Il n'y a pas eu de tressaillement. Pas même un murmure. Quand sont apparus les visages des attaquants retenus par Raymond Domenech, personne n'a bronché. Aucun journaliste présent dans l'auditorium de la Fédération française de football n'a été étonné de voir ou, plus précisément, de ne pas voir apparaitre le portrait de David Trezeguet, 71 sélections et 34 buts inscrits sous le maillot bleu. L'absence du Turinois (30 ans) était attendue compte tenu de la ligne de conduite suivie par Raymond Domenech.

Vêtu d'un costume gris et arborant une cravate négligemment nouée, le sélectionneur national a vite balayé le sujet Trezeguet dimanche. "C'est un choix d'organisation et de jeu. Je l'ai répété. David l'a répété aussi. On a quatre ou cinq attaquants axiaux et on ne peut pas multiplier les postes. Il fallait faire des choix et prendre une décision." Cette décision aura donc souri à Djibril Cissé (Marseille) et évidemment à Bafétimbi Gomis (Saint-Etienne), tous deux retenus parmi la liste élargie et clients pour l'Euro 2008. Intrinsèquement, la décision de Raymond Domenech est évidemment discutable. Mais les derniers événements rendaient cette issue inévitable.

Euro 2008
Les 23 Bleus à la loupe
28/05/2008 À 11:15

"Ce n'est plus mon problème"

Si la vie en bleu de David Trezeguet a toujours été contrariée, marquée par des désamours, des déceptions mais également deux titres majeurs conquis en 1998 (Coupe du monde) et 2000 (Championnat d'Europe des Nations), celle-ci avait pris un tournant dramatique depuis la nomination de Raymond Domenech à la tête des Bleus en 2004. Cantonné au banc de touche durant le Mondial 2006, auteur du tir au but manqué lors de la finale perdue face à l'Italie, David Trezeguet a fait les frais d'un système de jeu qui ne lui a jamais ressemblé. Joueur de surface, le Turinois n'a pas les qualités d'un contre-attaquant. D'un Thierry Henry, capable de manger les espaces et de partir de loin. Trezeguet l'a suffisamment souligné. Et les événements en ont donné la preuve.

Efficace avec la Juventus Turin comme le prouvent ses 20 buts inscrits en Serie A cette saison, l'international français a connu une année plus difficile avec les Bleus en 2007/2008. Laissé de côté par Raymond Domenech entre le 12 septembre 2007 et la défaite concédée au Parc des Princes face à l'Ecosse (0-1) lors des éliminatoires de l'Euro et le France - Angleterre amical du 26 mars dernier (1-0), l'ancien Monégasque n'aura joué que ces deux matches sous le maillot bleu en 2007/2008. Et n'aura jamais tiré son épingle du jeu. Raymond Domenech n'a donc pas revu son jugement. David Trezeguet peut partir avec la Juventus en tournée du côté de l'Asie.

Si la décision a sa logique sur le fond, elle ne laissera sans doute pas indifférent au niveau de la forme. Eu égard à son statut, son passé et ses services, David Trezeguet aurait peut-être mérité d'être prévenu ? Le joueur juge que oui. Fidèle à sa ligne de conduite, Raymond Domenech n'a pas jugé utile de s'entretenir avec l'attaquant. "J'explique aux trente qui sont là les raisons de mon choix. Je n'ai pas la science infuse, il peut y avoir d'autres versions. Mais ce n'est plus mon problème. Ceux qui me concernent, ce sont ceux-là." Fin de non-recevoir. Fin de carrière internationale ? On le saura probablement bientôt.

Euro 2008
Domenech : "J'ai une idée"
18/05/2008 À 12:07
Qualifications Euro
Giroud et Trezeguet, deux manières de réussir sa vie en Bleu
23/03/2019 À 14:28