AFP

En moins d'un quart d'heure, les Françaises ont assuré leur avenir

En moins d'un quart d'heure, les Françaises ont assuré leur avenir

Le 17/06/2015 à 23:49Mis à jour Le 18/06/2015 à 08:32

COUPE DU MONDE FEMININE 2015 - Grâce à un début de match hyper efficace, les Françaises ont validé leur billet pour les huitièmes de finale en surclassant le Mexique mercredi à Ottawa (5-0). C'est rassurées que les protégées de Philippe Bergeroo attendent la Corée du Sud en 8e de finale.

Les Bleues ont bouclé la phase de poule sur un récital : en s'imposant 5-0 face au Mexique, la plus large victoire de leur histoire en Coupe du monde, les Françaises ont brillamment réagi après la déconvenue face à la Colombie (0-2) et se sont qualifiées pour les huitièmes de finale du Mondial canadien avec la manière.

Menées 3-0 après moins d'un quart d'heure de jeu, les joueuses mexicaines ont souffert le martyr face à la vitesse des enchaînements français. A 4-0 à la pause, Cuellar, le coach mexicain, a eu beau réunir les siennes dans le rond central pour une mise au point, il était déjà trop tard : le sort du match a été vite scellé. Les Bleues, visiblement piquées au vif par la défaite face à la Colombie, avaient décidé de plier l'affaire au plus vite.

L'entreprise de démolition a débuté dès la première minute quand Marie-Laure Delie inscrivait de la tête son 59e but en équipe de France suite à un centre de Thomis mal repoussée par Santiago. Trente-quatre secondes. Les Bleues étaient idéalement lancées après le 2e but le plus rapide de l'histoire de la Coupe du monde féminine.

Doublé pour Le Sommer

Les coéquipières d'Amel Majri, alignée sur le côté gauche du milieu de terrain en lieu et place de Louisa Necib laissée sur le banc, ont ensuite enfoncé très vite le clou sur corner. Camille Abily a déposé le ballon sur la cuisse droite de sa capitaine Wendie Renard, mais c'est la malheureuse Ruiz, joueuse la plus expérimentée côté mexicain, qui déviait le ballon dans son propre but (9e).

La réalisation d'Eugénie le Sommer quatre minutes plus tard a mis définitivement fin aux espoirs de retour des sud-américaines (13e), qui ont fini par craquer une nouvelle fois à dix minutes de la pause suite à une frappe de Delie détournée par Le Sommer (36e). Le troisième but dans la compétition pour la joueuse de l'OL, élue meilleure joueuse du Championnat de France cette saison.

En seconde période, les Mexicaines ont resserré les rangs et les Françaises mis un peu moins d'allant. Le but sublime d'Amandine Henry, qui a nettoyé la lucarne gauche de Santiago d'une frappe de 25 mètres, est quand même venu illuminer ce second acte plus poussif (80e). Mais l'essentiel était déjà là. La France jouera les huitièmes de finale de la Coupe du monde, dimanche, face au deuxième du groupe E, la Corée du Sud. C'est un moindre mal. L'accident colombien, en tout cas, est bel et bien oublié.

La joueuse du match : Marie-Laure Delie

Au même titre que celle de Louisa Necib, l'absence de Gaétane Thiney de l'équipe de départ alignée par Philippe Bergeroo était une surprise de taille. A la place de l'attaquante de Juvisy, le sélectionneur avait choisi de relancer la parisienne Marie-Laure Delie. Bien lui en a pris : l'ancienne Montpelliéraine a débloqué le match après seulement 34 secondes de jeu, a fait peser une menace permanente sur la défense mexicaine et a quasiment inscrit le quatrième but du match, mais sa frappe, cadrée, a été déviée dans les filets par Le Sommer. On devrait revoir Delie et ses 59 buts en sélection nationale en huitième de finale.

La stat : 34"

Première minute de jeu : lancée sur la droite, Thomis fait parler sa vitesse et centre devant le but. Santiago, la gardienne mexicaine repousse maladroitement le ballon sur Delie, qui marque de près, de la tête. Le chrono affiche 34 secondes de jeu. Ce n'est pas le but le plus rapide de l'histoire de la Coupe du monde féminine, mais le deuxième, derrière la Suédoise Lena Videkull en 1991.

Le tweet :

La décla : Eugénie Le Sommer, au micro d'Eurosport

" Ce n'était pas notre vraie visage contre la Colombie et on avait à coeur de se racheter. Il fallait gagner aujourd'hui avec la manière. C'est ce qu'on a fait et c'est bien pour la confiance. On a su relever la tête, on a vu une vraie équipe de France. Peu importe qui sera en face de nous en huitième : il faudra gagner pour passer."
Le Sommer Abily - France 2015

Le Sommer Abily - France 2015AFP

0
0