C'était en octobre 2016. Jean-Kevin Augustin, par l'entremise de leur équipementier commun, Adidas, est choisi par Lionel Messi. Il fait partie des cinq jeunes pousses sélectionnées par l'Argentin comme potentiel successeur. Voilà quasiment un an qu'il a intégré la rotation du PSG. A 18 ans, il essaie de se faire une place aux côtés de Zlatan Ibrahimovic et Edinson Cavani. JKA couve d'immenses espoirs. Titulaire dans toutes les équipes de jeunes à Paris, il est l'avant-centre en devenir des Bleus. Sélectionné à 46 reprises des U16 aux Espoirs, il devient champion d'Europe U19 en compagnie de Kylian Mbappé et finit meilleur buteur de la compétition avec 9 réalisations.
Bref, Augustin, élu Titi d'Or (trophée récompensant le plus grand talent du centre de formation parisien) en 2014 après Kingsley Coman, est l'une des nouvelles sensations du foot français. Paris, gavé de stars en attaque, ne peut lui assurer le temps de jeu nécessaire. Ce n'est pas un camouflet. Juste un nouveau départ. Après tout, les jeunes Parisiens sont nombreux à s'être épanouis loin du PSG (Coman, Ikoné, Dembélé, Edouard, Guendouzi). Et puis Augustin file chez une puissance européenne émergente : le RB Leipzig, connu pour faire grandir et exploser les valeurs montantes du Vieux Continent.
Ligue 1
Depay comme Mbappé, dimanche rouge et roi du money-time :z
HIER À 22:23

Jean-Kevin Augustin (Bleus) face aux Pays-Bas lors de l'Euro U19, le 18 juillet 2016

Crédit: Panoramic

Deuxième Titi le plus cher de l’histoire du PSG

A priori, la trajectoire est ascendante pour le deuxième Titi le plus cher de l'histoire du club (16 millions d'euros, derrière Mamadou Sakho vendu 18 millions). Ses trois buts et deux passes décisives lors des six premières journées de Bundesliga épatent l'Allemagne, si friande de jeunes Français avec du talent plein les pattes. Sa première saison est plutôt conforme à ce qu'on peut attendre d'un attaquant de 20 ans qui découvre un nouveau championnat : 12 buts et 6 passes décisives en 37 matches, Augustin est dans les clous.
Tout va se dérégler à la rentrée 2018. C'est là que les ennuis vont commencer en club et en sélection. La trajectoire ascendante est stoppée nette. Le mois de septembre est déterminant et explique ses problèmes jusqu'à aujourd'hui. Le 3 septembre, un an après une altercation avec son sélectionneur qui lui avait valu une exclusion du groupe, il décline une convocation chez les Espoirs en évoquant une fatigue musculaire. "Ce ne sont pas des excuses recevables, réagit Sylvain Ripoll. Ça ne correspond pas à l'esprit que je souhaite donner à cette sélection."

Jean-Kevin Augustin (RB Leipzig)

Crédit: Getty Images

Même Didier Deschamps condamne cette situation "hallucinante". D'autant que JKA joue un match amical avec son club durant la trêve internationale. La FFF décidé d'attaquer le joueur devant la FIFA avant de se rétracter. Qu'importe, on ne reverra plus Augustin avec le maillot bleu.

Ripoll, Deschamps, Rangnick : Embrouille sur embrouille

En club, son entraineur, Ralf Rangnick, lui promet une "lourde sanction" après que l’attaquant français a retardé la préparation de son équipe dans l’avant match face à Salzbourg en Ligue Europa en ne rentrant pas assez tôt aux vestiaires. Vissé sur le banc de touche, portable à la main et écouteurs aux oreilles, Augustin n’avait ainsi pas suivi ses coéquipiers au moment où ces derniers rentraient aux vestiaires. "Ce n'est pas normal qu'on voyage trois mois à travers l'Europe pour nous qualifier, et qu'après certains joueurs voient ça comme une corvée", le charge son coach.
Sur le terrain, l'ancien Parisien disparait peu à peu et marque son dernier but de la saison début novembre. Au fil des mois, dans l'ombre de Timo Werner, il dégringole dans la hiérarchie des attaquants de Leipzig. Tantôt sur le banc, tantôt loin du groupe. A partir du 9 mars, il ne joue plus en Bundesliga et se contente de la dernière journée pour un match sans enjeu.

Jean-Kevin Augustin

Crédit: Getty Images

Leipzig, Monaco, Leeds : Symbole d’un foot qui perd la tête

Leipzig n'en veut plus et Augustin va enclencher le cycle infernal des prêts, le mal du siècle, pour retrouver les terrains et de la valeur. JKA incarne malgré lui ce football moderne qui broie les promesses quand elles tardent à éclore. On le prête de club en club avec des projets court-termistes menés par des coaches qui ne l’ont pas toujours choisi. Entre août 2019 et la fin de saison, il défend les couleurs de trois formations : Leipzig, Monaco puis Leeds. La Ligue 1 ne le relance pas mais l'enfonce : 10 matches, 260 petites minutes et aucun but à l'ASM.

Jean-Kévin Augustin salue les supporters avant un match de Leeds United, en février 2020.

Crédit: Getty Images

Direction Leeds au mercato d'hiver. Résultat, 48 minutes de jeu en Championship pour un fiasco retentissant. Plus personne ne veut de JKA. Leeds et Leipzig se battent pour ne pas le garder. Le club anglais a signé une clause obligatoire d'achat (21 millions d'euros) en cas de montée en Premier League. Mais la formation entraînée par Marcelo Bielsa fait valoir que son prêt s'est achevé le 20 juin alors que l'accession, pandémie mondiale oblige, a été acquise en juillet. La situation est toujours entre les mains des avocats des deux clubs.

Physique défaillant, mental au plus bas et interminable Covid

Paria en Premier League et en Bundesliga, Jean-Kevin Augustin trouve un inattendu point de chute à Nantes en octobre alors que Christian Gourcuff ne le désire pas plus que ça et que sa condition physique est calamiteuse. Là-encore, il va faire l'unanimité contre lui. Nantes enchaine les entraîneurs mais tous se retrouvent sur un point, Augustin n'a pas le niveau :
  • Christian Gourcuff l'écarte début décembre : "Sur le plan physique, il ne peut pas être compétitif dans ces conditions aujourd'hui."
  • Domenech début janvier : "Je connaissais un joueur qui avait de la puissance, qui accélérait et qui allait vite. J’ai retrouvé un joueur qui n’a pas de capacité à répéter les efforts (…). Il est à 30% ou 40% de ce qu’il peut faire."
Celui que Messi avait choisi en 2016 se retrouve rétrogradé en réserve du FC Nantes cinq ans plus tard. A 23 ans, la descente est sévère. Des problèmes de comportement, un physique défaillant, un club qui se soucie plus de sa valeur marchande que de la construction de sa carrière, Augustin a complètement lâché. Son corps ne suit plus, son mental est touché : JKA a décroché. Jeudi, le FC Nantes perce en partie le mystère de sa forme physique défaillante : Il "subit encore les conséquences d’une infection au Covid-19, qui s’apparente au syndrome dit du Covid long", précise le communiqué.
Celui qui pouvait rêver d'un destin à la Kingsley Coman prend le risque de rejoindre Hervin Ogenda ou Jean-Charles Bahebeck au chapitre des immenses espoirs déçus du PSG. Les mois qui viennent seront capitaux. Que reste-t-il de l'une des plus belles promesses du football français ? S'est-elle totalement évaporée dans les méandres d'une carrière devenue nébuleuse ? Le gâchis serait immense…
Ligue 1
C'est la Super Ligue 1 !
HIER À 22:06
Ligue 1
Depay, Mbappé, Lirola… Votez pour le meilleur joueur de la 33e journée
HIER À 21:41