Lorsque renaissance rime avec résilience. Une traversée du désert, un chemin de croix, les paraphrases sont légion pour évoquer le cas de Jean-Kevin Augustin, espoir du football français lors de ses années de “titi parisien”, évoluant désormais sous le maillot du FC Nantes. Touché par un Covid long qui l’a éloigné des terrains durant plus d’un an, le jeune attaquant de 24 ans sera pourtant bien présent dans le groupe des Canaris pour affronter, vendredi, le Stade Brestois en huitièmes de finale de la Coupe de France.
Mais avant de refouler les pelouses de Ligue 1, il y a deux semaines contre l’OGC Nice, Augustin a vécu un véritable calvaire, faisant même douter son encadrement d’un éventuel retour, un jour, dans l’élite. Le doute est levé depuis deux rencontres, deux matchs où l’ancien Monégasque est entré en jeu pour terminer la partie.

Un Covid long dur à vivre

Ligue 1
Monaco est un dauphin de qualité, Nice n'a pas fini de couler
14/05/2022 À 20:54
Avant ce fameux retour face aux Niçois le 14 janvier dernier, il fallait remonter au 28 novembre 2020 pour retrouver trace des crampons du Nantais sur le gazon. Après seulement trois apparitions sous les couleurs des Canaris, la fête était déjà finie. “Sur le plan physique, il ne peut pas être compétitif dans ces conditions aujourd'hui”, avait alors asséné l’entraîneur de l’époque, Christian Gourcuff.
“Sa tête voulait mais le corps ne suivait pas, a décrit à Ouest France Pierre Aristouy, entraîneur de l’équipe réserve. Tout était très dur : courir, faire un effort, contrôler un ballon, se repérer. Il avait des problèmes de motricité. On avait la sensation que tout allait trop vite pour lui. Il était hyper malheureux et c’était très complexe pour nous.”
Par la suite, toujours pas d'éclaircie, puisque Raymond Domenech partageait le même constat que son prédécesseur. Un manque criant de physique qui a même engendré une exclusion pure et simple de Jean-Kevin Augustin du groupe professionnel à l’arrivée d’Antoine Kombouaré en février 2021.
Au plus bas physiquement, car déjà à court de forme avant son Covid long, mais aussi moralement, le Parisien de naissance a alors dû patienter et s’en remettre au staff nantais, notamment via une préparation individuelle avec Cyrille Moine, pour de nouveau croire à sa bonne étoile.
Après quelques mois, le joueur, peu actif sur les réseaux sociaux, a resurgi sur Twitter en se fendant d’une lettre pour éclaircir sa situation : “Les tests médicaux que j’ai effectués ces derniers jours ont permis de trouver une réponse aux problèmes physiques que je rencontre depuis mon arrivée.” S’en est suivie la mise en place d’un protocole, et le début de la renaissance.

"Il manque encore beaucoup de choses"

Un long travail physique a petit à petit permis à Jean-Kevin Augustin de retrouver quelques sensations. Reparti au bas de l’échelle, le Nantais a d’abord dû faire ses preuves avec la réserve, avant d’espérer un retour au top niveau. Ce n’est qu’en novembre 2021 que JKA a renoué avec le jeu dans l’effectif de National 2. Un premier pas qui va rapidement se transformer en titularisations, avant qu’Antoine Kombouaré ne le convoque finalement en équipe A en début d’année.
“JK a été réintégré à l’entraînement. Il s’entraîne bien, il répète les séances, il enchaîne donc ça lui donne du temps de jeu", a expliqué, jeudi, l’entraîneur lors d’une conférence de presse. Ces quelques minutes ne se matérialisent pour le moment que par un statut de remplaçant finissant les matchs, mais le coach patiente.
“Maintenant, j’attends la suite. Et c’est lui qui va me donner la réponse. Il est redevenu un joueur de foot mais il manque encore beaucoup de choses.C’est pour ça que je suis très exigeant avec lui. C’est une étape”, a poursuivi Antoine Kombouaré. Augustin a, lui, profité des nombreuses absences dans le groupe A, dues à des blessures, au Covid ou à l’appel de la CAN, mais son retour au haut niveau est encore loin d’être pérenne.
“En tant qu’attaquant, il doit marquer des buts et retrouver son efficacité, alors il pourra entrer en concurrence avec les autres, avait déclaré le coach des Canaris en novembre dernier. Mais avant de penser à l’équipe pro, qu’il pense à se soigner, à redevenir un athlète.” C’est désormais chose faite, reste à retrouver le chemin des filets, une faveur que la magie de la Coupe de France pourrait enfin lui accorder.
Ligue 1
Nantes refroidi à Lyon
14/05/2022 À 20:52
Ligue 1
Rennes s'est sabordé : "On n'a pas le droit"
11/05/2022 À 22:06