Fermez les yeux et imaginez un court instant Neymar piquer un sprint vers sa défense pour soulager son équipe, Lionel Messi se battre comme un damné près de l'attaquant adverse pour gratter une munition, Cristiano Ronaldo redescendre dans sa moitié de terrain pour lancer ses compères d'attaque. Bien sûr, vous rêvez. Parce que toutes les stars de ce calibre, les icônes mondiales ne font pas le sale boulot. Enfin presque toutes.

Antoine Griezmann a une toute autre conception. Il pourrait être au-dessus de tout cela. Héros de la nation en 2016, meilleur buteur et joueur d'un Euro qui l'a fait changer de dimension, méga-star de l'un des cinq plus grands clubs du monde et depuis peu rémunéré comme tel, l'égérie de Gilette, Puma, Head and Shoulders, Xbox, EA Sports et Huawei est l'icône du football français.

Equipe de France
Le Graët le veut pour succéder à Deschamps ? "Une possibilité" répond Zidane
13/02/2021 À 10:29

Son statut ? Il s'en fiche

Et alors ? A quelques jours de la finale de la Coupe du monde, Griezmann se contrefiche de son statut, n'a rien à faire de ses statistiques, se fout royalement de ce que les observateurs peuvent en dire et se moque éperdument du Ballon d’Or. Lui comme les autres est habité par un intérêt supérieur : le sens du sacrifice et le devoir collectif. "En étant meilleur buteur on a perdu à l'Euro. Je me suis dit que j'allais mettre moins de buts pour qu'on la gagne (rires). Mon rôle a changé, si je marque tant mieux mais ce n'est pas le plus important", a-t-il résumé. Il a rangé son statut et ses trophées sur l'armoire et enfilé le costume de soutier.

Griezmann passe désormais plus de temps dans le rond central que dans les 16 mètres adverses et il ne ressent pas le début d'une once de frustration. Telle est sa mission et il l'a acceptée sans broncher. Le plus bel hommage de ces cinq semaines de vie commune est venu de son ami, Paul Pogba. La Pioche, son compère depuis des années maintenant, a tenu à dresser des louanges au Mâconnais : "Il progresse depuis trois ans. Le travail qu'il fait dans cette Coupe du monde est extraordinaire, très peu d'attaquants pourraient faire ça, c'est un sacrifice mais il le fait en club et ça lui fait plaisir de défendre comme ça. Il est quand même décisif aussi, il marque des buts, il défend, il court."

France's forward Antoine Griezmann holds a press conference in Istra on July 13, 2018, two days before the Russia 2018 World Cup final football match between France and Croatia

Crédit: Getty Images

"On fait les efforts ensemble et on fait tous pareil"

Le Madrilène, biberonné par la rigueur intransigeante de Diego Simeone à l'Atlético Madrid, ne force pas sa nature. "C'est le style de jeu que j'ai en club", témoigne-t-il sans peine. "Je sais comment gérer ça. J'essaie de prendre le jeu à mon compte, accélérer et ralentir quand il le faut." Il était le leader de cette génération par son talent et ses statistiques. Il est aujourd'hui par l'exemple qu'il donne aux autres. "Si Kylian, Oliv' me voient redescendre dans la surface, ils vont dire : "Pourquoi pas moi". On fait les efforts ensemble et on fait tous pareil. Les remplaçants aussi." Et le reste ? "La défense est le plus important car on sait que devant on peut faire une différence à tous moments, que ce soit Kylian sur sa vitesse, Olivier sur un centre ou moi sur une petite folie."

Trois buts, deux passes décisives : son bilan offensif n'est absolument pas infâmant après un début de tournoi démarré avec le frein à main. Aujourd'hui, c'est lui qui organise, libère les espaces, initie le pressing, replace ceux qui prennent trop de libertés. "J'ai la chance de travailler avec le meilleur entraîneur défensivement (Diego Simeone)", continue-t-il. "J'essaie de faire apprendre des trucs à mes coéquipiers, je donne des petits conseils des astuces pour recadrer l'équipe défensivement." Griezmann, flamboyant buteur, est devenu le symbole de ces Bleus qui transpirent plus qu'ils ne brillent. Le meilleur des symboles.

Euro 2020
Sarr croit en sa bonne étoile : "L'Euro ? Le rêve de toute une vie"
28/12/2020 À 17:40
Football
Deux titres et une qualif' à décrocher : l'année 2021 des Bleus s'annonce folle
07/12/2020 À 19:42