1. Hongrie 1954 

  • 27 buts en 5 matches, 5,40 b/m
Coupe du monde
Les 12 buts les plus rapides de l'histoire de la Coupe du monde
09/01/2014 À 16:12

A l’image de la Coupe du monde 1954, la plus prolifique de l’histoire, la Hongrie a tout écrasé sur son passage sauf... la République fédérale d'Allemagne en finale. Aujourd’hui encore, les témoins de l’époque se demandent comment Puskas et ses coéquipiers ont pu laisser échapper ce titre. Rarement, jamais (?), une équipe nationale n’avait possédé un tel potentiel offensif avec Csibor et sa "tête d’or", Kocsis, meilleur buteur de l’épreuve (11 buts), le Roi Puskas et Hidegkuti qui évoluait légèrement en retrait mais marquait quand même beaucoup de buts. 17 buts en 2 matches lors du 1er tour, 27 sur l’ensemble de la Coupe du monde, personne n’a plus jamais fait mieux.

Une image à retenir ? Celle des 8 buts que la Hongrie passe aux Allemands, futurs vainqueurs de l’épreuve. Mais on joue alors le premier tour...

Puskas Kocsis 1954

Crédit: Imago

2. RFA 1954 

  • 25 buts en 6 matches, 4,17 b/m

Décidemment, 1954 aura été un cru exceptionnel pour les attaquants. Entre le 16 juin et le 7 juillet 1954, 140 buts ont été inscrits en 26 matches. Le champion du monde allemand ne pouvait être en reste. Avec 25 buts inscrits, les coéquipiers de Fritz Walter firent presque aussi bien que les Hongrois, avec le titre en plus ! Seul accroc, mais il est de taille, le 8-3 encaissé par les Allemands au 1er tour face à la Hongrie.

Une image à retenir ? Celle, à 6 minutes de la fin de la finale, de l’ailier droit allemand Rahn qui bat Grosics, le gardien hongrois. La Hongrie est menée pour la première fois du tournoi...

FOOTBALL 1954 World Cup Rahn

Crédit: Imago

3. France 1958

  • 23 buts en 6 matches, 3,83 b/m

Une attaque de feu, un quatuor magique Fontaine-Kopa-Piantoni-Vincent et un record “pour l’éternité” grâce aux 13 buts inscrits par Just Fontaine au cours de l’été suédois de 1958. Qui aurait prédit une telle réussite pour les Tricolores avant le début de l’épreuve ? Personne. Les attaquants français récoltent des éloges dithyrambiques dans toute la presse mondiale. "L’épopée suédoise de 1958" restera longtemps une référence pour le football français.

Une image à retenir ? Celle du quadruplé de Just Fontaine lors du match pour la troisième place face au tenant du titre, la RFA (6-3) qui met la barre à 13 buts pour un seul homme sur la compétition.

1958 Just Fontaine France Coupe du monde

Crédit: AFP

4. Uruguay 1930

  • 15 buts en 4 matches, 3,75 b/m

Champion Olympique en 1924 et 1928, l’Uruguay est chargé d’organiser en 1930, la première Coupe du monde de football. La Celeste possède alors quelques uns des meilleurs attaquants du monde. Cea, Castro, Dorado, Petrone et Scarone vont offrir à l’Uruguay sa première couronne mondiale. A domicile, les Uruguayens sont intraitables. Quatre buts contre les Roumains, six en demi-finale face aux Etats-Unis et de nouveau quatre en finale contre l’Argentine. José Cea se régale et inscrit 5 des 15 buts de la Celeste en 4 matches.

Une image à retenir ? Celle de la 89e minute de la finale qui voit Hector Castro, au terme d’une envolée solitaire (à la Emmanuel Petit !), inscrire le quatrième but uruguayen qui libère tout un peuple.

FOOTBALL WC Final 1930 Uruguay

Crédit: Imago

5. Brésil 1950

  • 22 buts en 6 matches, 3,67 b/m

Tandis que le Brésil organise "sa" Coupe du monde, pas un seul Brésilien n’envisage l’échec en fin de compétition. Ademir, l’avant-centre de Botafogo, celui sur qui tout repose, réalise un tournoi presque parfait, tout comme la Seleçao. Un quadruplé face à la Suède en poule finale puis un doublé contre l’Espagne... Il ne connait qu’un seul jour sans réussite, face à l’Uruguay, dans une sorte de finale, et c’est tout un pays qui sombre dans le deuil national.

Une image à retenir ? Celle de Zizinho, Jaïr et Ademir, pourtant meilleur buteur du tournoi avec 9 réalisations, qui quittent le Maracana en pleurs. L’équipe d’Uruguay tient sa seconde Coupe du monde. Aux dépens du Brésil.

FOOTBALL 1950 World Cup Brazil

Crédit: Imago

6. Argentine 1930

  • 18 buts en 5 matches, 3,60 b/m

Guillermo Stabile, Carlos Peucelle, Adolfo Zumelzu et Luis Monti furent les premiers grands artificiers de l’histoire de la Coupe du monde. Stabile, l’avant-centre d’Huracan, remporte d’ailleurs le premier titre de meilleur buteur, inscrivant 8 buts en 4 matches et au moins un lors de chaque rencontre disputée.

Une image à retenir ? Celles des scores de tennis des Argentins en Uruguay en 1930 : 6-3 face au Mexique, 6-1 contre les Etats-Unis en demi-finale mais un 2-4 en finale face aux Uruguayens.

7. Brésil 1970

  • 19 buts en 6 matches, 3,17 b/m

Pelé, Gerson, Tostao, Jairzinho, Rivelino. Qu’aurait donné une telle attaque en 1954, à une époque où les défenseurs étaient moins regardants ? Personne ne le sait. En 1970, Herrera et son Inter ont déjà créé le Catenaccio ! Pourtant, les coéquipiers de Carlos Alberto réalisent un véritable festival offensif dans la chaleur mexicaine. Quatre buts face aux Tchèques, au Pérou et à l’Italie, trois contre la Roumanie et l’Uruguay. Seul Gordon Banks résiste, n’encaissant qu’un but de Jairzinho...

Une image à retenir ? Celle du quatrième but du Brésil sur un tir canon de Carlos Alberto en finale face à l’Italie (4-1) dans le somptueux stade Aztèque.

FOOTBALL - 1970 - Brazil - Pelé

Crédit: Panoramic

8. Portugal 1966

  • 17 buts en 6 matches, 2,83 b/m

Pour le Portugal, le coup d’essai est un coup de maître. Sa première participation à la Coupe du monde est un triomphe. Et rarement, le destin d’une équipe n’a été aussi étroitement lié à la réussite d’un homme, probablement le meilleur joueur du monde en cette année 1966, Eusebio. Lors de la World Cup disputée là où le football est né, Eusebio, la perle venue du Mozambique, "l’autre Pelé" comme l’a surnommé la presse européenne, démontre un talent offensif exceptionnel. José Augusto et Torres complètent l’attaque portugaise. Eusebio, meilleur buteur de l’édition, inscrit 9 buts dont 3 penalties.

Une image à retenir ? Celle du Portugal mené 0-3 à la 25e minute, par une Corée du Nord qui n’en finit pas de surprendre, Eusebio, marque quatre buts consécutivement, les Portugais l’emportent 5-3.

1966 World Cup quarter-final Portugal's Eusebio scores the first of his four goals in 5-3 win over North Korea

Crédit: PA Photos

9. RFA 1970

  • 17 buts en 6 matches, 2,83 b/m

La RFA de 1970 fait partie de la légende de la Coupe du monde. Beckenbauer, Overath, Schnellinger mais surtout Seeler et le plus grand buteur européen de tous les temps Gerd Müller écrivent les plus belles pages du mondial mexicain au même titre que le Brésil et l’Italie. En quart de finale, les Allemands "vengent" Wembley et sa finale maudite de 1966. La RFA est menée 0-2. La suite ? Deux buts de Beckenbauer (68e) et Seeler (76e) avant que l’inévitable Müller marque en prolongation (108e).

Une image à retenir ? Celle de Gerd Müller qui, à Mexico, en demi-finale, donne l’avantage aux Allemands puis égalise face à l’Italie dans ce que beaucoup considèrent comme le "match du siècle" en Coupe du monde.

10. Brésil 2002 

  • 18 buts en 7 matches, 2,57 b/m

Ronaldo : 8 buts, Rivaldo : 5 buts, Ronaldinho : 2 buts. Une attaque de feu, une attaque au gout de Ballon d’Or même si celui de Ronnie reste alors "à venir". Le trio brésilien enflamme la Coupe du monde 2002, rien ne lui résiste. Sept matches, autant de victoires, quelques fois du panache et souvent du génie pour la cinquième Coupe du monde du Brésil.

Une image à retenir ? Celle du doublé de Ronaldo en finale face à l’Allemagne, un Ronaldo définitivement perdu pour le football quelques mois plus tôt…

FOOTBALL 2002 Brazil - Rivaldo et Ronaldo

Crédit: Imago

Coupe du monde
Un groupe de BTP admet avoir participé à un cartel pour truquer les marchés
05/12/2016 À 22:54
Coupe du monde
Du multi-fonctions Kazan au retardataire Kaliningrad : le point sur les stades de Russie 2018
24/07/2015 À 14:31