Kingsley Coman n'est pas du genre à se cacher derrière son petit doigt. Ses réponses sont franches, courtes et aussi incisives que ses accélérations. La tête sur les épaules, l’ailier des Bleus n’a pas tourné très longtemps autour du pot ce jeudi en conférence de presse à Clairefontaine. "Je pense qu’on a la meilleure attaque d’Europe, la meilleure attaque du monde, a-t-il lâché après une question sur le réservoir ahurissant des Bleus devant. Sur le papier, on a vraiment de supers joueurs et ça sera un plaisir de jouer avec n’importe quel joueur présent sur la liste".
Relancé à de multiples reprises sur son affirmation, en bon Munichois sûr de son fait, Coman a même été plus loin : "J’ai insisté sur l’attaque parce qu’on m’a posé la question sur les joueurs offensifs mais je pense qu’on a la meilleure équipe du monde". Les pudeurs de gazelle, très peu pour lui. Mais à l’écouter, rien de nouveau sous le soleil. "On a toujours fait partie des favoris, avance-t-il. Être champion du monde rajoute encore un peu plus, on est en haut de cette liste. Mais je ne pense pas que ça soit une chose négative".
Euro 2020
De la succession de Donnarumma à l'ombre de Lloris : Maignan, la tête froide
27/05/2021 À 17:31

"87, c’était vraiment la génération qui nous faisait rêver"

Car la pression, il a fini par l’appréhender. Il faut dire que Coman n’a plus grand-chose à voir avec le tube de 2016, ce jeune bolide d’une équipe bleue qui remuait le cocotier quand les siens pouvaient s’endormir. Pourtant, cinq après, il apparaît comme la victime indirecte du choix de Didier Deschamps de rappeler Karim Benzema.
D’ailleurs, à l’évocation du retour du Madrilène, le titi parisien n’a pu s’empêcher de regarder en arrière, histoire de se rendre compte de la distance parcourue. "Benzema, c’était un exemple, avoue-t-il. 87, c’était vraiment la génération qui nous faisait rêver en étant petit. Le fait de pouvoir évoluer avec lui montre que j’ai fait un très bon parcours".

Mbappé, Benzema, Griezmann ? "Plus belle promesse de l'Euro, plus grand danger pour les Bleus"

Une attaque à 4 ?

Encore faut-il que Didier Deschamps en décide ainsi. Car, forcément, là où le trio possible Griezmann - Benzema - Mbappé prend toute la lumière, les autres risquent de rester dans l’ombre. Très peu pour lui. "La concurrence fait partie du métier, j’ai l’habitude d’être dans des équipes avec beaucoup de concurrence et c’est toujours positif pour l’équipe, a-t-il admis, avant de trouver la solution au problème : tenter une attaque à quatre, tout feu tout flamme. Jouer à quatre, c’est faisable mais ça sera le coach qui décidera de la formation et qui saura laquelle utiliser", a-t-il glissé.
"Sur le plan personnel, j’espère être titulaire, avoir le maximum de temps de jeu, a-t-il quand même ajouté, conscient de la situation offensive à ses côtés. Le coach fera l’équipe et on acceptera ses choix. Ce qu’on peut garantir, c’est qu’on va donner le maximum pour la gagne". Coman le sait, à 24 ans, cet Euro peut aussi marquer un tournant personnel. Car s’il a tout gagné avec l’écrasant Bayern, son palmarès est encore vierge avec les Bleus. "Ça ajoute une motivation dans mon cas", a-t-il encore glissé, lapidaire. A priori, avec "la meilleure équipe du monde", il est dans les bonnes dispositions pour corriger ça au plus vite.

Griezamann et Coman face à l'Ukraine

Crédit: Getty Images

Liga
200e but en Liga pour Benzema, le Real écrase Majorque
22/09/2021 À 21:54
Ligue des champions
L'accélération de Mbappé, la précision d'Herrera : l'ouverture du score du PSG
15/09/2021 À 19:45