de la rencontre entre les deux clubs en 32e de finale de la Coupe de France. Avec des versions bien différentes.
JMA, qui a annoncé que l'OL allait porter plainte, a notamment mis en cause la configuration du stade et estime que les échauffourées n'ont pas été provoquées par les supporters de l'OL. "Les responsabilités sont partagées, a-t-il déclaré dans des propos rapportés par RTL. Les premiers gestes de violence ne viennent pas des supporters de l’OL. Un stade très ouvert, c’est bien, mais on a vu sur la pelouse des gens qui n’étaient pas Lyonnais. 600 supporters dans un stade qui n’est pas bien configuré, ça peut donner ce genre de déchaînement. Il a suffi à la pause que des gens viennent dans le parcage lyonnais et ça a provoqué cela. S’il faut faire le ménage, on le fera."

Les tribunes ont encore tout gâché : le moment qui a conduit à l'arrêt du match

Ligue 1
Court succès et ouf de soulagement : l'OL repart de l'avant
HIER À 17:58
Pierre Ferracci n'a pas la même version des faits. "Je suis en colère, il y avait une belle fête à Charléty, beaucoup d'enfants..., a-t-il déploré sur RMC. Il y avait un bon match. Une bande d'abrutis a tout gâché, ce sont les ultras de l'OL. J'ai déjà entendu une version à dormir debout du côté lyonnais, comme quoi des supporters du PSG auraient voulu les attaquer... Les ultras lyonnais sont venus pour mettre le bordel. En plus, ils sont arrivés en retard, mais il n'y avait pas besoin de ça pour les énerver... Ils ont jeté des fumigènes dans une tribune où il y avait des enfants."
Le président du Paris FC a par ailleurs affirmé qu'un dispositif spécial avait été mis en place à l'occasion de la venue de l'OL à Charléty. "La sécurité était plus importante ce soir, nous n'avions jamais eu de tels incidents depuis bien des années, a-t-il souligné. Mais avec de tels voyous, c'est compliqué de les gérer. La vraie sécurité, c'est de les empêcher d'aller aux stades. Il est temps de sanctionner durement."

JMA ? " Il m'arrive aussi de lui dire d'arrêter de délirer"

Pierre Ferracci a également réagi au propos de Jean-Michel Aulas. "Il m'arrive de le défendre et le féliciter, mais il m'arrive aussi de lui dire d'arrêter de délirer, a-t-il lancé. Des responsabilités partagées ? De la folie pure et simple. Je lui ai dit toute à l'heure : 'Prends tes responsabilités, fais le ménage ou tu vas faire couler le foot français'. Je l'ai souvent défendu, mais il doit assumer. Il doit faire le ménage. La violence est partie des supporters de l'OL, qui sont arrivés à 20h à la Gare de Lyon et étaient en retard au match. Je rappelle que deux clubs s'insultent sur la place publique depuis des semaines : l'OM et l'OL. Il est temps que ça s'arrête et qu'on prenne de vraies décisions."
Justement, certaines ont été prises ce vendredi, notamment celle d'arrêter définitivement un match en cas de blessure d'un joueur ou d'un arbitre par un jet de projectile. "On va voir si elles vont être mises en œuvre, a déclaré Ferracci. Elles sont prévues pour 2022 alors que le feu est actuellement dans la maison... J'espère que cette dizaine d'abrutis va être interdite de stade. Si l'OL va être sanctionné ? En tout cas, j'espère que ce n'est pas le Paris FC qui va l'être. Le match reporté ? Je ne sais pas ce que je ferais... Nous avons un championnat à jouer, ce n'est pas que ce bordel arrange nos affaires."
En attendant, l'incertitude la plus totale plane sur la suite à donner à ce nouvel incident et la reprogrammation éventuelle de la rencontre. "La commission compétente jugera de la suite à donner, a annoncé Mr Claude Jaunet, délégué du match. "Ce n’est pas à moi de me prononcer, a pour sa part insisté Jean-Michel Aulas. Le match ne peut pas être rejoué demain. Il faut que la lumière soit faite avec objectivité. Ce n’est pas parce qu’il y a eu un incident à Lyon qu’on doit porter toutes les responsabilités." Selon L'Equipe, Lyon s'expose cependant à un éventail de sanctions après les incidents qui ont déjà impliqué le club cette saison. Dont la possibilité du match perdu.

Le match entre le Paris FC et l'OL interrompu par des incidents en tribunes en Coupe de France

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Pochettino ne cherche pas d'excuse : "On a été lents"
09/01/2022 À 23:48
Ligue 1
L'antisèche : Toujours plus immortel, toujours plus illisible
09/01/2022 À 22:41