Corinne Diacre, comptez-vous faire tourner votre équipe pour le match Kazakhstan-France ?
Corinne Diacre. : "Ce n'est pas un match amical, la rotation, ce n'est pas mon état d'esprit. On a un match officiel, même si c'est le Kazakhstan et que ça peut paraître facile sur le papier, ce sera à nous de nous rendre le match facile. Ce sont des athlètes de haut niveau qui s'entraînent tous les jours. Elles sont professionnelles et sont tout à fait capables d'enchaîner deux matches en 72 heures même avec sept heures de vol dans les jambes et quatre heures de décalage horaire."
Comment abordez-vous ce match sur un terrain couvert et synthétique ?
Coupe du monde féminine
Diacre tranche dans le vif : Le Sommer et Henry non convoquées pour le début des éliminatoires
09/09/2021 À 09:20
CD. : "C'est le déplacement le plus lointain de notre poule, mais il faut s'adapter. On a voyagé dans de très, très bonnes conditions. La pelouse est ce qu'elle est, on savait que ça serait un terrain artificiel. On a les mêmes surfaces à Clairefontaine et on a pu, déjà, s'entraîner sur synthétique hier (dimanche). Certaines joueuses jouent sur synthétique dans le championnat de France, celles-ci ne seront pas perturbées. Le ballon ira un petit peu plus vite, mais on n'aura pas le droit aux erreurs techniques. Je suis plutôt satisfaite à ce niveau-là, d'autant que la température (sous le toit de l'Astana Arena) est pas mal ! Cela, on prend, car dehors il ne fait pas très chaud."
Lors du dernier match des Bleues au Kazakhstan, vous aviez trouvé l'ouverture en deuxième mi-temps (ndlr : 3-0 en 2019)...
CD. : "C'est vrai que l'ouverture du score était un peu tardive (à la 58e minute). On aime bien démarrer fort dans le premier quart d'heure, or à ce match-là, on n'avait pas les jambes. On a changé notre organisation, d'ailleurs, par rapport à cette première expérience du Kazakhstan, on verra demain (mardi) si la deuxième formule était meilleure. Il y a eu des modifications de transport, des modifications logistiques, on est parties plus tard alors qu'on était parties trois ou quatre jours avant la dernière fois. On reste sur les horaires de France, on s'entraîne assez tardivement pour rester sur l'horaire du match."
Est-ce que l'un des objectifs mardi sera de marquer tôt dans la rencontre ?
C.D. : "Plus tôt on mène dans le match, mieux c'est. Il faut avoir l'idée de marquer le premier but, mais il y a aussi l'importance d'inscrire le deuxième. Cela passe surtout par leur préparation, à l'échauffement, il faut qu'elles mettent un petit peu plus de concentration pour démarrer le match plus fort que les adversaires. C'est ce qui s'est passé vendredi (11-0 contre l'Estonie), c'est ce qui s'est passé en Grèce (10-0 en septembre), et qu'on n'a pas réussi à faire en Slovénie (3-2, en septembre). Les matches se suivent mais ne se ressemblent pas."
Coupe du monde féminine
Vers une candidature commune de l'Allemagne, de la Belgique et des Pays-Bas pour le Mondial 2027
19/10/2020 À 09:54
Coupe du monde féminine
Cascarino : "L’engouement du Mondial 2019 ? En club, ça n’a pas encore trop suivi…"
06/07/2020 À 22:01