Il y avait eu les victoires (trop) faciles de l’Italie et de la Belgique contre la Turquie et l’Italie (3-0), ou l’entrée en matière sérieuse de l’Angleterre face à la Croatie (1-0). Mais pour voir un match alliant spectacle et suspense, il a fallu attendre le premier dimanche soir de l’Euro 2020. Un Pays-Bas - Ukraine prolifique (3-2) . Le premier petit feu d’artifice d’un début de compétition relativement calme, même si le scénario ne s'est vraiment emballé que dans le dernier quart d'heure.
podcast
A l’arrivée, une défaite pour l’Ukraine, donc. Mais la formation d’Andriy Shevchenko a su réagir quatre jours plus tard pour l’emporter contre la Macédoine du Nord (2-1). Et à chaque fois, elle a offert quelques bonbons techniques. Sur quatre buts inscrits depuis le début de la compétition, quatre gestes ont retenu l’attention.
Ligue 1
Trop d'erreurs défensives et une claque pour Lyon
IL Y A 31 MINUTES
  • Pays-Bas Ukraine, 2-1 : A l’entame du dernier quart d’heure, Andriy Yarmolenko réalise sa spéciale, à savoir rentrer sur son pied gauche pour enrouler une frappe lucarne opposée. Le grand Maarten Stekelenburg, un poil trop avancé, ne peut que constater les dégâts. Le joueur de West Ham a décroché, pour quelques heures, la palme du plus beau but de la compétition. Avant la superbe inspiration du Tchèque Patrick Schick le lendemain contre l'Ecosse…

Andriy Yarmolenko

Crédit: Getty Images

  • Pays-Bas Ukraine, 2-2 : Quatre minutes après sa réduction du score, l’Ukraine égalise. Au départ, un amour de coup franc déposé par Ruslan Malinovskyi sur la tête de Roman Yaremchuk, entre le point de penalty et les six mètres. Soit la zone parfaite pour mettre en danger une défense et son gardien.
  • Ukraine – Macédoine du Nord, 1-0 : De nouveau à la baguette sur corner, Malinovskyi ne réussit cette fois pas le plus beau coup de pied arrêté de sa carrière. Mais sur ce centre sortant, Oleksandr Karavev gratifie le public d’une superbe déviation, une sorte de talonnade aérienne, pour permettre à Yarmolenko d’ouvrir le score, seul au second poteau.
  • Ukraine Macédoine du Nord, 2-0 : Cette fois, c’est collectivement que l’Ukraine se distingue. Venu chercher le ballon entre les lignes, Oleksandr Zinchenko oriente en deux touches sur sa droite pour Yarmolenko, qui lance parfaitement Yaremchuk en une touche de balle. Ce dernier termine le boulot avec sang-froid, dans un angle pas si évident.

Yaremchuk

Crédit: Getty Images

Après la victoire face aux coéquipiers de Goran Pandev, Shevchenko ne s’est pas trompé dans son analyse. "En seconde période, l'équilibre a changé, mais l'équipe a joué une très bonne première période (…) Je trouve que l'équipe a bien joué en attaque aujourd'hui, c'était beau à regarder". Ce ne fut pas toujours le cas, loin s’en faut, ces derniers mois. Mais quand elle est au complet, la Sbirna a quelques sérieux atouts dans sa manche.

Le gang des gauchers

Les noms ont déjà été cités plus haut. Mais Yarmolenko (West Ham), Malinovskyi (Atalanta) et Zinchenko (Manchester City) évoluent tous dans un club du top 5 européen. Trois pattes gauches qui figurent sans doute parmi les meilleures de ce championnat d’Europe et qui, si vous les ajoutez à celle de Zubkov lors du premier match, ont porté à quatre le nombre de gauchers positionnés au milieu, derrière Yaremchuk. Jeudi, quelques noms ont changé mais ils étaient de nouveau quatre gauchers parmi les cinq du milieu. Une véritable armada.
Et il n’y a pas que dans la finition que les concernés s’expriment. Très libre sur le terrain alors qu’il évolue comme arrière gauche sous les ordres de Pep Guardiola - certes dans la définition guardiolesque du poste de latéral - Zinchenko oriente par exemple le jeu avec personnalité, avant que ses coéquipiers ne s’illustrent dans les 30 derniers mètres. "Difficile d'imaginer notre équipe sans ces trois joueurs, a avoué Sergiy Sidorchuk au sujet du trio Yarmolenko-Yaremchuk-Malinovskyi. Notre attaque est très forte". Alors que le premier "a des ailes" selon son coéquipier, le deuxième a aussi frappé fort dans ce début d’Euro.
Auteur de deux buts sur ses deux premiers matches, comme Yarmolenko, l’attaquant de La Gantoise surfe sur sa belle saison en club - 23 buts et 8 passes décisives en 43 matches - et confirme qu’il est devenu l’un des atouts majeurs de l’Ukraine dans le secteur offensif. "Je ne vais pas dire que je suis le buteur principal de l’équipe car tout change rapidement dans le football", tempérait l’intéressé après son premier but face aux Pays-Bas, dans des propos relayés par La Dernière Heure. Reste que face à la Macédoine du Nord, il a encore frappé. Ce n’était "que" la 62 nation au classement FIFA, certes, et l’Ukraine n’a "que" trois points. Mais en deux matches, elle a déjà offert quelques gestes qui resteront. Et c’est aussi pour ça qu’on regarde l’Euro.
Matches amicaux
Contrôle, sombrero et reprise de volée : Depay, premier bijou avec le Barça
IL Y A UNE HEURE
Ligue 1
Icardi, la fin du feuilleton : "Je vais rester au PSG"
IL Y A 2 HEURES