Imago

L'Italie sur la ligne

L'Italie sur la ligne
Par Eurosport

Le 26/06/2006 à 22:45Mis à jour

Réduite à dix face à l'Australie, l'Italie s'est qualifiée sur le fil pour les quarts de finale de la Coupe du monde grâce à un penalty généreux accordé dans les arrêts de jeu (1-0). Les Australiens pourront regretter de ne pas avoir bougé les Transalpin

ITALIE - AUSTRALIE : 1-0
But : Totti (90e+4, sp)

Guus Hiddink n'a plus la main. Quatre ans après avoir réussi l'exploit de sortir l'Italie avec la Corée du Sud, le technicien batave a dû baisser pavillon face à la Squadra Azzurra. A l'italienne, les Transalpins ont pris leur revanche sur le sort. De manière cruelle pour des Australiens qui auront disputé quasiment la moitié du match en supériorité numérique. Mais pour avoir craint l'Italie et sa réputation, les Aussies sont finalement tombés sur un penalty de dernière seconde, sifflé alors que tout le monde avait la tête à la prolongation. Dans l'affaire, l'Italie a glané son ticket pour les quarts. Elle a également gagné trente minutes de repos supplémentaires. Loin d'être superflus alors que les choses sérieuses vont bientôt commencer.

Première période : L'Australie part bien

Pour voir Gigi Buffon à l'oeuvre, il faut patienter jusqu'à la demi-heure de jeu et une reprise de Chipperfield. Sorti de sa défense, l'Aussie reprend du droit et force le portier de la Juventus à se coucher (30e). Il n'aura plus rien à faire en première période. Mark Schwarzer ne sera plus inquiété non plus. Jusqu'à la pause, les deux équipes campent sur leurs positions. L'Australie continue de faire le jeu. Les Italiens jouent long et en contres. Si le score reste à 0-0 au coup de sifflet de M. Medina Cantalejo, les Transalpins semblent sur la bonne voie.

Seconde période : Totti venge Materazzi

A neuf derrière et le seul Iaquinta balayant le front, la Squadra Azzurra ne visite que rarement la surface de réparation océanienne. Mis à part une frappe de Chipperfield sur laquelle Buffon répond une nouvelle fois présent (58e), les hommes de Guus Hiddink sont guère plus dangereux. Manque d'ambition ou crainte du contre fatal ? Qu'importe. Le résultat est le même. Et l'entrée de Francesco Totti à la place d'Alessandro Del Piero (75e) n'est pas pour rassurer les troupes australiennes. Finalement, et au bout de l'ennui, les deux équipes semblent s'en remettre à la prolongation.

L'HOMME DU MATCH : Fabio Cannavaro (Italie)

Capitaine courageux d'une équipe d'Italie qui a souffert avant de faire la différence, Fabio Cannavaro a été impérial en défense centrale. Même lorsque Marco Materazzi a été expulsé, le joueur de la Juventus Turin s'est montré intraitable et n'a laissé que peu d'espaces à Mark Viduka et compagnie. Pour preuve, ses statistiques personnelles sont impeccables : 37 ballons joués pour une seule perte de balle et 8 récupérations.

LA DECLA: Marcello Lippi (Italie)

"Nous ne craignions pas d'être éliminés. Nous savions qu'il y avait toujours la possibilité de jouer la prolongation ou d'arriver aux tirs au but. Nous n'avions pas peur de l'Australie. Mais les Australiens ont joué avec beaucoup de coeur. Nous avons eu la maîtrise en première période au cours de laquelle nous avons eu quelques occasions. En seconde période, à 10 contre 11, c'était plus dur pour nous. Materazzi m'a dit que le carton rouge était un peu sévère. Mais nous sommes passés et je suis très heureux.

0
0