ALLEMAGNE - ARGENTINE : 1-1 (4 tab à 2)
Buts : Klose (80e) pour l'Allemagne, Ayala (49e) pour l'Argentine
Uwe Stielike est toujours seul. Au Panthéon des joueurs allemands ayant manqué un tir au but, l'ancien de la Mannschaft trône toujours tout en haut. Et, aujourd'hui, en est certainement très heureux puisque l'Allemagne version 2006 s'est qualifiée pour les demi-finales de sa Coupe du monde à l'issue de la séance des tirs au but (1-1, 4 tab à 2). Si Neuville, Ballack, Podolski et Borowski n'ont pas tremblé, Ayala et Cambiasso sont tombés sur Jens Lehmann. Une déception immense pour les Argentins. D'autant que longtemps dominateurs, les Sud-Américains auraient pu se mettre à l'abri et donner à l'égalisation de Klose un caractère tout anecdotique. Il en fut autrement. C'est bien connu, les Allemands gagnent toujours à la fin.
Première période : L'Allemagne surpassée
Qualif. Coupe du monde
Enorme revers pour la Mannschaft
31/03/2021 À 20:42
Pour la première fois depuis le début du Mondial, la jeune Allemagne semble tendue. Conscients de l'enjeu et face à une Argentine plus expérimentée, les joueurs de Jürgen Klinsmann sont pris dans l'étau. Le stress se traduit par des fautes et un premier carton jaune pour Lukas Podolski (3e). L'attaquant est aussi l'auteur de la toute première frappe du match sur coup franc. Sans danger apparent, son tir donne pourtant quelques sueurs froides à Abbondanzieri (7e).
L'Albiceleste ne se crée aucune occasion mais la toile est tissée. Jeu court, jeu long, les hommes de José Pekerman, avec Carlos Tevez en lieu et place de Javier Saviola, alternent à merveille et Juan Pablo Sorin est plus ailier gauche que latéral. Son alter ego allemand Philipp Lahm est bien moins offensif qu'à l'accoutumée et le côte gauche, point fort des triples champions du monde, en pâtit. Du coup, c'est du flanc de Bernd Schneider que vient le danger. Et c'est sur l'un de ses centres que Michael Ballack place une tête dangereuse. Mais non cadrée (16e).
Le capitaine tente d'appeler à la révolte mais ses jeunes partenaires semblent parfois se cacher. Les Sud-Américains eux ne se cachent pas et tiennent le ballon 65% du temps. Mais n'inquiètent pas Jens Lehmann. En quarante-cinq minutes, pas une frappe. Seuls quelques mouvements comme cette ouverture de Riquelme à direction de Tevez, finalement coupée par Lahm (33e), viennent perturber le quatuor défensif de la Mannschaft. Pourtant, dès que le jeu s'accélère, le danger est là.
Seconde période : Klose ce sauveur
Au retour des vestiaires, les Argentins calquent leur entame sur celle du début de la rencontre. Si Sorin écope d'un carton jaune le privant d'une éventuelle demi-finale (46e), le capitaine de l'Albiceleste va rapidement oublier ce coup du sort. Sur un corner de Riquelme, il voit Roberto Ayala passer devant Miroslav Klose et battre Jens Lehmann d'un coup de tête imparable (0-1, 49e). Pour la première fois du tournoi, l'Allemagne est menée au score. Logiquement. Dos au mur et encouragés par un stade Olympique assourdissant, les Allemands ne parviennent pas à se lâcher. Klose-Podolski ne sont pas alimentés. Mais l'Argentine recule. Un tort.
Dans un premier temps, les doubles champions du monde n'ont aucun problème à contenir les offensives allemandes. Seul souci, Abbondanzieri se blesse sur une sortie aérienne improbable et doit laisser sa place à Leo Franco (72e). Son premier ballon sur une frappe de l'entrant Tim Borowski, le remplaçant le capte avec difficulté (77e). Le deuxième, le portier le verra entrer dans son but malgré un plongeon désespéré. Sur un centre de Ballack, Borowski remet du crâne vers l'inévitable Miroslav Klose. D'une tête ajustée, le meilleur buteur du Mondial égalise (1-1, 80e). Fatigué, l'homme aux dix réalisations en Coupe du monde (5 en 2006) peut laisser sa place. Et suivre la prolongation du banc de touche.
Prolongation : Plus rien dans les chaussettes
Quand Lubos Michel siffle le coup d'envoi de trente minutes de rab, les vingt-deux acteurs n'ont plus grand chose dans les chaussettes. A l'image d'un Michael Ballack exténué et qui laissera ses partenaires durant quelques minutes, les joueurs sont dans le dur. Et mis à part un centre-tir involontaire de Coloccini qui va s'écraser sur le haut de la barre transversale de Jens Lehmann (115e), il n'y a pas grand chose à signaler.
Peu inspiré sur ce coup, le portier de la Nationalmannschaft le sera beaucoup plus lors de la séance des tirs au but. Comme ses prédécesseurs Harald Schumacher et Bodo Illgner, Jens Lehmann s'inscrit dans la lignée des sauveurs de la nation en repoussant deux frappes. Héros du jour, le Gunner a peut-être fait gagner plus qu'un simple match à ses jeunes coéquipiers. En plus de deux heures de présence sur la pelouse de Berlin, Lahm, Podolski et compagnie ont pris quelques mois de bouteille...
L'HOMME DU MATCH : Jens Lehmann (Allemagne)
S'il a pris un but sur la première frappe cadrée des Argentins, Jens Lehmann n'a pas démérité sur l'ensemble du match et est devenu héroïque lors de la séance des tirs au but. Du haut de ses bientôt 37 ans, le Gunner a stoppé deux tentatives argentines, celles de Roberto Ayala et Esteban Cambiasso. Deux mois après avoir mis en échec Riquelme en Ligue des Champions, le gardien allemand se positionne en bourreau officiel des joueurs argentins.
LA DECLA : Miroslav Klose (Allemagne)
"Cela a été très dur, nous n'avions pas beaucoup de soutien du milieu de terrain et nous n'avons pas eu beaucoup d'espace. Cela a mieux fonctionné en seconde période. Nous sommes peut-être un peu chanceux dans la séance des tirs au but mais le match a été un sommet. Je me suis fait mal sur le choc avec le gardien adverse et j'ai eu ensuite une crampe au mollet. Cela ne servait à rien de vouloir continuer à jouer et j'ai été remplacé".
Qualif. Coupe du monde
Pour l'Allemagne, un but de Gnabry a suffi
28/03/2021 À 20:40
Qualif. Coupe du monde
L'Allemagne a vite plié l'affaire
25/03/2021 À 21:36