Eurosport

Top 100 : Le Roi Pelé

Top 100 : Le Roi Pelé
Par Eurosport

Le 11/06/2010 à 15:06Mis à jour Le 11/06/2010 à 15:57

Pelé est le numéro un de notre classement des 100 joueurs les plus marquants de l'histoire de la Coupe du monde. Le Brésilien, considéré comme le meilleur joueur de tous les temps, est le seul à avoir été sacré champion du monde à trois reprises. Au royaume du football, la couronne est pour lui.

1. EDSON ARANTES DO NASCIMENTO "PELE"
Pays : Brésil
Date de naissance : 23 octobre 1940
Poste : Attaquant
Participations : 4 (3 victoires)
Matches : 14 (12 buts)

Le roi du ballon rond, c'est lui. Edson Arantes do Nascimento, dit "Pelé", est l'icône suprême du football, le joueur qui a fait rêver tous les amateurs de ce sport sur plusieurs générations, le symbole de l'universalité de ce sport. Là où les plus grands joueurs ont marqué leur époque, le Brésilien a dominé la sienne. Les images de ses exploits ont traversé des générations sans prendre une ride pour rester gravées dans les mémoires. Elles ont fait de lui LE joueur incontournable au moment de parler de Coupe du monde, encore plus que ses trois titres de champion du monde, record de l'épreuve. Parce qu'il alliait des capacités physiques exceptionnelles à une technique extraordinaire, Pelé était unique en son genre, surtout à son époque. On peut même dire qu'il a réinventé le football et inspiré la suite de l'évolution de ce sport.

Pelé, c'est d'abord la précocité. Et un surnom dont l'origine reste floue. Pour certains, c'est lié à "pelada", l'équivalent d'un match amical en brésilien. Pour d'autres, c'est en rapport avec le nom du gardien de l'équipe où évoluait son père, un certain Bilé. Le gamin jouait souvent avec lui, mais n'arrivait pas à prononcer son nom. Ça se transformait en "Pilé", et cette anecdote serait à l'origine de son surnom, "Pelé". Dans tous les cas de figure, le jeune Edson Arantes do Nascimento est rapidement venu au ballon, avec des qualités telles que les gens de la ville se déplaçaient pour le voir jouer alors qu'il n'avait que huit ans. Sa légende prend forme quand il rejoint le Santos FC à l'âge de 15 ans, en 1956. Catégorisé junior, il s'entraine avec les pros et démontre rapidement un potentiel hors-norme et s'installe dans l'équipe première en profitant de la blessure d'un titulaire. Ses performances lui valent d'être appelés en équipe du Brésil dès l'année suivante, pour un match de Copa America perdu face à l'Argentine (1-2) malgré un but de... Pelé.

Son histoire avec la Seleçao est en marche. A seulement 17 ans, il est du voyage en Suède pour la Coupe du monde. Blessé lors des deux premières rencontres, il rentre face à l'URSS et contribue à la victoire brésilienne, synonyme de qualification pour les quarts de finale. Pelé devient un titulaire à part entière et fait mieux que justifier son statut. Il inscrit le but vainqueur face au pays de Galles (1-0), explose contre la France en demi-finale avec un triplé (5-2) avant de s'offrir un doublé en finale face à la Suède (5-2). Au passage, son but d'une reprise en demi-volée juste après un coup du sombrero restera parmi les plus beaux de l'histoire du Mondial. Surtout, Pelé vient d'offrir au Brésil son premier titre de champion du monde, huit ans après le cauchemar du Maracana, cette défaite en finale de la Coupe du monde 1950 face à l'Uruguay. Cette fois, les Brésiliens sont enfin au sommet. Ils vont y rester un bon moment.

Pelé ne joue pourtant qu'un rôle mineur dans le sacre de 1962. Buteur face au Mexique (2-0), il se blesse lors du match suivant contre la Tchécoslovaquie et ne refoulera plus la pelouse jusqu'à la fin du tournoi, remporté par la Seleçao quelques semaines plus tard face à cette même Tchécoslovaquie (3-1). Le Brésilien est la star du football mondial depuis quelques saisons déjà quand démarre la Coupe du monde 1966 en Angleterre. Et cela ne plaît pas à tous les défenseurs. Pelé marque contre la Bulgarie (2-0), mais se fait littéralement casser par les défenseurs bulgares. Préservé contre la Hongrie, il assiste à la défaite de la Seleçao (3-1), qui la condamne à battre le Portugal pour franchir le premier tour. Mais Eusebio et les siens mettent un terme aux espoirs brésiliens (3-1) pour ce qui restera la seule défaite de Pelé lors d'un Mondial. Morais, le défenseur portugais, s'était chargé du cas de la star auriverde de manière plutôt violente...

L'apothéose de sa carrière intervient en 1970, au Mexique. Les matches sont retransmis en couleur pour la première fois dans l'histoire de la Coupe du monde, et la planète s'enflamme pour les exploits du Brésilien. A chaque match sa légende. Face à la Tchécoslovaquie, le numéro 10 de la Seleçao tente un lob mythique de 50 mètres qui passe juste à côté du but. Contre l'Angleterre (1-0), il croit marquer de la tête mais le gardien anglais Gordon Banks sort le ballon au prix de ce qui restera "la parade du siècle". En demi-finale, Pelé signe le geste de génie qui symbolise sa légende face à l'Uruguay (3-1). Servi en profondeur, il élimine le gardien uruguayen Mazurkiewieckz d'un grand pont sans toucher le ballon, juste sur un déhanchement, mais ne parvient pas à transformer cet exploit technique en but. Lors du match du sacre contre l'Italie, il marque de la tête avant d'offrir le dernier but à Carlos Alberto pour ce qui reste à ce jour la plus belle finale de l'histoire (4-1). Une rencontre qui avait inspiré cette réflexion au défenseur italien Tarcisio Burgnich : "Avant le match, je me disais : il est en chair et en os, comme moi. J'ai ensuite compris que je m'étais trompé ". Pelé, lui, vient de ponctuer de la plus belle des façons ses exploits en Coupe du monde. Auteur de 1281 buts au total dans sa carrière (matches amicaux compris), il restera le roi du football pour l'éternité.

LE CLASSEMENT

1. Pelé (Brésil)
2. Diego Maradona (Argentine)
3. Franz Beckenbauer (Allemagne)
4. Ronaldo (Brésil)
5. Zinédine Zidane (France)
6. Garrincha (Brésil)
7. Lothar Matthäus (R.F.A. puis Allemagne)
8. Giuseppe Meazza (Italie)
9. Gerd Muller (R.F.A.)
10. Juan Alberto Schiaffino (Uruguay)

11. Just Fontaine (France)
12. Bobby Moore (Angleterre)
13. Paolo Rossi (Italie)
14. Johan Cruyff (Pays-Bas)
15. Fritz Walter (R.F.A.)
16. Jairzinho (Brésil)
17. Mario Kempes (Argentine)
18. Rivellino (Brésil)
19. Dino Zoff (Italie)
20. Sandor Kocsis (Hongrie)

21. Michel Platini (France)
22. Gordon Banks (Angleterre)
23. Ferenc Puskas (Hongrie)
24. Roger Milla (Cameroun)
25. Eusebio (Portugal)
26. Wolfgang Overath (R.F.A.)
27. Jose Andrade (Uruguay)
28. Helmuth Rahn, (R.F.A.)
29. Vava (Brésil)
30. Leonidas (Brésil)

31. Geoff Hurst (Angleterre)
32. Silvio Piola (Italie)
33. Bobby Charlton (Angleterre)
34. Cafu (Brésil)
35. Alcides Ghiggia (Uruguay)
36. Romario (Brésil)
37. Daniel Passarella (Argentine)
38. Johan Neeskens (Pays-Bas)
39. Thierry Henry (France)
40. Sepp Maier (R.F.A.)

41. Gilmar (Brésil)
42. Marco Tardelli (Italie)
43. Didi (Brésil)
44. Gino Colaussi (Italie)
45. Gerson (Brésil)
46. Carlos Dunga (Brésil)
47. Uwe Seeler (R.F.A.)
48. Giovanni Ferrari (Italie)
49. Teofilio Cubillas (Pérou)
50. Carlos Alberto (Brésil)

51. Jurgen Klinsmann (Allemagne)
52. Fabien Barthez (France)
53. Tostao (Brésil)
54. Obdulio Varela (Uruguay)
55. Guillermo Stabile (Argentine)
56. Paul Breitner (R.F.A)
57. Roberto Baggio (Italie)
58. Mario Zagallo (Brésil)
59. Grzegorz Lato (Pologne)
60. Lilian Thuram (France)

61. Marco Materazzi (Italie)
62. Robby Rensenbrink (Pays-Bas)
63. Paolo Maldini (Italie)
64. Gabriel Batistuta (Argentine)
65. Fabio Cannavaro (Italie)
66. Gary Lineker (Angleterre)
67. Zico (Brésil)
68. Jacky Charlton (Angleterre)
69. Ublado Fillol (Argentine)
70. Karl-Heinz Rummenigge (R.F.A.)

71. Salvatore Schillaci (Italie)
72. Zoltan Czibor (Hongrie)
73. Oleg Salenko (Russie)
74. Andreas Brehme (R.F.A/Allemagne)
75. Oscar Miguez (Uruguay)
76. Roberto Carlos (Brésil)
77. Jorge Burruchaga (Argentine)
78. Ademir (Brésil))
79. Pierre Littbarski (R.F.A)
80. Didier Deschamps (France)

81. Socrates (Brésil)
82. Gianluigi Buffon (Italie)
83. Rudi Voller (R.F.A/Allemagne)
84. Roger Hunt (Angleterre)
85. Pedro Cea (Uruguay)
86. Oscar Ruggeri (Argentine)
87. Josef Masopust (Tchécoslovaquie)
88. Peter Shilton (Angleterre)
89. Lennart Skoglund (Suède)
90. Harald Schumacher (R.F.A)

91. Dennis Bergkamp (Pays-Bas)
92. Jurgen Sparwasser (R.D.A.)
93. Gianni Rivera (Italie)
94. Raymond Kopa (France)
95. Pak Doo Ik (Corée du Nord)
96. Jorge Valdano (Argentine)
97. Lev Yachine (U.R.S.S.)
98. Jozsef Boszik (Hongrie)
99. Davor Suker (Croatie)
100. Antonio Carbajal (Mexique)

0
0