Getty Images

La persévérance saoudienne récompensée malgré un grand El Hadary

La persévérance saoudienne récompensée

Le 25/06/2018 à 18:03Mis à jour Le 25/06/2018 à 18:47

COUPE DU MONDE 2018 - L'Arabie saoudite a eu raison d'y croire jusqu'au bout, lundi à Volgograd. Mohamed Salah a ouvert le score pour l'Egypte, Essam El Hadary a stoppé un penalty mais Salman Al-Faraj n'a pas raté le second,et Salem Al-Dawsari a emporté la décision à la dernière minute. Eliminée, l'Arabie saoudite quitte le tournoi sur une bonne note, au contraire des Pharaons.

Cette Coupe du monde devait consacrer son talent, elle aura été un cauchemar pour l'Egyptien Mohamed Salah. Les Pharaons ont concédé lundi après-midi à Volgograd leur troisième défaite en trois rencontres dans ce premier tour face à la modeste Arabie Saoudite (2-1). Si la star de Liverpool a ouvert le score, les Egyptiens ont subi pendant tout le reste de la partie et achèvent tristement leur Coupe du monde. Les Saoudiens peuvent quant à eux être fiers de n'avoir jamais rien lâché : ils ont été récompensés par le but vainqueur à la dernière minute du temps additionnel.

Ce dernier match de la phase de poules du groupe A n'avait aucun enjeu autre que de sauver l'honneur pour les deux sélections. Et le début de match l'a montré : peu d'intensité dans les duels et une agressivité très limitée de part et d'autre. Mais Mohamed Salah a rapidement prouvé qu'il n'avait pas perdu son instinct de buteur. A la réception d'une sublime ouverture d'Abdalla Said, la star égyptienne a réalisé un magnifique enchaînement contrôle en extension, puis lob sur un pas (le gardien saoudien étant sorti à la limite de sa surface) pour ouvrir le score (1-0, 22e).

Salem Al-Dawsari buteur pour l'Arabie saoudite contre l'Egypte à la Coupe du monde 2018

Deux penalties pour l'Arabie Saoudite

Ce but a eu le mérite de lancer pour de bon cette rencontre de consolation et deux minutes plus tard, le même Mohamed Salah manquait le but du break et le cadre sur un ballon piqué seul face à Yasser Almosailem, le portier saoudien. Deux éclairs donc et puis… plus rien. Acceptant la domination saoudienne dans la possession du ballon (61 % sur le match), les Pharaons se sont regroupés autour de leur surface de réparation, sans même contrer leurs adversaires.

Et la sanction est arrivée : un penalty accordé pour une main d'Ahmed Fahti dans la surface. Joueur le plus âgé à disputer un match en Coupe du monde à 45 ans, le gardien égyptien Essam El Hadari a alors réalisé l'exploit (41e) en sortant la frappe de Fahad Almuwallad. Mais ce n'était que partie remise pour les Saoudiens qui, quelques minutes plus tard, ont bénéficié d'un nouveau penalty pour une faute d'Ali Gabr, confirmée par la VAR. Cette fois, Essam El Hadary a dû s'incliner face à Salman Al-Faraj (1-1, 45e+6).

Le changement de dynamique s'est confirmé à la reprise et le portier égyptien a longtemps repoussé l'échéance (69e, 70e). A l'extrême limite du temps additionnel, Salem Aldawsari, d'une jolie volée croisée dans le petit filet (2-1, 90e+5), a offert à l'Arabie Saoudite sa première victoire en Coupe du monde depuis juin 1994 (à l'époque contre la Belgique sur le score de 1-0). Après ce triste dénouement, reverra-t-on Mohamed Salah sous les couleurs égyptiennes ? Rien n'est moins sûr puisque le joueur aurait décidé de prendre sa retraite internationale, excédé par sa fédération.

0
0