AFP

Equipe de France - Défense, milieu, attaque : ce que Deschamps peut changer pour relancer les Bleus

Défense, milieu, attaque : ce que Deschamps peut changer pour relancer les Bleus

Le 08/06/2015 à 19:04Mis à jour Le 08/06/2015 à 20:02

MATCHES AMICAUX – Les défaites face au Brésil (1-3) et à la Belgique (3-4) ont montré que les Bleus étaient loin d'être prêts à un an de l'Euro. Elles ont mis en lumière des lacunes dans tous les secteurs du jeu. Et la nécessité d'apporter quelques changements.

On apprend souvent davantage dans les défaites que dans les victoires. Si c'est le cas, l'année 2015 est déjà riche en enseignements pour Didier Deschamps. Les revers domestiques subis face au Brésil (1-3) et à la Belgique (3-4) ont ramené les Bleus à la réalité après une Coupe du monde encourageante au Brésil l'été dernier. Pour espérer remporter "son" Euro l'année prochaine, la France ne peut pas se reposer sur ses acquis du Mondial. Elle doit changer des choses, dans tous les secteurs. C'est l'enjeu de la réflexion du sélectionneur, même si sa marge de manœuvre est limitée.

Défense : Un chantier devenu prioritaire

  • Quel est le problème ?

Trois buts encaissés face au Brésil puis quatre face à la Belgique, une première à domicile depuis 1982 : les Bleus ont déjà encaissé autant de buts en 2015 que sur l'ensemble de l'année 2014. L'arrière-garde tricolore a confirmé contre les Diables Rouges ses difficultés quand elle doit faire face à des attaques d'un niveau plus relevé. Elle affiche régulièrement un manque de rigueur sur les coups de pied arrêtés et ses difficultés dans le domaine aérien. Elle est trop friable à un an de l'Euro.

  • Que peut faire Deschamps ?

Le sélectionneur n'a pas beaucoup d'options dans ce secteur. Les limites affichées par Benoît Trémoulinas face aux Belges ont confirmé que Patrice Evra restait intouchable à un poste où les joueurs français de niveau international ne sont pas légion. Comme à droite d'ailleurs. Dans l'axe, la baisse de rendement de Raphaël Varane a été durement ressentie sur les deux derniers matches à domicile. Mamadou Sakho, le seul à surnager face au Brésil, reste probablement le meilleur complément pour le Madrilène compte tenu du manque de fiabilité récurrent de Laurent Koscielny.

Milieu : Cabaye est-il toujours indiscutable ?

  • Quel est le problème ?

Le problème est général. L'entrejeu français a été dominé techniquement face au Brésil, et physiquement face à la Belgique. Il n'a pas su apporter une protection efficace à la défense tricolore lors de ces deux rencontres. Il n'a pas non plus offert une circulation du ballon suffisamment fluide et rapide pour permettre une meilleure animation offensive. Ce cœur du jeu qui faisait la force des Bleus depuis la victoire face à l'Ukraine en novembre 2013 est aujourd'hui devenu sa faiblesse.

  • Que peut faire Deschamps ?

Le retour de Paul Pogba fera déjà du bien tant il peut remédier aux déficiences physiques et techniques des Bleus. C'est la question du maintien de Yohan Cabaye dans le trio de l'entrejeu qui se pose. Sa qualité de relance n'est pas remise en cause, mais sa faculté à protéger la défense, indispensable pour une "sentinelle", reste aléatoire. Au PSG, Laurent Blanc lui a préféré Marco Verratti dans ce rôle en fin de saison, même s'il estime que ce n'est pas le meilleur poste de l'Italien. Deschamps a les options Morgan Schneiderlin, actuellement blessé, et Maxime Gonalons. Le Lyonnais aura certainement sa chance face à l'Albanie.

Attaque : Griezmann n'est pas l'accélérateur attendu

  • Quel est le problème ?

Avec une défense friable et un milieu inefficace, l'attaque tricolore peut difficilement se porter bien. Olivier Giroud a illustré ce phénomène lors de la première période face à la Belgique, au cours de laquelle il n'a quasiment pas été trouvé. De manière générale, les Bleus cherchent encore le joueur capable de faire la différence dans ce secteur sur sa capacité d'accélération et d'élimination. C'est d'autant plus criant quand ils sont dominés, comme cela a été le cas face au Brésil à la Belgique.

  • Que peut faire Deschamps ?

Derrière Karim Benzema et Mathieu Valbuena, il y a une place à prendre pour compléter le trio de l'attaque tricolore. Le costume semble un peu trop grand pour Antoine Griezmann, aussi discret quand il est titulaire que décisif quand il entre en cours de jeu. Alexandre Lacazette a plutôt un profil d'attaquant axial et Dimitri Payet de meneur de jeu, mais Deschamps a d'autres options. Des joueurs plus jeunes qu'il ne souhaite pas forcément exposer, comme Nabil Fekir ou Paul-Georges Ntep. Leur donner davantage de responsabilités reste un risque pour des éléments qui découvrent à peine les Bleus. Mais, à un an de l'Euro, c'est peut-être maintenant qu'il faut le prendre.

Antoine Griezmann remplacé par Nabil Fekir lors de France-Brésil - 2015

Antoine Griezmann remplacé par Nabil Fekir lors de France-Brésil - 2015AFP

0
0