Panoramic

Joachim Löw après Allemagne - Brésil (7-1) : "Ils étaient complètement perdus"

Löw : "Ils étaient complètement perdus"

Le 09/07/2014 à 02:35Mis à jour Le 10/07/2014 à 16:02

Sans triomphalisme, Joachim Löw a analysé presque froidement l'extraordinaire démonstration de son équipe face au Brésil (7-1). Le sélectionneur allemand estime que la Seleçao a totalement perdu les pédales, sous l'effet d'une pression excessive sur ses épaules.

Comment expliquez-vous ce qui s'est passé en première période ?

J.L. : Ils étaient perdus, ils n'ont jamais pu retrouver leur organisation. Il fallait appuyer pendant ce temps-là, profiter de nos opportunités. Nous avons su le faire et ça a été la clé. On savait aussi que quand les Brésiliens doivent affronter une équipe qui va vite devant, ils ont des problèmes. Nous avions confiance, nous savions que si nous jouions sur nos qualités, nous gagnerions ce match. Mais sur un tel score, bien évidemment, non.

Les Brésiliens se sont totalement écroulés…

J.L. : L'équipe du Brésil n'a pas su supporter la pression. C'est difficile de supporter ça. Nous avons connu cela en 2006 à domicile, nous avions perdu en demi-finale contre l'Italie (0-2 a.p.) sous le coup de la pression. On a senti qu'ils étaient désordonnés, qu'ils jouaient de longs ballons devant, ils laissaient des espaces derrière.  Ils ont complètement paniqué, nous en avons profité. A 2-0, ils étaient vraiment complètement sens dessus dessous. On a eu aussi un peu de réussite sur certaines séquences mais on a été très réaliste.

Quelle était l'atmosphère à la pause dans le vestiaire ?

J.L. : Nous sentions que la victoire était là, mais à la mi-temps, on voulait surtout continuer le match de manière sérieuse et intelligente, jouer notre jeu, faire des passes pour fatiguer notre adversaire, profiter de nos contres. Et on savait qu'en seconde période, il y aurait des espaces.

La joie de Mesut Özil et l'Allemagne face au Brésil

La joie de Mesut Özil et l'Allemagne face au BrésilPanoramic

A quel point les absences de Neymar et Thiago Silva ont pesé selon vous?

J.L. : Perdre deux joueurs aussi importants, ce n'est jamais facile. Ça impacte votre défense et votre attaque. Ensuite, tout dépend comment le match tourne, aussi. On connait très bien Dante, il pouvait combler le vide laissé par Thiago Silva. Mais quand les buts ont commencé à s'enchainer, on a senti l'équipe perdre le fil. Les Brésiliens étaient sous le choc.

Au Brésil, il y a eu le Maracanazo et la défaite d'aujourd'hui va la rejoindre dans l'histoire. Mesurez-vous la portée de ce résultat?

J.L. : Je ne sais pas s'il y a déjà eu un tel résultat en demi-finale de Coupe du monde mais il ne faut pas trop y penser. La qualification, l'élimination, c'est ça qui est important ce soir (mardi). Mais oui, je peux comprendre. En 2006, nous avons perdu une demi-finale de Coupe du monde à domicile, c'était très dur. Cette défaite, pour le Brésil et son équipe, ne sera pas facile à digérer. Malgré tout, le Brésil jusqu'à aujourd'hui a fait une bonne Coupe du monde. Puis l'organisation est une grande réussite, c'est un très beau tournoi, dans les stades, dans ce pays fantastique avec ces gens chaleureux. Oui, ce sera difficile de digérer une telle défaite qui engendre tant de tristesse, mais le Brésil doit être fier.

Cerise sur le gâteau, Miroslav Klose est devenu avec son but le meilleur buteur de l'histoire de la Coupe du monde…

J.L. : C'est formidable pour Miroslav Klose, ça veut dire quelque chose quand même de devenir le meilleur buteur de toute l'histoire de la Coupe du monde. C'est une performance exceptionnelle. Puis, à cet âge, être encore aussi performant dans des matches aussi importants, être toujours aussi dangereux pour l'adversaire, c'est extraordinaire. Nous sommes heureux pour lui.

Miroslav Klose devient le meilleur buteur de l'histoire du Mondial avec 16 buts

Miroslav Klose devient le meilleur buteur de l'histoire du Mondial avec 16 butsAFP

Etes-vous déjà tournés vers la finale?

J.L. : Il sera important mercredi et jeudi de récupérer, de rester concentrés et calmes. Je sais que cette équipe est prête. Ce sera dur dimanche, que ce soit l'Argentine ou les Pays-Bas, ce sont deux très bonnes équipes, mais je crois que cette équipe est prête à tout pour gagner cette finale.

0
0