La course-poursuite entre les leaders lyonnaises et leurs dauphines parisiennes, brutalement interrompue en mars par la pandémie de Covid-19, reprend vendredi (21h00) au Parc des Princes en championnat, à trois jours des retrouvailles entre rivales sous le maillot tricolore. Une fois n'est pas coutume, il n'y a eu la saison dernière en D1 féminine qu'un seul choc au sommet entre les deux équipes luttant pour le titre : le match aller, remporté par l'OL il y a presque un an jour pour jour (1-0).

Lyon n'a plus gagné à Paris en championnat depuis 2015

Ligue des champions féminine
La désillusion : les Parisiennes battues à Barcelone et éliminées aux portes de la finale
02/05/2021 À 11:53
Mi-mars, la D1 a en effet été interrompue exactement deux jours avant le match retour, quand le PSG de Marie-Antoinette Katoto comptait trois points de retard au classement sur les intouchables Lyonnaises d'Amandine Henry. Frustrant pour les Parisiennes, qui rêvaient alors d'empêcher le 14e titre consécutif de l'OL en D1... finalement obtenu en raison de la suspension définitive de la compétition. Pour les joueuses du Rhône, il y avait dans le viseur une première victoire à Paris en championnat depuis le 21 février 2015. "Il n'y a pas eu de retour l'an dernier. C'était peut-être l'occasion de gagner" à Paris, a soulevé l'entraîneur lyonnais Jean-Luc Vasseur mercredi.
Le technicien se sera finalement rattrapé dans les deux compétitions qui avaient pu aller à leur terme : la Coupe de France et la Ligue des champions, toutes deux remportées. En finale de la Coupe, les Lyonnaises s'étaient imposées aux tirs au but seulement (0-0, 4-3 t.a.b) début août, quelques jours avant de récidiver en demi-finale du "Final 8" de C1 dans le Pays basque espagnol, avec une courte victoire (1-0) face aux Parisiennes. Autant de preuves que l'écart continue de se resserrer entre les deux favoris du championnat.
L'humilité est importante, comme le respect de l'adversaire
Cette saison encore, après huit journées, le PSG a calé en premier, concédant le nul (0-0) à Bordeaux mi-septembre. Lyon, de son côté, reste sur un sans faute avec huit victoires, mais Paris vient de signer samedi un succès retentissant, 14-0 contre le promu Issy. Malgré le huis clos qui s'impose, les Parisiennes évolueront pour la première fois au Parc des Princes pour un match de championnat, et le match sera retransmis en prime time sur Canal+, fait rare pour le foot féminin.
"C'est une belle opportunité pour que ce soit une belle fête", a savouré Vasseur, conscient de "l'avantage mental" dont ses joueuses disposent au vu des "résultats passés". Mais "l'humilité est importante, comme le respect de l'adversaire, remarque Wendie Renard, la patronne de la défense lyonnaise. On est confiantes par nos arguments mais si nous ne sommes pas collectivement ensemble, on peut avoir des failles".

Jean-Luc Vasseur

Crédit: Getty Images

La défenseure internationale croisera plusieurs partenaires de l'équipe de France sur la pelouse du Parc (Grace Geyoro, Kadidiatou Diani, Katoto...)... Et elle devrait les revoir vite, puisque les Bleues se réunissent dès lundi à Clairefontaine pour préparer leur dernier rassemblement de l'année, avec une qualification pour l'Euro à décrocher contre l'Autriche. Autant d'arguments qui font de ces retrouvailles un vrai "clasico". De quoi leur donner aussi un surnom ? "Il y a un "clasico" chez les garçons, pointe Vasseur. Il faudrait le nommer pour les filles, un "clasico" ou un "clasica"".
Ligue des champions féminine
Meilleure du monde à son poste, icône dans son pays : Endler, gardienne de l'espoir au PSG
01/05/2021 À 12:48
Ligue des champions féminine
Les Parisiennes en mission à Barcelone... avant de retrouver le Bayern en finale ?
01/05/2021 À 12:23